Tag Archives: management

Que faire quand une personne s’accapare la discussion ?

11 Juin

Comment le manager ou le chef de projet devrait-il gérer un dominateur pendant une réunion d’équipe ?

How Should the PM Handle a Dominator During a Team Meeting? http://www.projectmanagers.net/profiles/blogs/how-should-the-pm-handle-a by Dana Pigford Brownlee

Le Problème : Chacun a eu l’occasion de rencontrer “LE dominateur” (ou LA dominatrice).

C’est la personne dans le groupe qui semble s’approprier la discussion et ne plus laisser d’autres personnes s’exprimer. Parfois ce sont seulement des bavards trop prolifiques… …d’autres fois, ce sont des personnalités excessivement agressives qui pompent tout l’oxygène de la pièce.

Malheureusement, ces personnes semblent parler au nom de tous les autres et ne les laissent pas exprimer leurs avis ou idées. En tant que facilitateur, on attend de vous que nous créiez et supportiez un environnement inclusif et une bulle sécurisante dans laquelle des idées diverses et différentes peuvent être exprimées. Mais quand vous êtes face à un (ou deux !!) dominateur, que faire ???

Essayez une ou plusieurs de ces 8 techniques très simples et efficaces !

1. Remerciez le dominateur pour ses apports au débat et demandez l’apport des autres

“Michel, c’est une idée très intéressante ! Voyons si d’autres ont également des suggestions ?”

2. Répétez le commentaire du dominateur, écrivez-le visiblement pour que tous puissent le voir, et demandez ensuite d’autres idées afin de poursuivre la liste.

Inscrivez la proposition du dominateur au tableau et passez à la personne suivante !

“Stéphane, il semble que vous recommandiez que nous utilisions ces trois sociétés en tant que liste des vendeurs retenus… est-ce bien cela ? C’est une excellente suggestion.

Compilons une liste de plusieurs propositions, puis discutons-les toutes.

Nous inscrivons votre suggestion comme numéro 1 dans la liste.

Je voudrais obtenir au moins trois autres suggestions de l’équipe.

Qu’en pensez-vous tous ?”

3. Au lieu de demander au groupe de répondre à une question oralement, demandez leur de prendre 2 minutes pour écrire leur idée, question, ou proposition sur un Post-It.

Demandez ensuite à chaque personne à tour de rôle de partager l’un des billets qu’elle a écrit.

4. Suggérez que le groupe utilise la technique du tour de table

Faire un tour de table (même virtuelle si vous êtes en conférence téléphonique) en demandant nominativement à chaque personne de partager au moins un commentaire. Démarrez du coté de la table qui situé à l’opposé du dominateur pour ne pas revenir vers lui immédiatement.

“C’est une question si importante que je veux être sûr d’obtenir des idées de chacun.

Faisons un rapide tour de table en commençant par Gilles…”

CSP est partenaire de DantotsuPM

5. Adressez-vous directement à plusieurs personnes qui n’ont rien dit.

“Patricia, je ne pense pas avoir entendu ton avis. Quelles sont tes idées sur cette question ?”

6. Faites une pause, prenez le dominateur à part et sollicitez son support

Demandez l’aide du dominateur pour faire participer les autres personnes.

“Stéphanie, vous avez amené plusieurs points clefs. J’aimerais faire participer plusieurs autres membres de l’équipe dans la discussion pour entendre leurs idées. Certains membres du groupe ne sont pas aussi affirmés que vous et je voudrais être sûr que nous les entendions.”

7. Répartissez le groupe en paires ou petites équipes et laissez-les discuter de la question ensemble avant d’entamer une discussion de groupe
8. Obtenez l’accord de votre équipe d’utiliser un objet physique pour équilibrer la discussion.

La personne tenant par exemple une balle s’exprime puis doit la passer à quelqu’un d’autre qui prendra à son tour la parole.

Image

méfiez-vous des crocodiles dans vos réunions !

10 Juin

Certaines personnes risquent de monopoliser le temps de parole sans jamais écouter ni laisser de place aux autres pour s’exprimer.

Si vous êtes le facilitateur et/ou organisateur de la réunion, il est de votre responsabilité de les gérer !

Si vous n’êtes que participant et que l’organisateur ne réagit pas, vous allez perdre de précieuses minutes si vous ne stoppez pas cela par exemple en ramenant la discussion sur l’ordre du jour…

Cette idée sera développée dans un billet à paraitre demain 11 Juin !

CSP est partenaire de DantotsuPM

Rencontres sur le management de projets – 25 au 30 Juin

4 Juin

Quelles rencontres sur le management de projet puis-je vous recommander pour bien commencer cet été ?

Deux événements au Maroc cette semaine sur le coaching et la gamification, un wébinaire Scrum sur les organisations apprenantes et du management de projet antisismique à Toulouse et PMI Development day au Liban !

Mercredi 27

Conférence en partenariat avec l’Université Internationale de Rabat à travers son pôle formation continue Executive Education à 18H à l’hôtel Farah Casablanca. Intervenants : 2 Coachs et un Expert en Management de Projet. 2 PDUs

Jeudi 28

Insights from research into lessons learned: How lessons learned processes struggle to deliver a return on investment. Overview of the challenges involved. Predisposition, symptoms and early warnings!

CertYou est partenaire de DantotsuPM

In this session, we will explore how to integrate Peter Senge’s 5 Disciplines of Learning Organizations with the Nexus Framework to help organizations to scale their business agility with Scrum.

Along the way, we will find out what Michelangelo had to say many centuries ago that can guide and inspire them in their journey.

 

Vendredi 29

Peut-on faire une comparaison entre le management et les techniques antisismiques ? Une rumeur sourde, un tremblement, et sous vos yeux, la lampe au plafond qui oscille… Ouf, cette fois-ci, votre logement, votre bureau ont résisté. Mais lors du prochain séisme, que se passera-t-il ? De même qu’un bâtiment, une entreprise reste soumise à des aléas et des contraintes pouvant gravement et durablement l’affecter. Alors, pourquoi ne pas établir un parallèle concernant les bonnes techniques antisismiques et les bonnes pratiques organisationnelles ?

CSP est partenaire de DantotsuPM

A 18H00, à la salle de conférence de l’ENSMR  Rabat. En dehors de l’aspect purement ludique, les jeux forment l’esprit et permettent de développer des qualités d’organisation et de prise de décision. Par ailleurs, avec la généralisation des smartphones, le jeu vidéo est devenu un passe-temps très largement utilisé par tous et accessible à tout instant. Il est donc intéressant d’utiliser ces caractéristiques pour réaliser des jeux dont l’objectif est à la fois ludique mais également éducatif au sens le plus large. La « gamification » des problématiques est devenue un axe de développement à part entière dans la communication d’entreprise et est de plus en plus utilisée pour transmettre des savoirs efficacement, en particulier dans l’ordonnancement et dans la réaction aux imprévus.

Samedi  30

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Vous accordez-vous un peu de temps chaque jour juste pour vous poser et réfléchir ?

24 Mai

Chers chefs de projet, levez la tête de votre diagramme de Gantt et posez vous quelques minutes chaque jour pour prendre du recul et réfléchir !

Dans le contexte de frénésie voire de boulimie d’activités dans lequel nous baignons tous et où toute minute inoccupée semble être du temps perdu, il est facile de se laisser manager par son agenda Outlook, ses emails, ses alertes, ses tâches projets et domestiques.

Steve Radick nous rappelle combien il est important de savoir se créer des espaces de réflexion pour se ressourcer et sortir grâce à ceux-ci du rôle d’exécutant qui nous menace.

Article original sur le blog de Steve Radick.

Occupés, certes ! mais efficaces ?

Je sais que nous sommes tous occupés. Nous avons des dates-buttoir à respecter, des emails à écrire ou auxquels répondre, des projets sur lesquels travailler, des problèmes à traiter, des courses à faire, des familles dont prendre soin, et bien d’autres choses que nous faisons quotidiennement.

très occupéPour donner du sens à tout cela, nous nous créons des routines et des programmes quotidiens : se lever, sortir les chiens, aller faire un jogging, amener les enfants à l’école, répondre aux courriers urgents, faire un premier brouillon de document de projet, assister à la réunion de statut, etc.

Dieu sait que je n’effectuerais pas la moitié du travail réalisé sans mon agenda Outlook pour me rappeler quand je dois aller à une réunion ou passer un appel téléphonique. Souvent, diviser notre journée en tâches plus gérables est la seule manière de conserver un certain niveau de santé mentale.

Que perdons-nous quand nous entrons dans de telles routines ?

Pouvez-vous introduire l’« innovation » comme une partie intégrante de cette routine ?

  • Quand est la dernière fois où vous avez créé un rendez-vous avec vous-même dans Outlook pour rattraper du retard dans vos suivis de blogs (ou RSS) ?
  • Quand une date d’échéance de projet approche ou est avancée, quelle est la première chose qui est éliminée ?
  • Combien de fois avez-vous dit, « je sais, je devrais vraiment écrire un article sur un blog ou commenter des articles ce soir, mais je suis épuisé et cela peut attendre.»?
  • Combien de fois sortez-vous de votre « bulle » projet et faites-vous l’effort concerté de simplement vous en échapper et apprendre quelque chose de nouveau ?

Quand était la dernière fois où vous vous êtes simplement assis et avez réfléchi à votre projet/organisation/contrat/initiative et vous êtes-vous questionné à ce sujet ?

  • La stratégie dans le long terme ?
  • Comment booster le moral de votre équipe ?
  • Comment devenir plus efficace ?
  • Améliorer les choses?
  • Quels risques externes pourraient positivement ou négativement impacter votre travail ?
Quand était la dernière fois où vous avez proposé une idée nouvelle qui n’était pas dans votre description des fonctionnalités ou du contenu de votre projet « Statement Of Work/SOW » ou Arriéré de produit « Product Backlog » ?

Bon versus excellent

J’ai eu une intéressante conversation récemment avec un des responsables sénior dans ma compagnie et il m’a dit que c’est l’une des choses qui sépare le bon de l’excellent. Le bon travailleur respectera toutes ses dates-butoirs, sortira des produits de qualité, ne hérissera personne, sera là à l’heure, et fera tout qui lui est demandé.  L’excellent peut rater quelques dates-butoirs et peut rendre folles quelques personnes, mais il sera également celui qui proposera la prochaine grande idée.

Quelle est la dernière vraie idée que vous avez eue au travail qui ne vous a pas été imposée par quelqu’un d’autre ? En avez-vous parlé ?  Avez-vous agi sur cette idée ?

CSP est partenaire de DantotsuPM

Aussi, suivez ce conseil et libérez 30 minutes de votre temps chaque jour pour réfléchir.

Ceci peut vouloir dire :
  • Rattraper votre retard de lecture des blogs ou fils de discussions que vous suivez
  • Lire un journal
  • Avoir une réunion d’équipe où le seul point de l’ordre du jour est « que pouvons-nous améliorer ? »
  • Sortir déjeuner avec une personne d’un métier ou business différent et se renseigner sur ce qu’elle fait
  • Faire comme le Dr. House, trouver une balle à jeter en l’air et réfléchir à la façon résoudre un problème
  • Installer des alertes Google sur des sujets liés à votre organisation et vous engager à les lire
  • Créer une liste d’idées « si j’étais roi/reine pendant 1 jour » pour votre organisation
  • Faire une recherche Twitter sur votre organisation/marque et voir ce que les autres en disent

Alors, pouvez-vous créer de l’espace dans votre agenda pour devenir excellent ?

Image

manager ses projets avec sa tête et aussi avec son cœur pour motiver les équipes et satisfaire toutes les parties prenantes

10 Mai

Ceci s’avère particulièrement vrai et important sur les projets internationaux avec des équipes géographiquement distribuées où les occasions de se rencontrer sont minces sinon inexistantes. Agir avec son cœur c’est aussi s’efforcer de se mettre à la place de l’autre.

CSP est partenaire de DantotsuPM

« Vous ne pouvez manager ce que que vous ne pouvez mesurer ! » est une maxime dangereuse

12 Avr

Un billet de Tim Walker m’avait rappelé l’un des préceptes de Peter Drucker « Management Challenges for the 21st Century » (que je vous recommande).

Livre sur Amazon

à propos de la nécessité de mesurer ce qui doit être fait

N’ayons aucun doute : pour atteindre un objectif, il est important de bien définir dans les projets, toutes les tâches nécessaires à son accomplissement.

Et, pour mesurer nos progrès et notre état d’avancement pour y parvenir, il faut poser de bonnes métriques, adaptées au projet et se donner les moyens de les mesurer efficacement.

Puis, il faut parvenir à transmettre ces objectifs accompagnés de leur métrique dans les objectifs des organisations, des équipes et des personnels, afin que nous travaillons tous dans la même direction.

Cependant, et sans vouloir paraître hérétique, prenez un peu de votre temps pour tenter d’inverser ce processus. Observez chacune des mesures en place à l’heure actuelle dans votre environnement. La logique de cascade décrite ci-dessus est-elle évidente ? Pouvez-vous aisément relier la métrique de performance à un objectif actuel de l’organisation ou bien est-elle là pour répondre à un but aujourd’hui largement dépassé, voire contre-productif ?

Même avec des objectifs à 6 mois et nos projets découpés en mVP ou versions plus concentrées, nos feuilles de route, souvent copiées-collées de la précédente période deviennent vite obsolètes.

Il y a donc urgence à se poser 6 bonnes questions !

Pour chaque mesure dans vos objectifs personnels actuels et ceux de votre organisation (et projet), demandez-vous :

  1. Quel objectif business nous aide-t-elle à atteindre ?
  2. Permet-elle effectivement de mesurer nos progrès vers ce but ?
  3. Quel est son coût d’obtention et de calcul par rapport au bénéfice attendu ?
  4. Est-elle facile à comprendre ?
  5. Est-elle bien communiquée et à chacune des personnes impactées ?
  6. Que se passerait-il si nous arrêtions de l’utiliser ?

CSP est partenaire de DantotsuPM

Toute mesure, même bien ciblée sur un objectif précis, devrait avoir une durée de vie définie et être retirée ou remaniée dès que l’objectif est atteint sous peine d’empilement de mesures inutiles, voire dangereuses.

« Image courtesy of Stuart Miles / FreeDigitalPhotos.net »

En effet, chaque mesure représente un coût pour l’entreprise et le projet. Plus important, chaque mesure erronée peut avoir des conséquences graves si elle est prise en isolation. Nombre de métriques entrent dans les mœurs et habitudes et nous oublions de les questionner régulièrement tant au niveau de leur adéquation par rapport aux objectifs qui peuvent avoir changés que de leur utilité,  de leur mode de calcul et de leur coût et impact.

Par exemple, si vous mesurez le nombre de tâches complétées dans les délais prévus par chaque membre de l’équipe sur votre projet et utilisez bien cette mesure, vous obtiendrez probablement une meilleure prédictibilité. Cependant, cela pourrait être au détriment de la qualité du contenu, de la satisfaction du client, de la capacité à réaliser certaines tâches plus rapidement que prévu quand cela est faisable ou bien d’éliminer certaines activités potentiellement inutiles ou porteuse de peu de valeur…

On s’aperçoit rapidement que chaque mesure doit être bien réfléchie et pesée ainsi que si possible testée avant d’être généralisée. De plus, les mesures doivent être bien coordonnées entre elles pour se combiner harmonieusement afin d’atteindre l’objectif souhaité et ne pas être conflictuelles.

Enfin, les mesures doivent rester en nombre limité pour ne pas diluer notre attention et limiter les efforts nécessaires pour les collecter et les calculer.

Donnez davantage d’oxygène au bon sens.

Le risque peut-être le plus important est de ne faire que ce qui va permettre d’améliorer les mesures. J’ai pu hélas souvent observer ce phénomène dans de grandes entreprises qui mettent en place des mesures très sophistiquées. Il arrive trop souvent que les personnes se focalisent sur les mesures qui vont faire évoluer favorablement leur bonus à court terme et perdent de vue  l’intérêt de la société, i.e. ce que leur dicterait leur simple bon sens.

Ils sont ligotés et muselés dans leur créativité par un jeu de mesures trop restrictives et trop nombreuses.

Il convient donc d’éviter à tout prix que les mesures mises en place ne limitent la capacité de décision, l’autonomie, l’innovation, le respect du simple bon sens business.

Et, pour ce faire, restons mesurés dans leur nombre et intelligent dans leur utilisation !

 

Rencontres sur le management de projets – 30 Avril au 6 Mai

9 Avr

Mai, joli mois de mai, quelles rencontres sur le management de projet nous proposes-tu ?

Un wébinaire AgilePM et une rencontre à Lausanne sur les projets de robotique. Mais aussi une rencontre en Auvergne et 2 webinars du PMI sur risques et stress.

Mardi 1er

Get the whitepaper for free

Agile approaches continue to increase in popularity in the world of project management. A range of popular Agile methods have been employed to varying degrees by organizations to support their project management practices. But few of them offer a complete project management solution (e.g. covering the full project lifecycle, roles & responsibilities, etc). AgilePM guidance – published by the Agile Business Consortium – offers a complete framework for agile project management, achieving an ideal balance between the standards, rigour and visibility required for good project management, and the fast-pace, change and empowerment provided by agile.

APMG est partenaire de DantotsuPM

Mercredi 2

CSP est partenaire de DantotsuPM

We are all different – how we reason, communicate, involve others, solve problems, etc. Surprisingly these differences are not taken into account in how we work with others and adopt and practice project, programme, portfolio and change management. The iMAPraxis Initiative™ has changed that. Please complete the iMA Diagnostic in advance at www.ima-pm.co.uk (it is free and takes only 3 minutes to complete).

Policies and procedures do not manage risks. People manage risks. Many project managers have to operate in an environment where risks are not understood and where reporting of risks to executive management is seen as an admission of impending project failure. How can project managers influence managers and stakeholders to become risk management champions?

Although the impact on teams and organizations is huge, stress is a physiological and neurological phenomenon and occurs on an individual level. Therefore, solutions must address the needs of individual. This positions project leaders as key to driving change and innovation in meeting the demands of today’s fast changing corporate environments.

Jeudi 3

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Rencontres sur le management de projets – 9 au 15 Avril

19 Mar

Voici les rendez-vous sur le management de projets et le leadership que je vous conseille en cette belle semaine du mois d’avril

Se manager soi-même à Paris, Agir dans l’incertitude à Sophia Antipolis, Intelligence artificielle à Genève, Chaîne Critique à Mulhouse ou, en anglais et depuis votre fenêtre internet favorite: Agile Wars and Risks Management from A to Z.

Lundi 9

Les contrats agiles : un changement majeur dans l’organisation des relations contractuelles ?

Mardi 10

Cet événement aura lieu le mardi 10 avril 2018 de 12h30 à 14h00 à la cité de l’Innovation, Nokia. La conférence est réservée aux membres du PMI. La participation à cet événement rapporte 1 PDU aux certifiés PMP et PgMP présents (0,5: catégorie technique ; 0,5: Catégorie Business).

CSP est partenaire de DantotsuPM

Manuel de survie dans un monde en pleine disruption. L’incertitude est aussi une chance car elle permet de transformer les surprises en opportunités. Mais pour en tirer profit, il faudra développer une pensée agile, non conventionnelle, qui ne s’intéresse pas au « pourquoi les choses sont ce qu’elles sont ? » mais à « ce qu’elles pourraient être ».

Relisez ce billet sur VUCA

Barbara Roberts (Signatory of the Agnostic Agile Oath and Director for Professional Development at the Agile Business Consortium) will look at the strengths and weaknesses of the most commonly adopted agile approaches.

APMG est partenaire de DantotsuPM

LEAN has been used primarily in manufacturing industries, however, recent trend is to use it for service industries as well, for identifying waste in processes and making the process robust and efficient, which in-turn drives the business requirements, aligning the requirements to project objectives thru LEAN.

Jeudi 12

Around 200 years ago the industrial revolution changed society for good. Today, another revolution is under way, with potentially even farther-reaching consequences. Experts are predicting that Artificial intelligence (AI) in industry will change everything about the way we produce, manufacture and deliver. Cognitive computing, machine learning, natural language processing: these different terms have emerged as the technology has progressed in recent years.

Eric Robin

Session animée par Eric Robin, consultant en management de projets. Venez échanger sur les questions suivantes :

    • Votre planning est-il un outil d’aide à la décision et du pilotage ?
    • Quelles règles doivent être respectées dans la gestion d’un planning dynamique ?
    • Comment focalisez-vous les acteurs de vos projets ?
    • Comment gérez-vous l’incertitude associée à la durée de vos tâches ?

A full view and understanding of Risk Management. New practitioners will find this webinar informative and immediately useful in their work. Experienced project managers will benefit from a refresher on risk management, as well as receive actionable best practices they can put to work today.

Vendredi 13

 

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Suiveur de meilleure pratique ou simple mouton de Panurge ?

12 Mar

Best Practice Follower? Or Method Lemming?

http://www.theagilityseries.com/best-practice-follower-method-lemming/ par Larry Cooper

L’expression “ Meilleure Pratique” fait partie de notre lexique depuis plus de ans. Elle est utilisée pour décrire quasiment tout : comment nous manageons les opérations, comment nous recrutons et licencions, comment traiter au mieux les patients atteints de maladie mortelle, comment nous dirigeons nos équipes sportives.

L’expression est devenue omniprésente. Mais y-a-t-il vraiment et réellement des pratiques « les meilleures » qui s’appliqueront dans tous les contextes pour toute organisation ?

Pratique et Contexte

Scott Ambler, qui est bien connu dans le monde Agile, challenge l’assomption qu’il peut y avoir une bonne pratique recommandée qui soit la meilleure dans tous les cas. Au lieu de cela, il propose une alternative, “la pratique contextuelle” dans laquelle la notion de ce qu’est « la meilleure » variera en fonction du contexte.

Le concept de la meilleure pratique, quand introduit dans notre lexique avait pour intention de capturer ce qui avait censément réalisé des résultats définis sur une base cohérente pour quelqu’un dans un certain contexte. Et là se trouve l’apparente simplicité et aussi son manque d’applicabilité directe ailleurs “quelqu’un dans un certain contexte”.

Tous nos contextes sont aussi différents que nous le sommes.

Scrum parle de « cérémonies » qui sont quelque peu la même chose que des pratiques – sauf que les cérémonies sont d’assez haut niveau, assez simples et il est facile de voir comment vous en respectez l’esprit et l’intention quand vous les appliquez sans être aussi doctrinaires que les promoteurs de la “meilleure pratique” le sont généralement . Quoique j’ai récemment vu un tweet disant “Nous sommes Agiles. Sauf quand on en vient à nos processus”. Je vous laisserai réfléchir sur ce tweet …

Agile dans un sens général est plus une question de comportements qu’autre chose. C’est quand nous essayons de faire Agile plutôt que démontrer de l’agilité que nous retrouvons nous-même dans ces débats et commençons à ajouter ce qui au mieux a potentiellement peu de valeur et au pire détruit notre capacité de faire preuve d’agilité.

CertYou est partenaire de DantotsuPM

Je crois que cette attention à ajouter des qualificatifs comme bonne ou meilleure empêche en fin de compte notre capacité de créer un écosystème agile.

“La meilleure Pratique” a-t-elle vu le jour ?

Ce qu’une personne peut penser être une « meilleure pratique », peut amener l’effet opposé pour quelqu’un d’autre dans un contexte différent.

Livre sur Amazon

David Marquet dans « Turn the Ship Around » raconte pendant ses discours que mettre en oeuvre certaines des pratiques on lui a appris pour les sous-marins nucléaires qu’il a été à l’origine formé pour commander, aurait été un échec sur celui qu’il a commandé. Heureusement, un membre de son équipage l’a alerté. Cette sorte d’effet inverse peut coûter des vies. Bien que les pratiques puissent avoir été « les meilleures » sur son premier commandement, elles auraient été catastrophiques sur son poste actuel. Le contexte avait changé. Pensez-y.

De la description du livre : “il a fait du bateau le plus mauvais le meilleur défiant l’approche de disciple-leader traditionnelle de la Marine américaine et mettant en œuvre au lieu de cela sa propre structure leader-leader.”

Rod Collins dans son livre, Wiki Management, décrit 50 pratiques différentes qu’un petit groupe de sociétés d’avant-garde utilise pour s’adapter à la vitesse du changement, plutôt qu’essayer de manager le changement.

Selon Collins :

“Comme les managers luttent pour aller aussi vite que les changements dans leur environnement, ils prennent de plus en plus conscience d’un problème très dérangeant. Ils découvrent que les méthodes et les pratiques qui délivraient toujours des résultats prévisibles de par le passé ne fonctionnent plus désormais.

Livre sur Amazon

Les prévisions deviennent soudainement incertaines comme de nouvelles technologies perturbatrices réorganisent radicalement les marchés. La réduction des coûts n’aboutit pas nécessairement des améliorations en efficacité et en productivité. Les méthodes analytiques prouvées sont maintenant trop lentes et inefficaces pour se maintenir à niveau avec un monde en rapide changement. Et mettre plus de contrôle semble mener les sociétés à perdre le contrôle et parfois leur business.

Dans un monde où le changement est une constante et les règles établies depuis longtemps semblent me plus travailler marcher, il n’est pas surprenant que beaucoup de managers se sentent dépassés par ce qui semble être complètement ingérable. ”

Collins a ajouté un avertissement sur ses cinquante pratiques que pas toutes fonctionneront dans tous les contextes et que même celles que vous considérez vraiment utiliser devront probablement être adaptées à votre contexte.

Remarquez qu’il n’a simplement utilisé le terme de « pratiques » dans qualificatif comme meilleures ou bonnes, seulement des pratiques. Se focaliser sur l’adoption et l’application de pratiques d’autres personnes se base sur le modèle de management hiérarchique traditionnel qui est fondé sur “ le leader omniscient” qui dit aux gens que faire.

Collins a aussi observé que beaucoup de questions challengeant les organisations modernes passent de problèmes discrets à des désordres holistiques. Les hiérarchies traditionnelles sont intrinsèquement inefficaces quand une rapidité de processus décisionnel est nécessaire pour manager à la vitesse des changements et résoudre ces désordres holistiques.

Ces désordres holistiques sont aussi beaucoup trop complexes pour que n’importe quel leader individuel puisse avoir toutes les réponses et solutions. De même ce serait de la folie pure que de supposer que nous pouvons prendre des pratiques inventées dans un contexte différent du nôtre et les appliquer sans plus de réflexion. Vous avez besoin de collaboration chez vos leaders et équipes pour co-créer les solutions qui peuvent marcher dans votre contexte.

Donc nous ne devrions pas perdre espoir en notre propre créativité et compréhension en appliquant simplement les pratiques d’autres personnes – c’est OK de considérer les avis et les idées d’autres (l’accent est mis sur le pluriel), mais si nous ne comprenons pas vraiment quelle est la pratique, comment l’appliquer, quand ne pas l’appliquer, ou si nous ne comprenons pas quand la pratique est faible ou inexistante dans un certain secteur compatible avec notre contexte, alors nous devenons ce que j’appelle un mouton de Panurge (Lemming Method). Nous suivons aveuglément quelque chose que nous ne comprenons fondamentalement pas.

Les qualificatifs ajoutent peu aux idées subjectives. Nous pouvons dire qu’une voiture est plus rapide qu’une autre en réalisant des mesures simples. Mais tant de choses peuvent affecter les résultats que nous obtenons du même jeu de pratiques utilisé par une autre équipe – même dans la même organisation – sans parler d’autres organisations et autres industries.

Nous avons besoin d’être capables de déterminer si incorporer les pratiques de quelqu’un d’autre dans notre propre cas nous apportera quelque chose de valeur.

Obtenons-nous de la valeur de cette pratique ?

générer de la valeurNous devrions toujours nous poser deux questions avant d’adopter les pratiques de quelqu’un d’autre :

  1. Quelle valeur supplémentaire obtiendrai-je je n’ai pas déjà ?
  2. Cela vaut-il le coût de mettre en œuvre cette pratique pour obtenir cette valeur additionnelle ?

Il y a des tas de pratiques de valeur égale ou d’une certaine valeur, sur n’importe quel sujet ou question à laquelle vous pouvez faire face. Il appartient à chaque personne ou équipe de trier comment adapter les pratiques des autres pour pouvoir les appliquer dans leur contexte pour obtenir quelque chose de plus auquel ils accordent de la valeur.

Ce sont des êtres humains, laissent les réfléchir!

Ester Derby a observé que “des adultes signent des contrats, choisissent des camarades de travail, élèvent des enfants et prennent toutes sortes de décisions importantes. Pourquoi nous attendons-nous à ce que ces mêmes adultes aient besoin de supervision rapprochée quand ils viennent  travailler ?”

Bonne question !

Les pratiques qui fonctionnent pour une équipe, peuvent échouer misérablement pour une autre. Il peut y avoir quelques vérités générales, mais il n’y en a aucune d’absolue.

Les gens doivent être capables et être encouragé à utiliser leur propre jugement, créativité et compréhension dans le choix de ce qui pourrait aller dans leur contexte, en adaptant les pratiques d’autres personnes à leur situation. Qui sait ? Ils pourraient même en inventer de nouvelles mais seulement si vous, en tant que leader, désirez créer l’environnement dans lequel cela peut arriver.

Bien qu’il y ait des tas de pratiques que vous pouvez vouloir, c’est à vous et vos équipes de décider de manière collaborative ce qui est bon pour votre organisation et dans votre contexte. Et si ce n’est pas bon ? Ne l’utilisez pas. Ou créez vos propres pratiques. Maintenant il y a une réflexion.

Cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas apprendre des autres en examinant leurs pratiques.

Cela signifie que vous et vos équipes devriez avoir tant la confiance que le courage de considérer la création de vos propres pratiques appropriées à la résolution de vos propres désordres. Ou bien, combiner des aspects de différentes pratiques avec vos propres adaptations. Et soyez prêts à rapidement faire des adaptations en fonction de ce que vous observez. Et faites preuve d’assez de confiance pour laisser vos équipes et leurs membres réaliser ces adaptations.

CSP est partenaire de DantotsuPM

L’idée de meilleures pratiques est née d’une ère qui se termine.

Celle des hiérarchies et du management traditionnels qui disent aux gens que faire, quand et comment le faire et pour combien de temps le faire. Pour un nombre croissant d’organisations, la rapidité des changements dans notre monde moderne écarte le fait de faire simplement ce que font tous les autres. De plus ce n’est pas très amusant non plus.

Amusez-vous avec vos pratiques, quelles qu’elles puissent être et partout où vous pourriez les trouver. Vous ne devez pas devenir un mouton de Panurge.

Rencontres sur le management de projets – 26 Mars au 1er Avril

5 Mar

Les rendez-vous sur le management de projets et le leadership que je vous conseille en cette dernière semaine de mars sur le web, à Paris et Toulouse : Benefits Management, Agilité, Théorie des Contraintes, Kaizen et mines de diamants !!!

Mardi 27

This presentation by Kik Piney will introduce a technique that is central to effective benefits management – benefits mapping. The power of this tool for integrating project planning with business forecasting will be explained. A case study example will show how this technique can help strategic planners avoid the sort of extremely costly false assumptions that the media take pleasure in exposing – but only after the event!

Kaizen simply means « change for better« . As project managers, we are always looking for ways to help teams adopt positive change. When Kaizen is applied through a consistent and sustained program of successful Kaizen events, it teaches employees to think differently about their work. As projects managers, adding Kaizen as a skill creates tremendous long-term value by developing the culture that is needed for truly effective continuous improvement.

avec Ventura Asssociates, partenaire de DantotsuPM, recrutez les ressources critiques dont vous avez besoin pour vos projets

Mercredi 28

The Gahcho Kué Project created the largest new diamond mine constructed in the world since 2003. In one of the world’s harshest climates, the project was successfully completed two months ahead of schedule. This project achieved its goals even with several chilling challenges. The Gahcho Kué project was awarded as a 2017 PMI Project of the Year Finalist. What were the challenges, best practices, and lessons learned ?

 

Professional Scrum Trainer Ravi Verma will propose a rigorous, frame-work independent approach that constructively channelizes the valid desire for governance. He will frame governance in terms of value that will help us unify organizations without getting sucked into polarizing conversations about delivery frameworks. He also will frame governance as a powerful way to enable sustainable competitive advantage and provide a short, memorable equation that might help entire organizations align towards a shared goal.

SMPP est Partenaire de DantotsuPM – Référentiel SMPP gratuit !

 

CSP est partenaire de DantotsuPM

Jeudi 29

Quelles sont les caractéristiques de l’entreprise Agile ? Quelle peut être la démarche de transition liée à l’adoption de l’agilité avec ses facteurs de succès et pièges à éviter ? Ces changements sont très profonds et touchent à la culture même de l’entreprise, pour l’emmener vers de nouveaux modèles de management : sociocratie, holacratie, entreprise libérée

CertYou est partenaire de DantotsuPM

Version française sur Amazon

Vendredi 30

 

PMI, PMBoK Guide are registered marks of Project Management Institute, Inc.

%d blogueurs aiment cette page :