Tag Archives: Soft Skills

21 Novembre – Toulouse #PMI® – Conférence sur le Leadership authentique

7 Nov

La branche Midi-Pyrénées vous proposera une conférence sur le Leadership Authentique, présentée par Frédéric Bonneton

Au-delà des nouvelles méthodes et des nouveaux modèles, la capacité du chef de projet à entrainer des équipes transversales sur une vision commune reste LA compétence clé.

Livre sur Amazon

Et cette compétence est de plus en plus difficile à mettre en œuvre. Pourquoi?

Parce que la démobilisation croissante des équipes, leur défiance naturelle vis-à-vis des institutions et de leur représentant, placent tous les managers et particulièrement les chefs de projet dans un rôle de plus en plus complexe à exercer.

Conscient de cet enjeu, les entreprises s’interrogent sur d’autres modèles (entreprise libérée,…), poussées aussi par les différentes révolutions qui la percutent, (changement de business models, évolutions sociologiques, digitalisation et manière de travailler,…). Cependant, dans ce monde de complexité, toutes pressentent l’importance de l’humain.

Il existe aujourd’hui une voie différente à ces grandes révolutions qui sont proposées, une voie accessible et simple qui permet à toutes les personnes travaillant en projet de faire la différence : la voie de l’authenticité.

Cette conférence sera animée par Frédéric Bonneton, consultant, conférencier et auteur. Il a notamment publié ‘Bien Décider en moins d’une Heure’, édition Eyrolles et ‘La Négociation Émotionnelle’ chez Kawa.

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

21 Novembre – Paris #PMI® – Faire face à la complexité quotidienne du projet : l’apport des humanités

6 Nov

Qu’apportent les « humanités » ?

Les humanités sont cet ensemble de disciplines qui recouvre l’étude et l’interprétation des langues, la linguistique, la littérature, l’histoire, le droit, la philosophie, l’archéologie, l’étude comparée des religions, l’éthique, l’histoire de l’art, la critique artistique et la théorie des arts.

En quoi impactent-elles le quotidien du chef de projet ?

Au cours de ses missions, le chef de projet doit faire à une complexité grandissante qui exige une appréhension des situations sous de multiples facteurs. Stéphane Glattleider, Gérald Péoux et Jean-Roch Houllier nous proposent d’esquisser sur une illustration originale le chemin emprunté par les humanités pour faire face à cette complexité.

Cet événement organisé par le PMI France branche Ile-de-France aura lieu le 21 novembre prochain de 18H30 À 20H30 à l’Espace Saint Martin.

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

La participation à cet événement rapporte 2 PDUs.

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Enregistrer

Enregistrer

quelles habitudes rendent les chefs de projets plus performants et plus efficaces ? #3 l’attitude !

30 Oct

Lors de l’enquête auprès des lectrices et lecteurs du blog DantotsuPM, c’est plus une question d’attitude que de compétences qui est ressortie.

Les commentaires reçus couvrent différents aspect de ce « savoir être » dans leur travail: Certains traits de caractères, une grande ouverture d’esprit et la curiosité.

Voici quelques-uns des verbatims reçus.

Traits de caractère

  • journée du management de projet 2012Détermination
  • Volonté de réussir
  • Patience
  • Rigueur et engagement
  • Ponctualité
  • Serviable
  • Positif
  • Agilité
  • Dédramatiser les situations

Veille active

  • Être en veille sur des thématiques
  • Veille
  • Toujours connecté à ce qu’il y a de nouveau dans mon domaine sur internet
  • Curieux de tout
  • Justement, le fait de créer de nouvelles habitudes. Mais aussi d’apprendre continuellement en université/mooc/conférences

Qu’ajouteriez-vous sur ce thème de l’attitude du chef de projet ? Répondez dans la zone commentaires…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

8 Novembre – Webinar #PMI® – La clé du succès: la communication par les couleurs (les différentes personnalités DISC)

26 Oct

Les organisations et les projets sont de plus en plus complexes.

parcours professionnelEt les projets derniers impliquent de plus en plus de parties prenantes pouvant influencer positivement ou négativement le projet, il devient impératif pour le chargé de projet qui possède un pouvoir limité de savoir communiquer afin d’assurer l’atteinte des objectifs du projet.

Il existe 4 façons distinctes de communiquer, d’apprendre et de prendre des décisions. Dans le cadre de cet atelier, vous obtiendrez votre profil de couleurs, un outil efficace de communication en mode projet.

Connaître votre style de communication et celui des autres vous permettra d’optimiser efficacement vos réunions d’équipe de projet à coup sûr.

À la fin de cette session les participants seront en mesure de :

• Apprendre à mieux se connaitre et mieux comprendre les autres types de personnalités
• Comprendre les 4 styles de personnalité selon les 4 couleurs: leurs forces, leur mode de fonctionnement et leurs axes de développements
• Développer des stratégies de réussite pour optimiser l’efficacité lors de la gestion d’équipe

Inscription

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

CSP est partenaire de DantotsuPM

les 4 accords toltèques: 4 règles de vie à appliquer dans vos projets par Rose-Hélène Humeau

17 Oct

« The Four Agreements » on Amazon

C’est l’histoire d’un livre devenu culte, publié en 1997 par Don Miguel Ruiz (The four agreements), qui s’est écoulé à plus de 4 millions d’exemplaires dans le monde.

Miguel Ruiz propose de passer avec soi quatre accords de vie, simples et faciles à retenir pour améliorer son quotidien autant personnel que professionnel.

Accord 1 : Que votre parole soit impeccable

La parole est un outil très puissant qui peut construire ou détruire. Une parole impeccable est une parole qui n’agresse ni ne médit. Comment faire ?

  1. Cultiver la modération dans ses propos : ne pas en dire trop et/ou trop vite.
  2. Parler avec intégrité : ne pas mentir ni aux autres, ni à soi-même.
  3. Devenir spontanément positif : favorisez les paroles positives et sincères, privilégiez les encouragements aux compliments.

Cet accord permet une communication positive qui favorise les relations aux autres.

Accord 2 : Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

Comment ne pas être profondément touché par une critique acerbe ou considérer que l’échec du projet est lié au fait que vous n’avez pas été à la hauteur de l’enjeu ?

  1. Laisser remarques, reproches, compliments ou opinions à leur place. Vous êtes critiqué ou encensé ? C’est l’image que l’autre se fait de vous, ce n’est pas vous !
  2. Avoir confiance en sa capacité à effectuer des choix responsables : ne plus avoir besoin de faire confiance à ce que les autres disent ou font.
  3. Garder en tête que l’opinion d’un tiers n’engage que lui : laissez à l’autre la responsabilité de sa parole.

Cet accord  libère des émotions négatives afin qu’elles ne nous contrôlent pas.

Accord 3 : Ne faites pas de suppositions

Dans notre monde professionnel, nous avons besoin de tout justifier, de tout expliquer, tout comprendre, ce qui nous amène à faire beaucoup de suppositions – inventions personnelles très souvent transformées en certitudes ! Comment éviter les pièges de cette attitude ?

  1. Poser des questions : demandez plutôt que faire des hypothèses sur les autres,  communiquez clairement.
  2. Ne pas faire de suppositions sur soi-même : se connaître et prendre du recul.
  3. Ne pas faire de suppositions sur les faits : souvenez-vous que l’hypothèse n’est pas une certitude, vérifiez-la !

Cet accord  nous permet de comprendre et rester ouvert et réceptif à soi-même et aux autres.

Accord 4 : Faites toujours de votre mieux

Il est impossible d’être performant de façon constante mais il est important de rester dans l’action pour concrétiser nos idées et obtenir des résultats. Comment faire toujours de son mieux ?

  1. Le but n’est pas de faire mieux que mieux : en faire trop ne sert à rien et épuise ses forces.
  2. Pas de culpabilité, pas de regrets : acceptez ses propres capacités et celles des autres.
  3. Sortir de sa zone de confort : autorisez-vous ou autorisez les autres à prendre le risque d’une initiative réfléchie.

Cet accord nous permet de progresser avec joie, selon nos capacités.

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

Livre « Les quatre accords toltèques »sur Amazon

Pour approfondir :  Les quatre accords toltèques – Don Miguel Ruiz – Jouvence Editions

Les toltèques : La culture toltèque est une culture mésoaméricaine  qui s’est développée autour de Tula, leur capitale située près de Teotihuacan au Mexique, entre 900 et 1200 de notre ère.   Le terme Toltèques provient du nahuatl et désigne les « maîtres bâtisseurs ». Dans les légendes nahuatl, les Toltèques sont censés être à l’origine de toute civilisation (c’est pourquoi on les nomme artistes ou maîtres bâtisseurs). Les Aztèques, pour affirmer leur supériorité, se sont donc prétendus leurs descendants. – Wikipedia

Enregistrer

Enregistrer

pessimiste + optimiste = bon chef de projet et bon leader

22 Sep

Considérons les avantages et inconvénients à être optimiste ou pessimiste

Livre sue Amazon

Le pessimiste, voire le parano, assure sa survie, celle de son projet et de son entreprise (selon Andrew S. Grove, CEO of Intel: « Only the Paranoid survive »). Et ceci parce qu’il est attentif aux risques potentiels et toujours prêt à affronter les problèmes. Par contre, il risque d’être paralysé par son analyse de la situation et il projette une image négative de lui même et de son projet susceptible de repousser même les meilleures volontés (personne n’aime venir le voir car il est morose). Il risque également de trop dépenser pour couvrir les risques qu’il perçoit.

L’optimiste démontre sa confiance en lui-même et dans les autres, créée le désir de bouger, de faire avancer les choses, donne de l’énergie. Il nous incite à voir et rechercher des solutions, des opportunités, plutôt que des problèmes. Cependant, l’optimiste peut faire preuve d’excès de confiance, voire sous estimer les obstacles. Il tend également à peindre les choses sous un œil un peu trop favorable.

En pratique, n’est-ce pas la combinaison des deux facettes, pessimisme et optimisme , qui est nécessaire chez le chef de projet pour cumuler les points forts de chaque attitude tout en évitant leurs points faibles?

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

Enregistrer

Enregistrer

Comment le chef de projet devrait-il gérer un dominateur pendant une réunion d’équipe ?

18 Sep

How Should the PM Handle a Dominator During a Team Meeting?

http://www.projectmanagers.net/profiles/blogs/how-should-the-pm-handle-a by Dana Pigford Brownlee

Que Faire Quand Quelqu’un Domine la Discussion ?

Le Problème : Chacun a eu l’occasion de rencontrer “le Dominateur”.

C’est la personne dans le groupe qui semble s’accaparer la discussion. Parfois ce sont des bavards trop ardents…d’autres fois ce sont des personnalités excessivement agressives absorbant tout l’oxygène de la pièce. Malheureusement, parfois ils semblent parler au nom des autres et ne les laisseront pas exprimer leurs avis ou idées. En tant que facilitateurs, on attend de nous que nous créions et supportions un environnement inclusif et sûr où des idées diverses peuvent être exprimées. Mais quand vous êtes face à un dominateur (ou deux !!), que faire ???

Essayez une ou plusieurs de ces 8 techniques.

1. Remerciez le dominateur pour ses réactions et demandez l’apport des autres

“Stéphane, c’est une idée intéressante. Voyons si d’autres ont également des suggestions.”

2. Réitérez le commentaire du dominateur, écrivez-le visiblement pour que tous puissent le voir, et demandez ensuite d’autres idées afin de compléter la liste.

“Stéphane, il semble que vous recommandiez que nous utilisions ces trois sociétés en tant que liste des vendeurs retenus… est-ce correct ? C’est une excellente suggestion. Compilons une liste de plusieurs suggestions, puis discutons-les toutes. Nous inscrivons votre suggestion comme numéro 1 dans la liste. Je voudrais obtenir au moins trois autres suggestions de l’équipe. Qu’en pensent les autres ?”

3. Au lieu de demander au groupe de répondre à une question oralement, demandez leur de prendre 2 minutes pour noter leur idée, question, ou recommandations sur un Post-It.

Demandez ensuite à chaque personne de partager l’un des commentaires qu’elle a écrit.

4. Suggérez que le groupe utilise la technique du tour de table

Faire un tour de la table en demandant à chaque personne de partager un commentaire. Démarrez du coté de la table qui est à l’opposé du dominateur.

“C’est une question si importante que je veux être sûr d’obtenir des idées de chacun. Faisons un rapide tour de table en commençant par Gilles…”

5. Adressez-vous directement à plusieurs personnes qui n’ont rien dit.

“Michel, quelles sont tes idées sur cette question ?”

6. Faites une pause et sollicitez en aparté le support du dominateur

“Stéphanie, vous avez amené plusieurs points clefs. J’aimerais impliquer plusieurs autres membres de l’équipe dans la discussion pour entendre leurs idées. Quelques membres du groupe ne sont pas aussi affirmés et je voudrais être sûr que nous les entendions.”

7. Répartissez le groupe en paires ou petites équipes et laissez-les discuter de la question ensemble avant d’entamer une discussion de groupe

8. Obtenez l’accord de votre équipe d’utiliser un objet physique (par exemple une balle) pour équilibrer la discussion.

La personne tenant la balle s’exprime puis doit la passer à quelqu’un d’autre qui prendra à son tour la parole.

CSP est partenaire de DantotsuPM

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

26 Septembre – Paris #PMI® – En quoi nos comportements impactent-ils nos réussites ?

5 Sep

L’impact de nos comportements sur nos existences n’est plus à prouver !!!

Mais, qu’en est-il de nos situations vécues en entreprise dans l’inter-relation avec l’autre… collègues, transverses, hiérarchiques… ?

Comment agir autrement pour motiver et impliquer mon interlocuteur ?

Comment donner du sens à notre coparticipation, pour lui & pour moi, pour lui comme pour moi ?

En résumé… comment être plus efficients ensemble pour défendre la RÉUSSITE de nos projets.

Avec de plus en plus d’exemples observés, observables et mesurables, nous pouvons si nous le voulons regarder notre vie à partir de paradigmes différents.

Êtes-vous prêts à évoluer et progresser dans votre perception actuelle et  à venir ?

  • Si oui, soyez les bienvenues et bienvenus
  • Si non, alors soyez encore plus les bienvenues et bienvenus.

A mêmes situations vécues, mais à comportements différents, et à intentions clarifiées, nous obtiendrons des performances différentes.

Plus qu’une conférence générale sur cette thématique, Stéphane BLUM, vous propose de partager ensemble des exemples concrets, des astuces et des techniques pour que vous puissiez à votre tour expérimenter de manière plus factuelle cette nouvelle réalité.

Inscriptions à cette conférence du PMI France Paris Ile de France

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

utilisez ces 15 vérités pas si évidentes sur les compétences relationnelles

29 Août

Vérités sur les compétences relationnelles : Utilisez ces 15 que vous devez absolument connaître !

Use 15 Not So Obvious People Skills Truths http://katenasser.com/use-15-not-so-obvious-people-skills-truths par Kate Nasser

Kate Nasser

Beaucoup de professionnels techniques et non intuitifs me disent que maitriser les aspects pas si évidents des compétences interpersonnelles (des compétences douces ou compétences relationnelles) leur pose un grand défi, voire un réel casse-tête. Où trouver les vérités sur les compétences relationnelles à apprendre et utiliser ?

Ne cherchez plus. Si vous avez le désir de bien vous connecter avec d’autres, vous pouvez surmonter et utiliser ces 15 vérités pas si évidentes sur les compétences relationnelles pour que tout se mette en place.

Si vous n’êtes pas sûrs de pourquoi c’est important, considérez que les compétences interpersonnelles ont un impact sur la confiance et les relations au travail et dans la vie courante. Toutes impactent ce que vous pouvez réaliser avec d’autres : les résultats.

1. Les gens ne peuvent voir vos intentions

Donc, ils les déduisent de vos paroles et de la tonalité de votre voix. Faites état de votre intention pour minimiser les confusions.

2.   Tout ce que vous dites impacte les autres émotionnellement.

Même si vous collez aux faits, votre message laisse une marque humaine. Considérez un docteur qui dit à un patient « Vous avez le cancer » puis quitte la chambre. Le manque d’empathie inflige une douleur supplémentaire. Beaucoup de scientifiques suivent la devise « plus de faits scientifiques produisent moins de crainte. » Ils confondent le besoin de savoir de l’homme avec la crainte. Ils aussi croient par erreur que tout le monde croit en leur devise. Vous pouvez faire de la science tout en adressant les besoins humains.

3.   Le savoir-vivre de base est un point de départ pour établir une connexion avec les autres personnes.

Les règles de savoir-vivre sont plus souples aujourd’hui qu’il y a quelques temps pourtant elles sont toujours une base puissante quand on rencontre de nouvelles personnes.

4.   Demandez aux gens comment ils se sentent et/ou ce qu’ils pensent.

Ne leur dites pas « je suis sûr que vous vous sentez… ». Ceci serait ressenti comme arrogant et présomptueux.

5.   Adressez vous à la personne par son prénom (ou au moins nom de famille ou titre)

Ceci relâche les tensions et facilite la communication. Dans certaines situations, utilisez Monsieur ou Madame.

6. Une poignée de main est votre CV sans parole.

Rendez-la excellente. Si quelqu’un vous tend la main, donnez-leur plus que le bouts de vos doigts. Une poignée de main du « bout des doigts » dit à l’autre personne Non, je ne vous aime pas trop, je n’ai pas confiance en vous. Prenez la main entièrement jusqu’à l’articulation du pouce, et remuez de haut en bas, avec un contact visuel.

7. Les mots peuvent plaire ou blesser.

Pour réussir, créer des ponts avec vos mots et le ton de votre voix – pas des précipices. Parlez vrai avec tact et bienveillance. La brusquerie peut brûler pour toujours.

8. Le sarcasme est souvent mal compris particulièrement dans les moments difficiles.

Avec ceux que vous ne connaissez pas bien, éliminez le sarcasme. Laissez-le aux comiques et amuseurs. Avec ceux que vous connaissez bien, ne le dirigez pas sur eux. Cela est souvent perçu comme une attaque.

9. De bonnes questions mettent en visibilité des possibilités de connexion, de résultats et de succès.

Posez des questions ouvertes pour apprendre; fermées pour confirmer. Les gens qui réussissent bien avec les autres, posent plus de questions ouvertes et sont considérés comme plus ouverts.

10. Utilisez des mots précis au lieu de mots qui minimisent.

Par exemple, Principalement est un mot précis tandis que juste et seulement minimisent. « Êtes-vous seulement concernés par les délais ? » Peut sembler une attitude condescendante, minimaliste et dédaigneuse. « Êtes-vous principalement concernés par les délais ? » peut alimenter une discussion de valeur. « Quelles sont vos préoccupations principales ? » est encore mieux parce que c’est ouvert et permet une discussion ouverte.

11. Bien écouter est une question d’équilibre.

Trop de silence ou trop de paroles peuvent être ennuyeux. Le premier peut aussi être vu comme manipulateur, le second égocentrique.

12. Demandez à la permission de fournir de l’aide avant de donner des conseils.

Sinon, vous pouvez donner l’impression d’être importun et d’attitude condescendante.

13. Si quelqu’un pense que vous les avez flattés avec vos mots ou actions, ne leur dites pas que ce n’est pas ce que vous vouliez faire!

Ceci n’est pas le moment de donner des détails. C’est simplement le moment de dire: « il n’y a pas de quoi ».

14. Un « je vous l’avais bien dit » reste gravé à jamais.

Même si vous n’utilisez pas ces mots-là, le message devient une marque contre vous. Les gens éviteront d’interagir avec vous pour s’épargner la douleur émotionnelle de votre attitude je-sais-tout. Célébrez silencieusement votre clairvoyance. Utiliser les vraies compétences relationnelles.

15. Authenticité et adaptabilité ne sont pas des comportements contradictoires.

La tendance est aujourd’hui à soyez authentique. Bien sûr – tant que vous vous adaptez aux autres dans vos interactions. Être vous-même sans adaptation donne l’impression que vous êtes rustre et vous gagne les étiquettes d’égoïste et égocentrique.

Qu’est-ce qui pourrait vous empêcher d’utiliser ces 15 vérités ?

Désirs et résultats: Le manque de désir limitera vos progrès.

Comme j’enseignais des compétences d’assistance technique dans un service client, un professionnel technique dans la salle était très résistant. À la pause, je lui ai demandé à titre privé s’il souhaitait que je lui réexplique quoi que ce soit à nouveau ou différemment. Il m’a répondu non. Il avait compris ce que j’enseignais. Il n’utilise pas ces vérités sur les compétences relationnelles parce que « c’est juste trop de complications ! Si les gens veulent son aide, ils s’adapteront à lui. » Voici une décision. Mais, la non-utilisation de ces vérités l’empêchera certainement de progresser.

Si vous voulez être dans une position de leadership, améliorer vos compétences relationnelles sera essentiel.

Qu’ajouteriez-vous à cette liste ?

CSP est partenaire de DantotsuPM

Enregistrer

5 questions essentielles à vous poser…

23 Août

Five Essential Questions to ask Yourself

http://www.presentationzen.com/presentationzen/2016/06/five-essential-questions.html  par Garr Reynolds

Beaucoup de discours prononcés lors des remises de diplômes sont oubliables, mais certains restent. Le discours du doyen James Ryan à la cérémonie du 3ème cycle de Harvard en fait partie. Le message central du doyen Ryan est que développer une capacité à poser de bonnes questions est clé à la réussite et l’accomplissement de soi. « Je vous recommanderais vivement de résister à la tentation d’avoir des réponses toutes prêtes et de passer plus de temps à réfléchir aux bonnes questions à poser » dit-il. La prise de parole de 24 minutes est visionnable ici. Mais c’est la section de 6 minutes ci-dessous qui résonne le plus en moi comme en beaucoup d’autres. Dans cette section Ryan dit qu’il croit qu’il y a cinq questions essentielles que nous devons régulièrement nous poser à nous-même. La justification de Ryan consiste en ce que, si nous prenons l’habitude de poser ces questions, nous aurons une bien meilleure chance de réussir et d’être heureux. Et, il dit, nous serons dans une meilleure position pour répondre « je l’ai fait » à la question bonus à la fin de sa liste de 5 questions. (Un résumé de sa liste des cinq après la vidéo.)

(1) Attendez, que ?

« Attendez, que » est en réalité une façon très efficace de demander une clarification, qui est cruciale à la compréhension » selon Ryan. « Le Attendre, Qui précède le Que, Est aussi un bon rappel que ça paye de ralentir pour s’assurer que vous comprenez vraiment. »

Beaucoup d’entre nous ont souvent un biais inconscient vers les informations qui confirme nos avis personnels sur le monde.

Dans notre XXIe siècle où des médias sociaux permettent à des faits complètement inventés d’être circulés tels quels, il est plus important que jamais de ralentir et de s’arrêter et mettre en doute quoi que ce soit qui semble trop beau (ou trop mal) pour être vrai.

(2) Je me demande, pourquoi/si ?

Pourquoi? Si ?

« Poser la question ‘ Je me demande pourquoi’ est une façon de rester curieux du monde et questionner ‘ Je me demande si ‘ est une façon de commencer à réfléchir à comment vous pourriez améliorer le monde.

Comme dans « je me demande pourquoi nos écoles font preuve de tant de ségrégation et je me demande si nous pourrions changer ceci ? ».

Voici peut-être la question la plus fondamentale de toutes. C’est l’une des questions les plus puissantes qu’une personne instruite – indépendamment de ses études – puisse se poser.

Des questions comme : « En est-il ainsi (je me demande) ? Est-ce que c’est vraiment vrai ? Comment le sais-je ? Qu’arriverait-il si __ ? Nous commençons alors à aborder les vrais grands problèmes du monde – et les grands problèmes de nos vies personnelles – avec la plus petite des questions : Je me demande pourquoi/si ?

(3) Ne pourrions-nous au moins ?

« C’est ce qui vous permet de passer de désaccord à un certain consensus, comme dans ‘ne pourrions-nous pas au moins reconnaître que nous nous soucions tous du bien-être des étudiants, même si nous ne sommes pas d’accord sur la stratégie ? « . Ceci est une façon de poser un certain point commun et de faire des progrès, peu importe de quelle taille. Ryan dit que c’est aussi une approche pour débloquer une situation ou pour démarrer en premier lieu. J’ai constaté que ceci est un excellent truc mental.

L’un de nos obstacles les plus importants pour progresser dans notre travail est la procrastination. La plupart d’entre nous remettent à plus tard parce que nous nous concentrons sur l’énormité du projet ou sur sa conclusion, une conclusion dont nous sommes incertains. Ainsi, si au lieu de se concentrer sur la fin du projet, nous nous concentrons simplement sur commencer. Seulement commencer. Vous vous dites, ne nous inquiétons pas de comment cela progresse ni de la longue route pour atteindre la conclusion. Simplement commençons.

Quand vous vous dites que vous commencez juste un peu sans vous inquiéter de la taille et des difficultés perçues du projet tout entier, il est plus facile de s’asseoir et juste d’essayer. Souvent, nous nous étonnerons que combien de progrès nous faisons quand notre seul but était simplement « au moins, commençons. »

(4) Comment puis-je aider ?

« Nous ne devrions pas laisser les pièges réels du complexe du sauveur éteindre l’un des instincts les plus humains qui soit, » dit Ryan, « l’instinct de donner un coup de main ».

Une volonté d’aider et de faire une différence dans les vies des autres est ce qui pilote fondamentalement la plupart d’entre nous. Mais, dit Ryan, nous devons rester humbles et écouter vraiment avec nos yeux, nos oreilles et notre cœur pour voir où nous pouvons le mieux aider.  »

… Comment nous aidons a autant d’importance que ce que nous faisons pour aider, et si vous demandez ‘comment’ vous pouvez aider, demandez-le avec l’humilité. »

(5) Qu’est-ce qui compte vraiment ?

« Ceci est la question qui vous force à arriver au cœur des problèmes et au cœur de vos propres croyances et convictions. » Ceci est une question que nous devons nous poser à nous-même plus que seulement de temps en temps. On demande aux professionnels et étudiants de faire plus (ou au moins de vouloir en faire plus).

Il est facile d’être tiraillé dans beaucoup de directions et d’essayer de trop faire. Je le dis fréquemment, mais si tout est important pour vous alors rien n’est important pour vous. La vie c’est faire des choix difficiles.

Ceci est vrai pour le business et c’est vrai dans la vie de tous les jours. Nous devons apprendre à supprimer ce qui n’est pas indispensable à notre réponse à la question « Qu’est-ce qui compte vraiment pour moi ? ». La Clarté, la simplicité et le focus sont cruciaux pour rester sur votre propre chemin vers ce qui compte vraiment pour vous.

Question bonus : « Et avez-vous obtenu ce que vous avez voulu de la vie, quand même ? »

Ici le doyen Ryan se rappelle d’un passage dans une poésie de Raymond Carver: « et avez-vous obtenu ce que vous avez voulu de la vie, quand même ? ». « Quand même », dit Ryan, est un rappel que la vie même à son meilleur est emplie de douleurs, de peines et de déceptions. Cependant, « quand même », vivez-vous une vie qui vous permet de vous accomplir ? « .

Ma position est que si  vous demandez régulièrement : Attendez, que, je me demande, ne pourrions-nous au moins, comment puis-je aider et qu’est-ce qui compte vraiment, quand vient le temps de vous demander ‘ Et avez-vous obtenu ce que vous avez voulu de la vie, quand même ? ‘ Votre réponse sera « je l’ai fait ».  »

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

%d blogueurs aiment cette page :