La douleur chez l’autre est réelle même si vous ne le pensez pas !

Comment mieux comprendre la douleur perçue par l’autre alors que notre propre expérience et ressenti sont différents ?

Pain is real

https://seths.blog/2021/01/pain-is-real/ par Seth Godin

Et elle est inégalement distribuée.

La seule façon que nous avons de comprendre la douleur de quelqu’un d’autre est de la considérer en comparaison de nos propres expériences. C’est un peu comme nos papilles gustatives : Si quelque chose est décrit par d’autres comme ayant le goût du chocolat, mais que vous n’avez jamais goûté au chocolat, vous n’avez aucun indice de ce qu’ils décrivent.

Il est facile d’ignorer la douleur que d’autres nous rapportent, physique ou émotionnelle, si elle diffère de notre propre expérience.

Même si vous n’avez jamais ressenti cette douleur particulière, l’autre personne la ressent, maintenant. Peut-être avez-vous ressenti la douleur auparavant et vous ne pensez pas qu’elle soit si terrible, mais l’expérience de votre client pourrait être différente.

Vous pourriez avoir été isolé de la crainte ou du trauma qui démultiplie les effets de l’expérience pour la personne avec laquelle vous échangez.

Même si les circonstances n’ont pas fait que vous ressentiez cette douleur particulière, ce pourrait ne pas être identique pour votre ami. Et même si vous ne pouvez pas imaginer le ressenti, c’est toujours la réalité pour lui.

La douleur ignorée est toujours de la douleur. Et la douleur reconnue est un premier pas vers le soulagement de cette douleur.

CSP est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

Cette compréhension des douleurs ressenties lors du déploiement des livrables de votre projet est très critique pour le ou la manager de projet.

En effet, la douleur est on ne peut plus réelle même si elle vous semble souvent exagérée.

La gène peut devenir une douleur lancinante comme un mal de dent…

Elle peut vous paraître une gène mineure parce que vous avez vous-même testé le nouveau produit à plusieurs reprises lors des phases de test et de pilotes.

Mais lorsque cette gène est répétée des dizaines ou des centaines de fois par jour sinon des milliers de fois, elle peut devenir insoutenable.

Matrice 2 par 2 très simple pour éclairer vos choix

Vous investissez dans un projet mais est-ce le meilleur pour vous ?

A simple 2 x 2 for choices

https://seths.blog/2021/01/a-simple-quadrant-for-choices/ par Seth Godin

Notre vie est pleine de projets. Nous y investissons du temps, des efforts ou de l’argent, et peut-être obtenons-nous un résultat.

Il est utile d’avoir un portefeuille de projets car tous les projets ne vont pas fonctionner.

La matrice 2 par 2 ressemble à ceci

Cela peut paraître simple, mais ce n’est pas toujours facile. La réussite ne signifie pas toujours de l’argent, elle signifie simplement que vous avez obtenu ce que vous espériez. Et bien que chaque projet s’inscrive dans l’un des quatre quadrants, il n’y a pas de bonne réponse universelle pour une personne ou un instant donné.

Voici quelques-uns des pièges à éviter

#1 – Tous vos œufs sont dans un panier à faible chance de réussite.

Vous prenez un pari fou, et c’est votre rêve. Et vous voulez prendre un raccourci. Le problème, bien sûr, est qu’il ne s’agit pas d’un plan à long terme résilient. Quelqu’un va gagner au loto demain, mais hélas, cela ne veut pas dire que ce sera vous.

#2 – Vous espérez sortir en tête en réalisant une chose qui dépend de sa rareté, mais vous le faites dans le quadrant supérieur droit.

Le problème, c’est que tout le monde vise aussi ce quadrant.

Tout d’un coup, vos chances se sont réduites.

Il est facile de créer un compte Insta, mais une fois que tout le monde le fait, les chances de devenir un influenceur générant ne serait-ce qu’un trafic de 0,01% sont proches de zéro.

 

#3 – Vous vous concentrez uniquement sur des succès à forte probabilité et de faible valeur, même si les résultats ne justifient pas vraiment le temps que vous y investissez.

Obtenir une mission à €3 de l’heure sur un site de freelance est facile, mais cela n’en vaut peut-être pas la peine.

 

A l’inverse, considérez que vous avez un portefeuille de projets. Certains d’entre eux ont une très forte probabilité de marcher, et chacun de ces résultats est agréable, et pourrait changer la donne. Jouez assez souvent et votre générosité persistante finira par payer.

Puis, mélangez à cela certains des projets moonshot (hyper ambitieux) que la plupart des gens ont peur d’entreprendre. Ils ont peur parce qu’ils ont confondu « faible chance de succès » avec « risqué ». Ce ne sont pas les mêmes notions. Risqué implique que l’échec coûtera cher. Ici, ce ne sera pas le cas. Vous pouvez gagner avec cette stratégie parce que vous avez un portefeuille et parce que vous réalisez que « improbable » n’est pas la même chose que « ne vaut pas la peine d’essayer ».

Les meilleurs portefeuilles sont persistants (parce que la patience est une compétence rare), ils sont généreux (donc les autres s’engagent pour que vous réussissiez) et ils s’appuient les uns sur les autres (parce que même ceux qui ne fonctionnent pas augmentent vos chances que le prochain fonctionne).

Voici une nouvelle année remplie de possibilités !

QRP est partenaire de DantotsuPM

Prédire l’avenir

Les humains le font tout le temps et les managers de projets encore plus que tous les autres !

Predicting the future

https://seths.blog/2020/12/predicting-the-future/ par Seth Godin

Les humains font tout cela le temps. Parfois avec grand succès. Pas seulement des choses faciles-à-mesurer et profitables comme les paris sportifs ou le marché boursier, mais aussi pour des interactions humaines essentielles comme “quelle est la meilleure façon d’accueillir un enfant pour son premier jour d’école ?” ou “si nous arrangeons l’intersection de cette manière, le trafic s’écoulera mieux”. Dans les questions de santé publique et d’ingénierie, la capacité à avoir une bonne idée aura des répercussions sur notre travail et elle est urgente.

Quand vous traitez avec un pronostiqueur, cela vaut la peine de poser 3 questions.

“Quels sont vos antécédents ?” Il est peu probable que vous ayez raison à chaque fois, mais si nous prenons en compte le facteur chance et les anomalies statistiques, surpassez-vous régulièrement les autres, ou est-ce que vous êtes simplement plus vocal sur le sujet ?

Par exemple, la météorologie se base sur l’historique, des mesures concrètes, des modélisations mathématiques et elle a prouvé à maintes reprises son efficacité à fournir de bonnes indications.
Pouvez-vous montrer et enseigner comment faire ces prévisions ?

“Pouvez-vous montrer votre travail ?” Il est difficile d’avoir confiance en quelqu’un qui a une méthode secrète. Même si cela pourrait être une exigence côté compétitivité, il est plus probable que la personne ait simplement eu une bonne passe chanceuse (statistiquement, les séries sont probables).

“Avez-vous enseigné votre méthode à d’autres ?” C’est une variation sur la question précédente. Si les gens utilisent une méthode avec succès pour prédire l’avenir dans d’autres secteurs, alors nous y voyons une approche résiliente et robuste pour comprendre comment fonctionne le monde.

Les principes de base «Rules of thumb » (le sujet du tout premier livre de Seth Godin, co-écrit il y a 34 ans) sont un premier pas vers une sorte de rigueur qui est beaucoup plus commune aujourd’hui. Avec nos prédictions gravées dans la mémoire de l’Internet et davantage de données disponibles que jamais auparavant, nous devrions être meilleurs pour prévoir ce qui va arriver ensuite et déterminer qui est bon à faire et qui ne l’est pas. Mais la croyance est une force forte, largement soutenue, et parfois nous demande du temps pour nous rendre compte que la confiance et le volume ne remplacent pas voir des choses comme elles sont et de comprendre comment elles marchent.

If faut souvent démonter les mécanismes pour comprendre comment ils fonctionnent.

Plusieurs autres billets sur ce thème des prédictions et prévisions

Partenaire de DantotsuPM, CERTyou est le spécialiste des formations certifiantes

Comment avoir une perspective fraiche ?

Voici 15 principes essentiels pour assurer que vous avez une perspective fraîche et 2 vidéos sur changer votre état d’esprit pour changer la donne et sortir de sa zone de confort.

How to Have a Fresh Perspective

https://www.franksonnenbergonline.com/blog/how-to-have-a-fresh-perspective/ par Frank Sonnenberg

Une des compétences de plus de valeur que vous pouvez avoir est la capacité de penser clairement et rationnellement : traiter l’information, exposer le bon jugement, s’engager dans la résolution intelligente de problème et prendre de bonnes décisions. Mais cette compétence est parfois élusive.

Mettez les choses en perspective

  1. Protégez-vous des mauvaises informations. Scrutez soigneusement l’information. Vous êtes ce que vous mangez ET l’information que vous digérez. Vos pensées, avis et des croyances entrent dans la balance.
  2. Obtenez une dose de réalité. Cherchez la vérité. Aventurez-vous à l’extérieur de votre zone de confort. Appréciez pleinement une discussion vigoureuse et le débat. Défiez vos opinions.
  3. Voyez l’image dans son ensemble. Ne vous laissez pas enterrer sous les détails. Une fraction du puzzle ne peut pas révéler l’image entière. Prenez du recul et gagnez une nouvelle perspective.
  4. Soyez objectif. Encouragez des points de vue variés. Voyez les choses sous tous les angles. Comparez et contrastez sans biais. Jugez une idée en vous basant sur ses mérites.
  5. Contrôlez votre mental. Vous ne pouvez pas tout contrôler. Mais vous pouvez contrôler votre réponse aux événements.
  6. Restez calme. Respirez à fond. Ne laissez pas vos émotions prendre le dessus. Pensez clairement et gagnez-y une perspective fraîche.
  7. N’ayez aucune crainte. Demandez-vous, “qu’est le pire qui puisse arriver ?” La crainte et les inquiétudes sont souvent plus mauvaises que le résultat ultime.
  8. Voyez des problèmes pour ce qu’ils sont. Les problèmes ne durent pas éternellement. Si cela importera peu dans une ou deux années, il ne mérite pas de s’en tracasser.
  9. Regardez vers l’avant. Regardez devant vous. Laissez le passé derrière.
  10. Pensez pour vous. Formez vos propres pensées et opinions. Suivez votre instinct. Qu’est-ce qui vous fait penser que d’autres savent mieux que vous ?
  11. Conservez l’esprit ouvert. Étendez vos horizons. Célébrez des contextes, des expériences et des idées variés. Défiez le statu quo.
  12. Mettez-vous dans la bonne disposition d’esprit. Voyez le côté lumineux. Si vous pensez que vous ne pouvez pas, vous n’y arriverez pas. Vous obtenez ce à quoi vous vous attendez.
  13. Définissez les priorités. Concentrez-vous sur les choses qui importent. Tout n’est pas d’égale importance.
  14. Mesurez le progrès. Etes-vous occupés au point de faire des erreurs ? Prenez du temps pour penser et réfléchir. Être occupé n’est pas synonyme d’être productif.
  15. Soyez introspectif. Possédez votre vie. Regardez-vous dans le miroir. Soyez honnête avec vous-même. Ceux qui aiment trouver des fautes chez les autres trouvent rarement de fautes chez eux.

Changer votre mentalité change la donne.

Avez-vous une perspective fraîche ?


Changer votre état d’esprit, changer le jeu – Dr. Alia Crum

Le Dr Crum dit que le plus grand changement est « VOUS-MÊME, en exploitant le pouvoir de votre esprit ».

Elle explore les résultats scientifiques qui montrent l’influence de l’état d’esprit sur le corps, et comment le changement subjectif de l’état d’esprit produit différents résultats.

Les travaux du Dr Crum s’inspirent en partie de l’effet placebo et ont des répercussions qui vont bien au-delà de la médecine.


Ce n’est jamais aussi effrayant que ça en a l’air

À propos de s’aventurer à l’extérieur de sa zone de confort par Yubing Zhang

Comment épater votre Comité de pilotage projet (le « copil » ou Steering Committee) ? (Collection « Best of »)

Suivez ces quelques astuces et vous prendrez un bon départ avec votre copil et avec les décideurs les plus seniors sur le projet.

How to WOW your Steering Committee

http://www.susannemadsen.co.uk/1/post/2013/02/-how-to-wow-your-steering-committee.html par Susanne Madsen

Se préparer et participer aux réunions de comité de pilotage est l’un de vos rôles et l’une de vos responsabilités les plus importants en tant que manager de projet. Bien que la réunion ait probablement lieu seulement une fois par mois, elle peut être votre meilleure opportunité de promouvoir votre équipe et les progrès qu’elle a réalisés. Ceci est aussi votre chance d’impressionner personnellement des parties prenantes seniors en communiquant au bon niveau et en montrant que vous êtes en contrôle du projet. Vous pouvez les surprendre en étant honnête, précis, en connaissant les détails et en affichant les jalons et les métriques importants avec des graphiques clairs et simples.

Suivez ces quelques astuces et vous prendrez un départ en flèche avec les décideurs les plus seniors sur le projet.

1. Venez préparé

Préparez-vous toujours à fond pour les rencontres du comité de pilotage et produisez une présentation impeccable. Les gens savent immédiatement quand vous êtes bien préparé pour une réunion et quand vous ne l’êtes pas. Quand vous êtes préparé, votre crédibilité monte; quand vous n’êtes pas préparé, votre crédibilité baisse.

Quand vous êtes préparé et connaissez les détails de votre projet vous apparaissez comme honnête et crédible et vos parties prenantes feront confiance à votre avis. Vous pourrez facilement répondre à leurs questions et vous ne donnerez jamais de réponses vagues ni promettrez quelque chose que vous ne pouvez pas tenir.

2. Comprenez le voyage émotionnel

Découvrez ce livre sur Amazon

Considérez le voyage émotionnel que vous voulez que prenne votre auditoire. Dans quel état émotionnel vont probablement être votre sponsor et parties prenantes clés au début de la réunion ? Dans quel état émotionnel aimeriez-vous les voir à la fin de la rencontre ?

Si vous voulez qu’ils soient impressionnés par exemple, concentrez-vous sur les choses qui les marqueront positivement. Si vous voulez qu’ils estiment que le projet est entre de bonnes mains, montrez-leur que vous avez assigné des actions de remédiation et des propriétaires à tous les risques et problèmes.

CSP est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

3. Communiquez au bon niveau

Votre projet n’est que l’un de ces œufs avec lesquels ces responsables doivent jongler sans faire d’omelette.

Le comité de pilotage du projet est composé de cadres supérieurs qui ont des agendas très pris et qui traitent une multitude de problèmes et de décisions tous les jours.

Rendez la réunion aussi simple et agréable que possible pour eux. Récapitulez les avancées du projet et ne fournissez des informations détaillées que sur les risques importants, les questions ou décisions qui doivent être discutés avec eux.

Vos parties prenantes vous apprécieront d’autant plus si vous maintenez la réunion centrée sur son objet et ne gaspillez pas leur temps.

4. Faites la promotion des accomplissements et succès

Soyez les fiers ambassadeurs de vos projets.

Assurez-vous que la présentation montre clairement tous les accomplissements majeurs et le bon travail réalisé par l’équipe. Prenez le rôle d’ambassadeur du projet et mettez-le sous la lumière positive qu’il mérite.

Quand vous mettez en évidence des accomplissements, assurez-vous d’en mentionner les bénéfices pour les utilisateurs finaux.

Parlez le langage de votre client et montrez que vous comprenez son business. Incluez les échéanciers qui montrent ce qui a été livré jusqu’à présent et quels livrables et jalons sont encore à venir.

5. Connaissez vos chiffres !

Impressionnez vos parties prenantes en suivant bien les indicateurs clés de performance du projet. Sachez combien d’argent le projet consomme par mois, quelle est l’évaluation du reste à faire et combien de contenu a été livré par rapport au planning et au budget.

Incluez éléments de valeur acquise dans votre présentation et insérez des graphiques et diagrammes simples pour rendre les informations plus attrayantes et lisibles. Ayez les données financières détaillées à portée de la main au cas où vous en auriez besoin.

Soyez honnête sur les chiffres et exposez clairement où le projet n’est plus en ligne avec les prévisions.

6. Démontrez une forte maitrise des risques et des problèmes

Expliquez la signification des couleurs si vous en utilisez pour visualiser la criticité.

Incluez toujours les 5 ou 10 risques et problèmes principaux du projet dans la présentation au comité de pilotage. Assurez-vous que vous avez analysé chaque élément en détail et avez assigné des actions appropriées et des propriétaires à chacun. Demandez aux parties prenantes seniors leur avis et conseils sur les risques, problèmes et demandes de changement qui peuvent potentiellement affecter significativement l’échéancier, le budget ou la qualité du projet.

Fournissez-leur toutes les informations nécessaires pour prendre une décision.

Vous marquerez des points en attirant leur attention sur des préoccupations significatives et démontrerez que vous avez à cœur l’intérêt du projet.

7. Enregistrez actions et décisions

Prenez toujours des minutes de la réunion pour que les gens qui ne pouvaient participer restent informés. La prise de minutes vous aide aussi à renforcer ce qui a été décidé, quelles actions ont été convenues et par qui. Faites vérifier par quelqu’un l’exactitude de votre mémo ou courrier électronique avant que vous ne l’envoyiez, mais assurez-vous de le diffuser dans 24 heures après la réunion. Votre comité de pilotage vous respectera en tant que personne efficace qui garantit un suivi des décisions et actions – incluant les leurs !

Téléchargez le Modèle PowerPoint que vous pouvez utiliser pour vos propres réunions de comité de pilotage sur la page de RESSOURCES du site de Susanne. c’est totalement gratuit !

QRP est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site et leur blog

Le pouvoir créatif de votre intuition

Les bonnes idées sont comme l’électricité : Elles apportent une intensité immédiate et sautent rapidement d’un endroit à l’autre.

Quelle est la meilleure façon de les capturer ?

Bozoma Saint John, directrice du marketing chez Netflix, suggère de manière convaincante de s’éloigner d’une dépendance excessive sur les données lors de la prise de grandes décisions.

Elle nous appelle tous à exploiter la puissance de notre intuition et à (re)devenir des pionniers créatifs.

Billets précédents sur le blog DantotsuPM liés à l’intuition:

Si c’était facile…

…alors, tout le monde trouverait aussi ceci facile et le ferait !

If it were easy…

https://seths.blog/2020/11/if-it-were-easy/ par Seth godin

Si c’était si simple et facile…

Tous les autres trouveraient aussi ceci facile.

Mais, si personne ne pense que c’est facile…

Et cela rendrait terriblement difficile de faire un travail important, un travail qui se remarque, un travail que les gens chercheraient à tout prix à se procurer.

Quand des difficultés surgissent, ce pourrait très bien être de bonnes nouvelles. Parce que ces difficultés peuvent dissuader tous les gens qui ne sont pas aussi engagés que vous l’êtes.

Ça paye de rechercher les parties difficiles.

Vous pourriez ne pas l’aimer, mais il y a 5 bonnes choses dans le conflit

Les managers passent entre 40 % et 90 % de leur temps à gérer des conflits. Quand on prend ceci en compte, tirer le meilleur d’une activité si chronophage a beaucoup de sens.

You Might Not Like it but There are 5 Good Things About Conflict

https://leadershipfreak.blog/2020/12/05/whats-good-about-conflict/ par Dan Rockwell

Les lecteurs du blog indiquent que le conflit peut servir un bon but. Doc observe sagement, “devons-nous vraiment ‘résoudre’ le conflit ? Des conflits et de l’inconfort nait le besoin clair de changer, de progresser et de grandir.”  Doc et bien d’autres interlocuteurs m’ont fait réfléchir au bon côté du conflit.

5 bonnes choses dans le conflit

#1. Le conflit fait mal.

Certains font observer que nous ne changeons pas avant que la douleur de s’accrocher au présent ne semble pire que la douleur de changer.

Quand le conflit motive l’auto-réflexion et le changement, c’est une bonne chose.

#2. Le conflit pousse à combattre l’inertie.

Les individus et des organisations ont souvent tendance à stagner.

Le conflit est un réveil qui rappelle que le statu quo ne marche pas.

#3. Le conflit peut mettre fin à des cycles de relations négatives.

Le conflit nous motive à augmenter nos compétences relationnelles avec les autres personnes. Quand je vois un motif répétitif de conflit dans mes propres rapports relationnels ou ceux des gens autour de moi, il est temps d’adresser ces modèles récurrents de rapport contre-productifs.

#4. Travailler pour résoudre le conflit encourage la créativité et l’innovation.

L’innovation est le potentiel créé par le conflit.

#5. Le conflit met au défi les équipes de régénérer la dynamique d’équipe.

Sans conflit, les équipes peuvent dériver vers la médiocrité.

FDF est partenaire de DantotsuPM, découvrez le programme de certification « Soft Skills »

2 suggestions

#1 – La confiance en nous-mêmes, et dans les autres, aide à soulager certaines des causes de stress du conflit. Croyez fermement que vous pouvez trouver une solution.

#2 – Se concentrer sur la mission et la vision organisationnelle ou personnelle permet d’expliquer la vision, de diriger et de donner de la signification au conflit.

Prenez le temps de réfléchir ensemble pour donner du sens au conflit.

Selon vous, qu’y-a-t-il de bon à propos du conflit ?

8 petites choses à pratiquer chaque jour pour retrouver calme et sérénité.

8 petites pratiques pour être calme et paisible

8 Practices to Get Still & Calm

https://zenhabits.net/8practices/ par Léo Babauta

De nos jours, il est toujours agréable d’avoir de petits rappels pour revenir dans le présent, faire une pause dans le calme et nous apaiser.

Le chaos gouverne la plus grande part de nos vies et chaque rappel peut être utile.

Aujourd’hui je vais partager quelques pratiques simples qui ne seront pas nouvelles pour la plupart d’entre vous, mais ce sont de petits rappels à insérer dans votre journée.

Je vous encourage fortement à les écrire sur des cartes, des post-it, votre écran de veille sur vos terminaux digitaux et de les afficher en d’autres endroits où vous les verrez tout au long de la journée.

#1 – Faites une pause et respirez.

Prenez simplement une poignée de minutes dans la journée pour faire une pause et vous resynchroniser sur votre respiration. Remarquez comment vous vous sentez.

Soyez présent dans votre environnement.

#2 – Allez lentement et savourez.

Pendant un repas, mangez chaque bouchée lentement, arrêtez-vous et respirez entre les bouchées et savourez vraiment chaque morceau. Combien de fois nous accordons-nous ce cadeau ?

Et nous pouvons faire cela avec n’importe quelle activité, la faire lentement et savourer l’activité. Laver un plat. Prendre d’une douche. Vous brosser les dents. Nettoyer le comptoir. Allez lentement et savourez entièrement.

#3 – Trouvez des moments de paix.

À presque à n’importe quel moment de la journée, nous pouvons trouver un certain calme. Pelotonnez-vous sur le divan avec un livre. Asseyez-vous sur un banc dans le parc pendant votre promenade. Sortez et levez les yeux au ciel ou regardez vers la cime des arbres. Au lieu d’être constamment en mouvement, nous pouvons faire une pause paisible et savourer ce calme.

#4 – Devenez curieux.

Peu importe ce que vous faites, vous avez l’opportunité d’y apporter de la curiosité. De quoi pouvez-vous devenir curieux quand quelqu’un vous parle ? Remarquez quand vous avez fermé votre curiosité envers des opinions, des vues, un jugement, la justice. Il est fréquent que nous soyons frustrés ou rigides dans nos avis et nos vérités. Au lieu de cela, pouvez-vous introduire de la curiosité et voir ce que vous pouvez apprendre de cette personne ou de cette situation ? Essayez vraiment d’en savoir davantage et apportez la curiosité joyeuse que vous aviez comme tous les enfants à travers le monde.

#5 – Autorisez-vous à ne pas savoir.

Vous voulez savoir la réponse. Ne pas savoir est un état dont la plupart des personnes veulent sortir immédiatement, donc vous créez un plan, googlez quelque chose, essayez de trouver une certitude. Rien de mal à cela, mais à quoi cela que ressemblerait de rester dans le non savoir ? ou de venir curieux et de savourer le sentiment sans avoir un chemin et/ou une vue fixés par avance ? Vous pouvez l’introduire dans n’importe quelle activité, n’importe quelle conversation.

#6 – Faites des rituels sur le fait d’être attentif.

De petites choses, comme le brossage de vos dents, peuvent devenir des rituels pour insister sur le fait d’être attentif, de savourer, d’être curieux. Manger votre petit déjeuner le matin peut être un moment pour juste ralentir et savourer. La mise en route de votre ordinateur le matin peut être l’occasion d’un rituel pour prendre pleine conscience de ce qui est important pour vous aujourd’hui. La fermeture de l’ordinateur en fin de journée peut être une opportunité de réfléchir à ce que vous avez appris aujourd’hui. Il y a des tas de petites opportunités comme celles-ci pour créer des rituels pour être davantage présent.

#7 – Demandez-vous ce qui vous rendrait heureux aujourd’hui.

Chaque jour, vous pouvez commencer en vous demandant ce qui vous rendrait heureux. Existe-t-il un accomplissement qui ferait d’aujourd’hui un grand jour ? Un rituel pour prendre soin de vous-même ? Un appel téléphonique à votre maman ou meilleur ami ?

Faites-en la priorité numéro 1 de ce jour !

#8 – Trouvez admiration et émerveillement.

A chaque moment, si nous nous y ouvrons, nous pouvons trouver un émerveillement pour cet univers incroyable. Pour le fait d’être connecté avec tous les êtres. Nous pouvons trouver de l’étonnement dans des choses que nous considérons comme allant de soi. Dans l’instant, où pouvez-vous trouver admiration et émerveillement ?

Comme je l’ai dit, ces pratiques ne sont pas probablement nouvelles pour vous mais pouvez-vous utiliser ce rappel comme une occasion d’en faire entrer une ou plus d’entre elles dans votre vie dès aujourd’hui ?

Barry Schwartz parle de chance et de justice

et de la relation entre les deux !

« La chance joue un rôle beaucoup plus grand dans la vie que nous sommes prêts à l’admettre ! » selon le psychologue Barry Schwartz.
Bien sûr, travailler dur, apprendre et suivre les bonnes pratiques peut vous mener loin quelle que soit la discipline dans laquelle vous exercez (et encore plus dans le management de projets).
Cependant, tout le reste pourrait se résumer à la simple bonne fortune.
Barry Schwartz examine dans cette brève vidéo le lien étroit et pourtant négligé entre la chance, le mérite et le succès.

Comment égaliser les chances ? Comment recevoir ce que l’on mérite ?

Peut-être n’est tout simplement pas faisable. Il n’y a peut-être pas assez de projets passionnants dans votre organisation pour tous et toutes les brillants managers de projets.

Même si les « control freaks » que nous sommes souvent en tant que managers de projets n’acceptent pas l’idée que la vie est une loterie, les plus belles choses nous arrivent très souvent par chance !
QRP est partenaire de DantotsuPM

3 billets sur la chance déjà publiés sur ce blog

  1. Comment avoir de la chance ?
  2. « audentes fortuna iuvat », pourquoi la chance sourit-elle aux audacieux ?
  3. Éloge de la chance