4 façons de changer rapidement l’avenir

Ce qui est terrible avec l’avenir, c’est sa prévisibilité: Hier se reproduira si vous ne changez pas l’avenir aujourd’hui !

4 ways to quickly change the future

https://leadershipfreak.blog/2022/06/07/4-ways-to-quickly-change-the-future/  par Dan Rockwell

Ce qui est terrible avec l’avenir, c’est sa prévisibilité.

Hier se reproduit jusqu’à ce que vous changiez l’avenir aujourd’hui.

Les relations moches aujourd’hui seront décevantes demain à moins que vous ne traitiez les gens différemment aujourd’hui.

Les réunions ennuyeuses d’hier se reproduiront si vous dirigez des réunions aujourd’hui comme vous l’avez fait hier.

4 façons de changer rapidement l’avenir

#1. Rejetez l’uniformité.

L’uniformité est l’ennemie du changement à moins que vous ne changiez constamment les choses.

La répétition fige le passé.

S’arrêter est un début.

Arrêtez !

  1. D’avoir encore et encore les mêmes conversations.
  2. De faire les mêmes choses et de vous attendre à des résultats différents.
  3. De penser de la même façon au sujet de situations qui ne changent pas.
  4. De poser les mêmes questions.

#2. Agissez différemment.

Quelqu’un a dit :

« L’avenir appartient à ceux qui croient en leurs rêves. »

Rêver est une source de frustration pour ceux qui refusent de changer.

L’avenir se créé maintenant.

Si vous faites toujours ce que vous avez toujours fait, vous obtenez toujours ce que vous avez toujours eu. Attribution incertaine

#3. Accueillez de nouvelles personnes dans votre vie.

Invitez des personnes d’autres départements à assister à vos réunions.

Écoutez des livres pour enfants.

Demandez à l’employé du magasin le secret du succès.

Présentez-vous de manière décontractée à une personne de niveau hiérarchique plus élevé que le votre. Prenez un café avec elle, par exemple.

#4. Essayez une chose nouvelle aujourd’hui.

Demain sera identique à aujourd’hui, à moins que vous ne fassiez quelque chose de différent aujourd’hui.

Exercice :

Créez deux colonnes sur une feuille blanche. Dans la colonne de gauche, listez tout ce que vous aimeriez changer sur votre organisation ou équipe. Dans la colonne de droite, énumérez tout ce qu’un leader nouvellement nommé pourrait faire pour produire ces changements.

Choisissez une petite chose que vous pouvez faire aujourd’hui pour changer l’avenir. Ne demandez pas la permission. Ne violez pas les règles établies. N’empiétez pas sur le terrain de quelqu’un.

L’avenir ne peut pas être prédit, mais l’avenir peut être inventé. Le prix Nobel Dennis Gabor.

Comment allez-vous changer l’avenir dès aujourd’hui ?

 

Acceptez l’inévitable

Une brève définition de l’inévitable est « certain de se produire » ou « inéluctable ». Que perdez-vous en refusant de l’accepter ?

Accepting the Inevitable 

https://stevekeating.me/2022/01/24/accepting-the-inevitable/ par Steve Keating

Peu importe quand et où vous lisez ceci, il fera sombre la nuit prochaine. Je vais me lancer dans une prédiction et vous dire ce qui est susceptible de se produire quelque temps après le coucher du soleil. En supposant bien sûr qu’effectivement le soleil se couche.

Essayez de ne pas être trop inquiet lorsque les ténèbres arrivent, car je suis confiant que la lumière reviendra le lendemain. Il est très très probable que cela se produise peu de temps après le lever du soleil.

Je peux prédire ces choses avec une grande confiance parce qu’elles sont inévitables. Une brève définition de l’inévitable est « certain de se produire » ou « inéluctable ». Aussi, alors que certaines personnes ne pensent peut-être pas que c’est réellement une prédiction, d’autres agiront comme si je pouvais voir dans le futur.

C’est parce que certaines personnes coopèrent avec l’inévitable et d’autres le combattent comme si elles pouvaient d’une manière ou d’une autre changer l’immuable.

Les personnes qui réussissent le mieux savent distinguer ce qui est inévitable et ce qui ne l’est pas. Elles changent ce qu’ils peuvent et lorsqu’elles sont confrontées aux choses inévitables de la vie, elles les acceptent. Elles ajustent leurs attitudes afin de se concentrer sur les choses qu’elles peuvent contrôler et changer.

Les personnes qui réussissent moins bien ne font pas toujours la distinction entre ce qu’elles peuvent contrôler et ce qu’elles ne peuvent pas contrôler. Elles passent un temps précieux, en sueur et en larmes, souvent beaucoup beaucoup de larmes, à essayer de changer des choses qui ne sont pas changeables. Souvent, elles essaient aussi de changer d’autres personnes. D’une manière générale, essayer de changer les autres est la plus grande perte de temps et d’efforts. Vous pouvez essayer d’aider les gens à se changer eux-mêmes, mais s’ils ne voient pas le besoin de changer, ils ne changeront pas. Le fait que certaines personnes ne changeront jamais est peut-être la plus grande inévitabilité de la vie.

Il est inévitable qu’il y ait des parties de la plupart des jobs que les gens n’aimeront pas.

Si vous êtes dans un rôle de service à la clientèle, il y aura des gens très difficiles à gérer. Si vous êtes dans un rôle de vente, il y aura des gens qui n’achèteront pas chez vous… jamais. Si vous êtes médecin, il y aura des gens qui paieront beaucoup d’argent pour votre diagnostic et ignoreront ensuite vos conseils. Si vous peignez des lignes dans les rues, il y aura inévitablement une tête de mule qui roulera immédiatement sur votre ligne nouvellement peinte.

Ces choses vont tout simplement se produire. Leur permettre d’affecter négativement votre attitude ou de gâcher toute votre journée est aussi fou que de s’énerver quand il fait noir la nuit.

Ne laissez jamais des choses hors de votre contrôle vous contrarier au point que vous ne contrôlez pas les choses que vous pouvez contrôler.

Surtout la seule chose sur laquelle vous et vous seul avez un contrôle total : Votre attitude.

Ne soyez pas surpris lorsque l’inévitable se produit, souriez et dites-vous : « Oui, j’ai vu cela venir environ 100 km à l’avance. » Ensuite, vaquez à vos occupations comme si vous l’aviez effectivement vu venir, parce que vous auriez dû.

Certains lecteurs de cet article le trouveront utile, d’autres non… Je suis d’accord avec ça parce que je sais que c’est inévitable.
CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

Connaissez-vous la boucle OODA et le piège infernal OO-OO-OO-… ?

Bonjour, j’ai trouvé ce concept intéressant pour tous les managers de projets mais aussi dans votre vie de tous les jours.

Boucle OODA, https://fr.wikipedia.org/wiki/Boucle_OODA

John Boyd

La boucle OODA (OODA loop) ou cycle de Boyd est un concept inventé par le pilote de chasse américain John Boyd en 1960 pour conceptualiser sa facilité à battre tous ses camarades lors de simulations de combats aériens, en itérant rapidement quatre processus : « Observe, Orient, Decide and Act » (« Observer, s’Orienter, Décider et Agir »). À l’usage, ce concept s’est révélé applicable dans bien d’autres situations.

John Boyd a développé ce concept permettant de formaliser le cycle des décisions face à un pilote ennemi. Les bonnes décisions, étant ici celles qui déroutent l’adversaire, donnent l’initiative et bloquent ou désamorcent les attaques adverses.

L’outil permet de savoir quand une décision a été prise et d’éviter de rester immobile. Il permet de déterminer quel est le camp le plus rapide. Il permet donc de savoir qui est en train de gagner. L’objectif est aussi de pouvoir réévaluer très vite ses décisions à l’aide du test de la réalité. Il est admis que toute observation, orientation, décision et action est imparfaite. Il faut donc reprendre le cycle.

Diagramme du cycle de décision : Boucle OODA

Les quatre phases de la boucle

  • Observer : Toutes les circonstances en développement dans le contexte de l’action en cours, des informations extérieures et les influences du terrain sur l’action.
  • s’Orienter : Tout l’héritage de celui ou ceux qui décident joue à fond ici. Cet héritage est génétique, culturel, les analyses et les informations antérieures ainsi que les expériences déjà vécues. Si plusieurs personnes doivent décider, elles ne partiront pas des mêmes bases. Le blocage en devient quasiment naturel. Le filtrage sur les observations interdit une modélisation partagée de la situation. La décision en devient impossible. Le travail de décision peut rester bloqué à ce niveau ; c’est le piège OO-OO-OO.
  • Décider : La décision est considérée comme une hypothèse. Ce n’est pas un rapport absolu et direct avec la réalité et un calcul déterministe de l’évolution de l’action avant de l’entreprendre. Cette hypothèse est qu’une action est meilleure que les autres possibilités, que cette action va donner de bons résultats et que cette action est complètement réalisable.
  • Agir : Il faut tester l’hypothèse faite précédemment. Une fois mise en route, la réalisation de la décision s’écarte de son modèle. C’est le test de la réalité. Ce qui va se passer va ramener celui qui décide à la lettre O, pour observer.

Sortir du piège OO-OO-OO est le premier avantage de la boucle de Boyd.

Tant qu’une hypothèse d’action n’est pas formulée, l’immobilisme est garanti. Et l’immobilisme est une garantie de perdre.

 

Comment pouvez-vous être certain de prendre la mauvaise décision ?

Une garantie de mauvaise décision

A Guaranteed Wrong Decision

https://stevekeating.me/2022/01/31/a-guaranteed-wrong-decision/ par Steve Keating

Il y a des années, on m’a demandé de faire un atelier sur l’établissement d’objectifs pour un groupe d’étudiants du secondaire. Nous parlions d’objectifs à court terme et j’ai demandé combien prévoyaient d’entrer à l’université à l’automne.

Les réponses étaient variées, mais l’une d’entre elles se démarquait. Les étudiants ont dit qu’ils n’avaient pas encore décidé d’aller à l’université à l’automne, alors ils allaient prendre une année sabbatique et ensuite ils décideraient.

J’ai répondu :

Vous avez donc décidé de ne pas y entrer cet automne !

Ils ont de nouveau dit qu’ils n’avaient pas encore décidé de rejoindre l’université à l’automne, alors ils prenaient un an pour « examiner leurs options » et ensuite décider.

J’ai donc donné à nouveau la même réponse :

Vous avez donc décidé de ne pas y entrer cet automne !

J’ai ajouté à celle-ci qu’en ne décidant pas ils avaient décidé. Ils n’iraient pas à l’université à l’automne.

Les jeunes étudiants étaient frustrés par ma réponse. Ils étaient certains qu’ils n’avaient pas encore pris de décision. Mais, en fait, la décision avait été prise.

Vous pourriez être tenté de réduire ceci au fait que ces élèves compte tenu de leur âge manquaient d’expérience dans la prise de grandes décisions. Sauf que l’incapacité de prendre des décisions a peu à voir avec l’âge ou l’expérience.

C’est une question de confiance. Cela a à voir avec le fait d’être OK avec l’échec de temps en temps. Cela a à voir avec la volonté de subir les conséquences de prendre de mauvaises décisions. Cela a à voir avec le fait d’avoir la discipline d’essayer à nouveau. Et peut-être encore et encore.

Les gens qui ne peuvent pas prendre de décision, ou plus probablement, ne prendront pas de décision, ne comprennent pas que ne pas prendre une décision EST une décision.

C’est une décision de ne pas changer, de ne pas agir, ou c’est une décision de s’accrocher à une erreur passée parce que vous avez investi beaucoup de temps à faire cette erreur.

Ne pas prendre de décision est garanti d’être une mauvaise décision.

Je maintiens qu’en fait, prendre une décision qui s’avère être mauvaise est souvent plus facile à corriger que pas de décision parce qu’au moins vous êtes maintenant certain de ce qui ne fonctionne pas.

Rester figé est le plus souvent LA mauvaise décision.

Lorsque vous prenez une grande décision et que vous ne savez pas quoi faire, divisez la grande décision en une série de décisions plus petites et faites la prochaine bonne chose à faire. Peu importe à quel point cette « bonne chose » est petite, vous créez un élan vers la grande décision. Vous faites des progrès et les progrès sont toujours une bonne chose à faire.

Si vous pensez que vous ne pouvez vraiment pas choisir entre quelques options, il vous suffit de jeter une pièce en l’air.

Je peux vous promettre que pendant que cette pièce sera dans les airs, vous saurez exactement comment vous voulez qu’elle atterrisse. Alors, quelle que soit la façon dont la pièce atterrit réellement, vous saurez quelle option choisir.

Cela peut sembler idiot, mais cela fonctionne étonnamment bien. Mais pour le découvrir par vous-même, vous devez décider de l’essayer.

Comment tirer le meilleur parti de vos journées de 24 heures

Vous n’avez jamais assez de temps pour tout faire !

How to Make the Most of Your 24 Hours

https://zenhabits.net/transcendent/ de Leo Babauta

Beaucoup d’entre nous ressentent une pénurie de temps : Vous vous sentez bousculés, comme s’il n’y avait pas assez de temps pour tout faire, toujours en retard, sans jamais avoir l’impression d’en faire assez.

Ce problème s’appelle la « pénurie de temps », et c’est l’un des stress les plus courants dans notre société.

Alors, comment pouvez-vous faire face à cela ?

Malheureusement, il n’y a pas de réponse facile, mais il y a quelques astuces que j’ai trouvées vraiment puissantes.

Parlons du problème avant de parler de la solution.

Le problème de la rareté du temps

La plupart d’entre nous ressentons une sorte de stress du temps : Vous ne profitez pas au maximum de votre temps, ou il n’y en a pas assez pour tout faire, il passe trop vite, vous êtes submergés par tout cela.

Le sentiment est qu’il n’y a pas assez de temps. Avec un sentiment de rareté du temps, vous vous stressez car vous ne pourrez pas tout faire. Vous vous sentez en retard.

Voici la première chose à réaliser : Il y a toujours une nouvelle réserve fraiche de temps.

Nous avons le même temps, peu importe qui nous sommes, et nous recevons un nouveau lot de 24 heures chaque jour, peu importe à quel point nous avons gaspillé les 24 heures précédentes. C’est un nouveau départ, encore et encore, une chance d’essayer quelque chose de nouveau.

Voici la seconde chose à réaliser : Peu importe combien vous réussissez à en faire, en faire plus ne résout pas le problème du manque de temps.

J’ai eu des journées incroyablement productives, où je parvenais à compléter 20-30 tâches sans procrastination ni distractions…

… et j’avais toujours l’impression que j’avais besoin d’en faire plus, et que j’aurais aimer avoir plus de temps.

Et voici la troisième chose à réaliser : Ces heures sont vraiment précieuses.

Elles sont un cadeau. Nous les tenons pour acquises et ne les apprécions pas au maximum. Nous passons nos journées à faire des choses routinières, sans vraiment leur prêter attention, et à cause de cela … les heures nous filent entre les doigts, et nous nous demandons où tout cela est allé.

Donc, avec ces choses à l’esprit, je vais partager les quatre façons les plus importantes de tirer le meilleur parti de nos 24 heures.

4 façons de tirer le meilleur parti des 24 heures

Celles-ci fonctionnent pour moi. Votre situation peut être considérablement différente, mais j’espère que vous les essayerez.

Premièrement : Soyez intentionnel au début de chaque journée.

Avec 24 heures fraîches devant vous, il est facile de commencer de votre manière habituelle. Mais pour tirer le meilleur parti de ce nouveau lot d’heures, j’ai trouvé important de prendre quelques instants au début de la journée pour réfléchir à ce que je veux en faire. Je ne finirai peut-être pas par faire les choses exactement comme je le prévois, mais je suis beaucoup plus susceptible d’investir les heures à bon escient si je fixe mes intentions au début. Je fais une liste de ce que j’aimerais pour la journée.

Deuxièmement : Ne ciblez pas d’en faire davantage, faites ce qui compte.

Comme je l’ai dit, même compléter plus de 30 choses en une journée ne vous débarrassera pas de la pénurie de temps. En fait, cela aggrave souvent le stress. Avoir une liste de 30 choses à faire chaque jour vous donne un sentiment de stress et de pénurie. Et si vous aviez une liste de 3 choses importantes ? Vous avez probablement déjà entendu ce conseil, mais le suivez-vous ? Si vous ne pouviez mettre que 3 choses sur la liste, vous les choisiriez avec soin. Et, à propos, après avoir fait ces 3 choses, vous pouvez toujours en faire d’autres, mais ne vous attendez pas à ce que vous fassiez toutes les autres choses. Pendant que vous faites chacune des 3 choses de votre liste, faites chaque chose comme si c’était la seule chose qui comptait. (Voir l’élément suivant.)

Troisièmement : Créez des moments de transcendance.

Vous précipiter à travers les tâches et les corvées comme si vous deviez passer à la prochaine chose ne fait que créer une expérience de vie qui se mélange dans une fade bouillie. Mais que se passerait-il si vous pouviez élever des moments de votre vie à quelque chose de spécial, de sacré, de vivant ? Et si cuisiner de la soupe pour le dîner devenait une expérience transcendante ? Un moment de transcendance est quelque chose que chacun de nous a vécu : quand nous nous sentons incroyablement connectés au monde qui nous entoure, quand nous perdons notre sens de nous-mêmes et que nous sentons que nous faisons partie de quelque chose de plus grand. C’est ce moment où vous êtes au sommet d’une montagne à regarder avec admiration tout ce qui vous entoure, ou à regarder les étoiles, ou à flotter dans l’océan, ou à avoir le souffle coupé par un coucher de soleil ou un champ de fleurs. Vous pouvez intentionnellement créer ces moments, avec de la pratique, dans votre vie quotidienne. Pendant que vous faites tout ce qui figure sur votre liste, que vous faites la vaisselle ou que vous avez une conversation, que vous rentrez chez vous ou que vous mangez du chou frisé et des haricots… vous pouvez élever ce moment en un moment de transcendance. Essayez. Et si vous pouviez créer plusieurs moments comme celui-ci tout au long de votre journée … le temps semblera moins rare et incroyablement abondant. C’est de loin la chose la plus importante de cette liste.

Quatrièmement : Réfléchissez avec gratitude.

À la fin de chaque journée, prenez quelques instants pour réfléchir à votre journée et réfléchir à ce dont vous êtes reconnaissant. Un tel conseil est banal, je le sais, mais combiné aux autres choses de cette liste, c’est ridiculement puissant. Essayez.

Donc, ce sont les quatre façons de tirer le meilleur parti des 24 heures qui vous sont allouées chaque jour !

Ensemble, elles sont une façon d’être dans nos vies radicalement différente de celle dont la plupart d’entre nous vivons nos journées.

Trahison ou nouvelle décision basée sur de nouvelles informations ?

Comme toute personne, vous n’aimez pas reconnaître que vous aviez tort ou que vous avez pris une mauvaise décision. Et pourtant, le plus souvent,  une mauvaise décision qui peut être corrigée vaut beaucoup mieux que l’indécision !

A new decision based on new information

https://seths.blog/2021/06/a-new-decision-based-on-new-information  par Seth Godin

Les gens ne disent pas oui ni ne changent pas d’avis parce que vous insistez.

La raison est que nous n’aimons pas admettre que nous avions tort.

Si nous décidons d’aller de l’avant, c’est parce que quelque chose a changé. Il se peut que notre situation soit différente, que l’histoire que nous nous racontons soit différente, que les temps aient changé ou que votre offre ait changé. Il se peut que nous vous fassions davantage confiance.

Qu’y-a-t-il de nouveau ?


Ceci me rappelle une discussion avec Emmanuel Le Roy qui connait très bien la Chine et la culture des affaires dans ce pays.

Il me disait qu’un contrat signé en Chine à l’instant T avec des conditions X, peut ne plus être considéré comme valide par votre client chinois si les conditions, l’environnement ou le contexte ont changé de manière significative.

Et de tels gros changements ne manquent pas en cette période agitée avec la pandémie, les problèmes d’approvisionnement en matières premières, les évolutions démographiques et révolutions sociologiques, les perturbations et catastrophes météorologiques, les guerres et conflits…

Bien sûr, dans vos projets, vous avez du mal à gérer de tels retournements de situation.

Pourtant, ils sont fréquents et pourraient parfois être tout à fait légitimes voire logiques en y réfléchissant bien.

Prenez l’exemple simple d’une fonctionnalité désirée par le client et qu’il s’est engagé auprès de vous à utiliser dès que disponible.

Cette fonctionnalité pourrait ne plus être adaptée si les circonstances ont significativement changé. Par exemple :

  • Y-a-t-il une raison logique qui puisse expliquer le changement de décision ?

    Le niveau d’expertise des utilisateurs s’est fortement réduit (départs en retraite) ou accru (formations, recrutement d’experts) pendant la période de développement de vos livrables.

  • Des collaborateurs clés ont quitté l’organisation.
  • Une nouvelle stratégie ou des priorités opérationnelles occupent à 200% les utilisateurs qui devaient tester la fonctionnalité.
  • Une nouvelle technologie rend vos livrables obsolètes avant même leur déploiement.
  • Des compétiteurs ont déjà sorti un produit ou service bien plus évolué que ce que vous développez.
  • Une réorganisation est en cours.
  • Les budgets pour accompagner le changement ont été totalement coupés fautes de revenus (perte de gros contrats, attentisme des clients en période de crise…).

Donc, les raisons justifiées peuvent être très nombreuses.

Que pouvez-vous faire?

Travaillez en cycles courts de quelques jours à quelques semaines, pas plus. Adoptez une approche adaptative et agile. Celle-ci vous permet de livrer au plus tôt des réponses aux besoins les plus critiques de vos clients. Et ceux-ci ont bien moins de chance de changer dans le très court-terme.

Récoltez les bénéfices de ces premiers livrables et itérez en reconsidérant à chaque fois l’ensemble de la situation pour en examiner les changements significatifs.
CertYou est partenaire de DantotsuPM, allez voir les certifications Agile

Voici 2 règles qu’il pourrait être amusant d’essayer pendant une semaine pour vos réunions

Abstentions et annulation pure et simple !

Meeting nullification

https://seths.blog/2021/06/meeting-nullification/ par Seth Godin

#1 – Abstention de réunion

Et si vous demandiez à tous les participants de mettre leur caméra en marche pour éviter les abstentions invisibles ?

Toute personne invitée à une réunion interne a le pouvoir de la décliner. « Envoyez-moi le compte rendu, s’il vous plaît. » Si quelqu’un décline, il renonce à sa capacité d’avoir son mot à dire dans la réunion. Mais de nos jours, la plupart des réunions ne donnent pas aux gens une plate-forme pour avoir leur mot à dire. Et ensuite cette personne peut quitter la salle de réunion virtuelle et revenir à ce qu’elle faisait avant et qui était réellement productif.

#2 – Annulation de réunion

Si quelqu’un dans une réunion interne dit que la réunion est un gaspillage inutile de temps, c’est fini. L’organisateur de la réunion est obligé d’envoyer à tout le monde le mémo qu’il aurait probablement dû envoyer en premier lieu.

Si vous découvrez que vous créez des réunions que les gens déclinent, ou pire, dont ils demandent l’annulation, vous devriez peut-être faire plus attention aux réunions que vous générez et aux personnes que vous invitez.

Votre organisation a-t-elle le courage d’essayer cela ? En tant que participant, vous préoccupez-vous suffisamment de décliner ?

Le fait même que discuter de cette idée soit stressant nous aide à comprendre les jeux de rôles et de pouvoir.

QRP est partenaire de DantotsuPM, visitez cette page pour en apprendre davantage

Faites une pause, trouvez le calme et redevenez curieux au lieu de toujours essayer de tout réparer dans l’urgence

Calme et curiosité

https://zenhabits.net/explore/ Par Leo Babauta

Une grande partie de nos vies est en pilotage automatique.

On saute d’une tâche à l’autre, d’un message à l’autre, d’une réunion à l’autre, d’un onglet de navigateur à l’autre. Nous réagissons de manière habituelle à d’autres personnes, à des situations. Et nous justifions cela comme il se doit.

Il n’y a rien de mal à cela, mais qu’est-ce que cela ferait d’explorer d’autres possibilités ?

Qu’est-ce que ça ferait de faire une pause et de trouver le calme à un moment où nous serions normalement en pilotage automatique ?

Voici ce que j’ai exploré…

Chaque obstacle que nous considérons normalement comme un problème à résoudre… chaque « faille » en nous-mêmes ou chez les autres que nous jugeons comme quelque chose à corriger…

Et si nous pouvions faire une pause, trouver le calme, et devenir curieux au lieu d’essayer de tout réparer ?

Quelqu’un agit de façon grossière ou répréhensible

Peut-être que ma réponse automatique est de le juger, de se plaindre de lui à l’interne ou à l’externe, et d’essayer de régler le problème ou d’éviter la personne. Mais j’ai exploré le fait de m’arrêter, et j’ai apporté de la curiosité à ma réaction. À quoi cela ressemble-t-il, pourquoi est-ce que je réponds de cette façon ? Ensuite, la curiosité de l’autre personne : comment ce qu’elle fait pourrait-il sembler logique pour elle ?

J’ai tergiversé sur une décision

Ma réponse au pilote automatique pourrait être de me juger et me sentir incompétent, ou peut-être même d’éviter d’y penser. Et si je m’arrêtais, et que j’apportais de la curiosité à ce que ça fait justement de tergiverser là-dessus, et quelle peur pourrait être à la source de cette tergiversation ? Devrais-je me demander pourquoi cette tâche est si importante pour moi ?

Je me plains ou me sens accablé par quelque chose

Ma réponse au pilote automatique est de simplement m’en sortir, d’éviter de me sentir coincé et un peu impuissant. Pourrais-je m’arrêter et apporter de la curiosité à mon sentiment de plainte, de fardeau, d’impuissance ? Pourrait-il y avoir quelque chose à explorer dans ce que je veux vraiment dans cette situation, et pourquoi j’évite d’en parler ?

De cette façon, chaque difficulté devient un lieu à explorer avec curiosité, et il y a croissance et apprentissage et plaisir à trouver dans toute situation.

Ce processus, pour moi, commence par le calme. Puis s’approfondit avec la curiosité.

Qu’est-ce que ceci pourrait donner pour vous ?

CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

Mettez un gros rocher dans votre agenda

Une fois que les urgences quotidiennes apparaissent, elles vous empêchent d’accomplir des tâches importantes.

Put One Big Rock on Your Calendar

https://leadershipfreak.blog/2021/09/24/put-one-big-rock-on-your-calendar/ par Dan Rockwell

La fin de cette semaine est votre dernière opportunité de positionner un gros rocher dans votre agenda de la semaine prochaine. Une fois que les urgences quotidiennes apparaissent, elles vous empêchent d’accomplir des tâches importantes.

Par exemple, vous aviez l’intention de prendre une liste d’activités que vous pouvez retirer de votre calendrier pour la donner à quelqu’un d’autre. Mais vous êtes si occupé que vous n’avez pas le temps de le faire.

La plupart d’entre nous ne résistent pas aux choses sans importance qui font beaucoup de bruit.

Plus vous attendez pour positionner les gros rochers, plus courte est la vie.

Vous ne pouvez pas planifier la semaine prochaine le travail important de la semaine prochaine.

4 raisons pour lesquelles les petits rochers remplacent les gros rochers

  1. Vous n’avez pas identifié de gros rochers. La première étape pour effectuer un travail important est de décider ce que c’est.
  2. Vous pensez que les gros rochers nécessitent des mesures spectaculaires. Mais prendre soin de soi peut être aussi simple que d’aller marcher.
  3. La vitesse rend les petits rochers séduisants. Les tâches sans importance sont souvent accomplies rapidement. Vous vous dites : « Je vais d’abord cocher cette petite case. » Mais vous finissez par courir après les petites choses toute la journée.
  4. Les gros rochers sont tranquilles. Les petits rochers sont bruyants. Quand un gros rocher devient bruyant, vous l’avez négligé trop longtemps. Pensez à votre santé.

Un gros rocher

Inscrivez un rendez-vous avec une tâche importante dans votre agenda de la semaine prochaine dès aujourd’hui.

Pensez à quelque chose que vous avez eu l’intention de faire. Planifiez-la. Lorsque quelqu’un appelle, dites-lui que vous êtes pris.

Les gros rochers contribuent à la vie que vous aspirez à construire, mais que vous n’avez pas trouvé le temps de construire.

Les gros rochers élargissent les possibilités.

Les gros rochers renforcent les relations.

Les gros rochers maximisent votre talent. Travailler sur un gros rocher vous donne de l’énergie. Travailler constamment sur de petits rochers est une insulte envers vous-même.

Les gros rochers donnent du sens. Mais ne pensez pas que les activités significatives sont toujours difficiles. Les gros rochers sont souvent simples.

Les activités gros rochers apportent une contribution disproportionnée à la satisfaction.

Plus vous attendez pour programmer de gros rochers, plus la vie devient petite.

QRP est partenaire de DantotsuPM, visitez cette page pour en apprendre davantage

Répondez à ces 2 questions

  • Pourquoi les petits rochers vous tiennent-ils si occupés que vous n’avez pas le temps de faire des tâches importantes ?

et surtout

  • Quel gros rocher avez-vous besoin de mettre dans votre calendrier de cette semaine ?

Le pouvoir des regrets selon Dan Pink “The Power of Regret”

Selon ses investigations, Dan Pink a découvert que 82% des personnes ont des regrets.

Les regrets sont profondément humains.

Et les regrets doivent être considérés d’un point de vue positif.

Tout nouveau livre de Dan Pink est un événement et donne à réfléchir à chacun d’entre nous.

Livre sur Amazon

Ils permettent de meilleures décisions :

  • Ils vous rappellent de vous méfier de votre vue souvent trop court-terme de vos décisions
  • Ils vous incitent à mieux mesurer les bénéfices potentiels d’une action que vous hésitez à entreprendre et à en relativiser les potentiels impacts négatifs.
  • Ils vous gardent droit dans vos bottes en réaffirmant vos principes moraux et éthiques.
  • Ils vous encouragent à ne jamais négliger les personnes que vous aimez.

La question principale à laquelle vous devez répondre quand vous avez une décision à prendre est : « que vais-je regretter si je prends cette décision ? ».

Et si un éventail de choix est possible, lesquels vont le mieux vous permettre d’éviter les 4 types majeurs de regrets ?

Vidéo de 5 minutes sur ce sujet.

Vidéo un peu plus longue de 10’ de Dan Pink en personne.