Archive | experience sharing RSS feed for this section

ce que révèlent les escape games par Francis Dunois

19 Jan

Équipes homogènes et équipes hétérogènes !

Une équipe, une escape room et une heure (en général, parfois un peu plus) pour s’en sortir… Avec leurs objets à trouver, leurs énigmes à résoudre et quelques surprises à découvrir tout au long de l’aventure, les escapes games constituent des moments forts de team building. Mais, au-delà du jeu, ces énigmes à déchiffrer constituent un formidable terrain d’observation et peuvent vous donner des enseignements précieux sur les performances de vos équipes et sur les individus qui les composent. Décryptage !

L’objectif, une composante primordiale du travail d’équipe

Que ce soit dans le cadre du travail ou dans celui d’un escape game, la définition de l’objectif est un prérequis fondamental. Il permet aux équipes de s’inscrire dans une logique commune et de coordonner les efforts de chacun·e.

L’objectif dans le travail

une seule cible claire et partagée

Dans le travail, il est important de définir avec précision les objectifs à atteindre. Pour cela, il est impératif de respecter trois principes de base :

  • Pour constituer une référence partagée, l’objectif doit être formalisé sous la forme d’une phrase courte et claire à la manière d’une intention de commandement ;
  • Il doit être possible pour l’équipe d’évaluer sa progression ou de se rendre compte d’une situation de blocage ;
  • Il est vital de prendre en compte les interrogations des membres de l’équipe.
L’objectif matérialisé à travers l’escape game

Avec un escape game, l’objectif est assez simple : sortir de la pièce le plus rapidement possible. Le premier enseignement ? Ceux qui réussissent cet exercice sont ceux qui arrivent à collaborer, en gardant en permanence l’objectif en tête. À l’inverse, ceux qui se dispersent ont le plus de chances de perdre. L’analyse de ces comportements est très utile pour savoir comment fonctionnent vos équipes.

Équipes homogènes ou hétérogènes : comment se comportent-elles ?

Prenons deux équipes, les bleus (John, Paul, George et Ringo) et les rouges (Mick, Keith, Charlie et Ron).

L’équipe bleue est homogène

La première est dite « homogène » : elle est composée d’individus avec une personnalité proche. Résultat ? Chaque rôle est bien délimité. Ils n’ont pas besoin de prendre leurs marques et s’adaptent immédiatement à la situation. Ils parviennent à ne jamais perdre de vue leur objectif… même s’ils atteignent vite leurs limites et pourront, de fait, se retrouver en situation d’inertie si les blocages sont trop nombreux !

L’équipe rouge est hétérogène

L’équipe rouge, quant à elle, est dite « hétérogène » : les personnalités, les caractères, les cultures et les habitudes sont différentes… Bref, entre Mick, Keith, Charlie et Ron, il y a moins de points communs qu’entre John, Paul, George et Ringo. Sont-ils moins efficaces dans un escape game pour autant ? Oui… mais seulement au début ! En effet, une fois qu’ils ont pris leurs marques, ils sont plus créatifs que les bleus, plus performants dans la durée, et arrivent à surmonter plus facilement les obstacles !

6 valeurs et traits de personnalités révélés par l’escape game

Que rechercher dans un escape game ? Quelles valeurs, quels traits de personnalité seront utiles ?

La réponse avec Entr’Up et le Laboratoire adaptations travail-individu (LATI) de l’Université Paris Descartes :
  • « Émotionalité »: Elle est une preuve d’empathie, de recherche de l’affection des autres. En revanche, elle peut faire naître du stress.
  • Extraversion: Elle révèle la confiance en soi, surtout en situation de diriger d’autres personnes.
  • « Agréabilité »: Elle est la capacité à travailler avec les autres, à coopérer et à comprendre et excuser les éventuelles erreurs.
  • Conscience: Elle permet de travailler de façon ordonnée, réaliste et optimisée.
  • Ouverture à l’expérience: Elle est révélatrice de l’état d’esprit de vos collaborateurs : ont-ils envie de découvrir d’autres domaines ? Sont-ils curieux, créatifs ?
  • Honnêteté / Humilité: Importantes car elles montrent la capacité à suivre les règles et à ne pas s’approprier les réussites des autres.

Quelle équipe pour quel projet ?

On l’a vu, équipes homogènes et équipes hétérogènes ont leurs avantages propres. Il n’y a donc pas de bonne ou de mauvaise équipe mais une adaptation nécessaire en fonction des projets, comme le suggère Franck Plasse, conseiller en communication : on choisira une équipe homogène pour les projets courts et une équipe hétérogène pour les projets longs.

Une équipe homogène pour les projets courts

L’équipe homogène sera opérationnelle plus rapidement et sera ainsi plus efficace sur des projets courts, qui nécessitent une grande rapidité d’action et de réaction.

Une équipe hétérogène pour les projets longs

L’équipe hétérogène sera plus efficace dans la durée, et ses membres se montreront plus créatifs et performants, après un temps d’adaptation, sur des projets longs. L’hétérogénéité crée une émulation sur le long terme.

Dans la pratique, on n’a pas toujours le choix et l’idéal est d’arriver à composer avec la diversité de son équipe !

Un escape game permet aux équipes de mieux se connaître et de collaborer plus facilement et efficacement. Entr’UP va plus loin et vise à mettre en place une collaboration rapidement efficace, via l’outil Entr’UP Teams. Son objectif ? Révéler les forces des collaborateurs et, surtout, savoir comment les exploiter !

Manqué de si peu

17 Jan

Missed it by that much

http://sethgodin.typepad.com/seths_blog/2017/01/missed-it-by-that-much-time-is-running-out.html par Seth Godin

Je suis arrivé à la porte juste quand ils fermaient la porte et que l’avion commençait à reculer.

C’était il y a trente ans, mais je me souviens toujours du ressenti. Je pense que nous sommes câblés pour craindre ces douloureux moments de loupé.

Les dates butoir ( « drop dead dates ») ne causent pas réellement de mort si manquées, mais parfois nous nous persuadons que c’est presque aussi terrible. En conséquence, les commerciaux et autres personnes qui veulent que nous prenions des actions inventent des falaises, des portes qui claquent et de puissantes alarmes.

Nous mettons une corde à la porte, un minuteur sur l’horloge et nous nous concentrons sur la pénurie et la crainte du manque de. Et, en conséquence, les consommateurs, les étudiants et les collaborateurs attendent ces signaux, priorisant leurs vies autour de la prochaine urgence.

Quand tout est focalisé sur la date butoir, il y a peu de temps pour travailler sur les choses qui sont réellement importantes.

Quand nous construisons nos vies autour ‘ce qui est dû’, nous sacrifions notre vie aux priorités et urgences de tous les autres.

Plus important est le plus grand problème: le temps s’écoule.

Pour toutes les choses vous pourriez vouloir essayer, pas seulement celles qui sont sur le point de quitter la porte d’embarquement.

Le temps s’échappe pour vous de monter le niveau ou de vous connecter ou d’être généreux envers quelqu’un qui a vraiment besoin de vous.

Le temps s’échappe pour vous de devenir la personne que vous avez décidé d’être, de faire la différence que vous cherchez à faire, de produire le travail dont vous savez être capable.

Actionnez votre propre sirène d’alarme.


Et regardez avant de nous quitter cette vidéo TED de Laura Vanderkam à TEDWomen en 2016 (12 minutes). Un sous-titrage en français est actionnable.

« Il s’agit de regarder l’ensemble de notre temps et de voir où on peut mettre les trucs sympas. Il y a du temps. Même si on est occupé, on a du temps pour ce qui compte. Quand on se concentre sur ce qui compte, on peut construire les vies que l’on veut dans le temps qu’on a.« 

Avantage pour gagner par Mike Clayton

9 Jan

Comment pouvez-vous vous donner un juste avantage sur vos collègues et concurrents ?

Travaillez-vous dans une organisation, ou volez-vous en solo ?

project launch kickoff lancement projetVotre job est-il dans le domaine commercial ou êtes-vous dans le service public ?

Quel que soit le travail que vous faites, votre carrière vous importe. Alors, que pouvez-vous faire pour vous booster ?

Le premier titre que j’avais trouvé pour ce billet était ‘un injuste avantage’. Cela semble captivant, mais il n’y a rien d’injuste du faire de n’importe laquelle des choses suivantes. Vos collègues et concurrents pourraient facilement faire n’importe lesquelles d’entre elles. Et dans les faits, plusieurs le font probablement déjà.

Et de toute façon… je n’aime pas l’idée d’un avantage injuste. Cela sent la tromperie. Mais, d’une façon ou d’une autre, ‘le juste avantage’ semble un peu faiblard. Alors, au lieu de cela, voici 10 façons de saisir un avantage gagnant.

Soignez vos clients : Le client d’abord

Des clients heureux, ce sont des patrons heureux. Et le secret pour soigner le client est simple. Oubliez les longues heures torturantes de formation. Si vous voulez prendre grand soin de votre client, vous devez… lui porter toute votre attention.

jeuxCe n’est pas ce que vous faites : c’est ce que vous ne faites pas

Tout un chacun peut prendre tout qui passe sur son bureau et certains parviendront à tout faire. Ce qui fera votre réputation c’est votre capacité à prioriser stratégiquement. Puis,  concentrez-vous sur ce qui fait une réelle différence pour les choses qui importent.

Apprenez de des autres : Ne les copiez pas

Qui sont les gens qui réussissent le mieux autour de vous ? Que pouvez-vous apprendre d’eux ? Leur expérience, comportements et sagesse sont de valeur, mais rappelez-vous que vous n’êtes pas eux. Apprenez, mais trouvez votre propre voie distinctive.

Expérimentation : Essayez quelque chose de nouveau

Si vous voulez des résultats différents, vous devez essayer des choses différentes. Et si vous allez essayer quelque chose de nouveau, commencez par apprendre des siècles d’effort humain… De petites expériences sont la façon la plus sûre d’apprendre ce qui se trouve au-delà de vos frontières.

Mise en œuvre : Faites ou ne faites pas

Certaines personnes parlent d’un bon livre. D’autres lisent. Mais certains écrivent le livre. Faites-vous une réputation de faire des choses. Souvenez-vous : Faites ou ne faites pas, il n’y a pas d’essai.

Partenariats et Alliances

La pensée que vous pouvez exceller seul est une forme d’arrogance. Mais quand vous le pouvez, pensez aux bénéfices d’une alliance bien équilibrée. Que pouvez-vous vous apporter qui permette d’atteindre le 1 + 1 = 3 ?

Pas OK : ne vous en satisfaites pas

Vous rappelez-vous cette publicité Honda ? Se satisfaire de OK, c’est accepter la médiocrité. Et si vous vous mettiez la barre un peu plus haute demain, que celle que vous franchissez aujourd’hui ? Et si vous le faisiez chaque jour ?

Communiquez : Le succès silencieux n’est pas

Vous en tenir à vous-même et travailler sur votre excellence est tout à fait positif. Mais si personne ne sait ce que vous avez fait, peut-être est-ce bien pour votre tranquillité, modestie et humilité. Mais le marketing de vos accomplissements crée votre réputation.

que comprendre de ces retours?Réactions et Réflexion

Nous savons tous la valeur des retours des autres. Mais cela reste inutile à moins que vous ne mettiez de côté du temps pour réfléchir à ce que vous en apprenez. La réflexion sur l’expérience est le chemin vers la sagesse.

L’Avenir : Plongez dans le changement

Combattre l’inévitable est futile. Utilisez votre énergie pour façonner l’inévitable en le meilleur avenir possible. Ceci est non seulement pragmatique, mais l’optimisme et l’enthousiasme sont aussi une source de charisme. Les gens autour de vous les aiment.

Image

maxime de Chef de Projet de début d’année: « Trop d’égo peur tuer votre talent »

7 Jan

…et aussi votre projet qui est toujours une aventure d’équipe.

Le syndrome de l’Imposteur

5 Déc

Inspiré de https://personalexcellence.co/blog/impostor-syndrome ‘I’m a Fraud’ par Celestine Chua

Le syndrome de l’imposteur ou la croyance “je suis un fraudeur” est le phénomène où vous estimez que vous n’êtes pas aussi bon que ce que d’autres pensent ou l’image que vous essayez de peindre. Quelqu’un qui souffre du syndrome de l’imposteur porte la peur d’être « découvert » un jour pour son manque de compétences et de capacité, bien que ce « manque » puisse être uniquement dans leur esprit.

Si vous vous sentez seul à le connaitre, ce n’est pas le cas ! La recherche a évalué que 2 sur 5 personnes qui ont du succès se considèrent des fraudeuses, et que 70% de tous les gens se sentent imposteur une fois ou une autre. 

Beaucoup de personnes célèbres ont reconnu s’être senties en imposture auparavant, y compris le scénariste Chuck Lorre, le comique Tina Fey, l’actrice Emma Watson et même l’actrice expérimentée Meryl Streep et l’auteur à succès Maya Angelou!

“Quand vous observez et assistez à une répétition de quelque chose que vous avez écrit et qui n’est pas bon, le sentiment naturel est ‘ je ne suis pas bon. Je suis un imposteur. Je dois aller me cacher. ’ ” Chuck Lorre

“La beauté du syndrome de l’imposteur est que vous oscillez entre la manie égocentrique extrême et un sentiment complet de : ‘ je suis un imposteur! Oh mon Dieu, ils m’ont repérée ! Je suis un imposteur ! ’ ” – Tina Fey

“J’étais dans ma chambre d’hôtel, je pensais, ‘ je ne peux pas le faire’. J’étais juste terrifiée” a dit Emma Watson de sa réaction la nuit avant de faire un discours au quartier général de l’ONU.

“J’ai écrit 11 livres, mais chaque fois je pense, ‘ Uh oh, ils vont découvrir maintenant. J’ai dirigé un jeu sur chacun et ils vont me découvrir. ’ ” – Maya Angelou

“Vous pensez : ‘ Pourquoi quelqu’un voudrait-il me voir à nouveau dans un film ? Et je ne sais pas comment jouer un rôle de toute façon, alors pourquoi le fais-je ? ’ ” – Meryl Streep

Peut-être la partie la plus ironique du syndrome de l’imposteur est qu’il est le plus répandu chez les personnes les plus performantes.

Ce qui signifie que les gens le moins de raisons de se sentir des imposteurs sont ceux qui l’éprouvent le plus. Tandis que de réels imposteurs comme les marchands ambulants ne le ressentent pas. Étrange, non ?

Inutile de dire que le syndrome d’imposteur peut mener à de sérieux auto-sabotages. Dans mon Cours d’Anti-Procrastination, une participante a partagé comment elle se sent constamment « insuffisamment préparée” pour commencer son business de conférencière (bien qu’elle le soit), la poussant à différer son démarrage pour explorer encore une autre qualification afin d’être « fin prête ». Dans le monde du travail, certains évitent de postuler à de meilleurs emplois ou laissent passer des promotions parce qu’ils ne se sentent pas qualifiés bien qu’ils le soient. Chez les entrepreneurs comme des coachs et travailleurs indépendants, certains remettent à plus tard leur propre promotion et l’obtention de nouveaux clients parce qu’ils ont peur « de s’exposer » et ne pas être pas assez compétents.

Voici mes 7 trucs pour dépasser cela.

1) Faites une liste de vos accomplissements

Peu importe votre age, vous avez déjà accumuler des expériences et des réussites qui vous sont uniques. Identifiez vos points forts. Revenez sur les challenges que vous avez du surmonter dans vos projets. Regardez tout ce que vous avez déjà accompli de beau dans votre vie.

2) Ne vous sous-estimez pas

Si vous êtes là, en poste ou en entretien d’embauche, c’est parce que vous êtes prêt pour ce job. Si vous avez été promu c’est pour de bonnes raisons . Si l’on vous a accordé cet entretien pour le job de vos rêves, également.

3) Oubliez votre chapeau d’expert

Les gens avec le syndrome de l’imposteur ont tendance à se sentir comme s’ils doivent remplir un certain rôle comme celui d’expert. Et quand ils ne le font pas, ils se sentent en faute. Arrêtez de penser devoir détenir toutes les réponses.

4) Améliorez vos compétences

Vous pensez ne pas encore avoir toutes les compétences que vous jugez nécessaires ? Tant mieux ! Cela vous donne opportunité d’appendre et de vous développer.

5) Concentrez-vous  sur la valeur que vous pouvez apporter, que vous allez apporter

Posez-vous régulièrement cette question: « Comment puis-je faire une réelle différence (pour mon boss, mes clients, mon équipe) ? » Pensez aux personnes qui vont bénéficier de vos services et à comment leur apporter un maximum de valeur.

6) Arrêtez de vous comparer à d’autres

Tout le monde doit débuter à un moment donné dans un nouveau job, un nouveau domaine, de nouvelles responsabilités. Ils ne sont ni pires ni meilleurs que vous. Votre objectif est de vous comparer à vous-même et voir combien vous évoluez et grandissez.

7) Rappelez-vous que chacun essaie encore  de trouver la réponse, comme vous

Notre société célèbre la perfection. Les couvertures de magazine sont parfaitement retouchées. Les histoires de couverture parlent toujours de succès fulgurants ou d’exemples qui soutiennent l’histoire racontée dans les médias et font appel à la soif populaire de perfection. Par exemple, un élève exclu du lycée qui devient millionnaire avec sa start-up. Une femme qui perturbe la scène de start-ups à succès dominée par les hommes et offre une technologie révolutionnaire qui va changer le monde. Les gens sont alors encouragés à penser en termes binaires « ont » et “n’ont pas”; « succès » et « échec »; « étonnant » et « nul ». On voit tous les champions dans les premiers de ces termes; quelqu’un qui n’est pas aussi bon se retrouve associé aux seconds. Certains de ces champions, même des gourous, ont des équipes de marketing à plein temps qui travaillent pour produire une bonne presse pour les supporter et effacer toute mauvaise publicité ou critique négative.

Mais rappelez-vous que chacun, y compris les experts, doit toujours apprendre et essayer de démêler les choses.

Ce n’est pas parce que les gens ne révèlent pas leurs difficultés qu’ils n’en ont pas.

Qu’en est-il de vous ? Quels astuces pouvez-vous appliquer ? Il est temps d’arrêter de vous considérer comme un imposteur — parce que vous n’en êtes pas un ou une. Vous êtes vous.

19 Décembre – Montpellier #PMI® – Table Ronde sur le Management de projets : Nouvelles compétences, nouveaux défis !

4 Déc

Première table ronde organisée par la Branche PMI Languedoc-Roussillon en partenariat avec l’Institut Montpellier Management et les étudiants du Master 2 Management Projets PME.

Quelles sont les compétences nécessaires au manager de projets d’aujourd’hui ?

Quatre experts de la région, chef de projets ou coach Agile, apporteront un éclairage nous permettant d’envisager plusieurs pistes de réponses.

La table ronde sera l’opportunité d’échanges et de partages entre intervenants et participants.

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

Trouvez votre propre voie : Connaissez votre ligne d’eau !

4 Déc

Finding Purpose: Know Your Swim Lane

http://dougthorpe.com/know-your-swim-lane/ par Doug Thorpe

En compétition comme à l’entrainement, les nageurs doivent rester dans leur ligne d’eau.

En compétition, les nageurs doivent rester dans leur ligne d’eau prescrite pendant la course. C’est même une faute que de sortir de son couloir de nage.

Les professionnels dans les affaires ont de temps en temps des difficultés à définir leur ligne et s’y tenir. Il arrive souvent quand on demande à des individus d’évoluer vers des rôles de supervision ou de management.

Plusieurs choses peuvent se produire :

  • Ils embrassent la promotion et changent en juste proportion (ils changent de ligne d’eau) pour travailler et devenir d’un bon manager.
  • Ils prennent le rôle, mais restent dans leur ancienne ligne d’eau, essayant de toujours être un bon ouvrier contributeur alors que le besoin est de superviser l’équipe.

Je parlais avec un nouveau contact qui relatait ses expériences de travail. Il partageait le fait qu’une fois promu manager. Ce chapitre de sa carrière ne s’est pas bien terminé. Il est retourné à un rôle de contributeur individuel et est devenu un professionnel couronné de succès, sans aucune responsabilité de supervision. Il a dit qu’il appréciait être de nouveau son propre patron (bien qu’il ait un supérieur). Le fait est : il a détesté être un manager. Ce n’était pas son « truc ».

La racine de ce phénomène a un rapport avec la passion et le but. Découvrir votre voie et y rester, c’est acquérir une compréhension de votre raison d’être.

Nous sommes tous différents.

Nous sommes tous câblés différemment. Nos forces nous aident à définir notre but. Quand vous identifiez exactement vos forces et persévérez à utiliser ces forces, les choses deviennent plus faciles. Votre but apparaît clairement et vous pouvez voir une meilleure définition de votre propre et personnelle ligne de nage pour la vie.

Quand nous essayons de travailler sur nos faiblesses, la vie semble dure. Le conflit est partout. Nos niveaux d’énergie sont au plus bas. Nous sommes souvent bien trop fatigués et frustrés. Notre objectif semble embrouillé et peu clair.

Le recentrage sur nos forces et nos points forts nous donne l’énergie.

Le recentrage sur nos forces et nos points forts nous donne l’énergie. Vous êtes rarement fatigués de fonctionner à l’intérieur de votre périmètre de forces.

Pour revenir sur l’exemple de mon nouvel ami, être un manager n’était pas son point fort. Il l’a détesté parce qu’il ne voulait pas gérer à longueur de journée des gens et leurs problèmes perçus. Il s’est senti beaucoup plus à l’aise et stimulé en faisant son propre travail, en augmentant son panel de clients et en faisant une réelle différence pour sa société en tant que contributeur individuel.

CSP est partenaire de DantotsuPM

Trouver votre ligne d’eau signifie connaitre votre but.

« Comme vous vivez la vie avec sens, vous apportez de meilleures et de plus significatives contributions dans votre travail, votre famille et votre communauté. »

Doug Thorpe

13 Décembre – Webinar #PMI® – Croiser la gestion des bénéfices avec le bureau de projet

29 Nov

Cette présentation organisée par le PMI Montréal porte sur les résultats des recherches les plus récentes sur la gestion des bénéfices.

Monique Aubry

Ces résultats remettent en question certaines prémisses que l’on tient pour acquis. Cette recherche vise à comprendre ce qui se fait réellement dans les organisations en ce qui a trait à la gestion des bénéfices.

On y identifiera les challenges les plus cruciaux ainsi que des pratiques qui semblent mener à de meilleurs résultats.

On y abordera le rôle des Bureaux de projet pour répondre aux challenges spécifiques de la gestion des bénéfices. Enfin, la parole sera donnée aux participants pour recueillir des exemples de cas particuliers.

Conférencière: Monique Aubry, Ph.D., Professeur titulaire, Université du Québec à Montréal

Inscriptions

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

SMPP est Partenaire de DantotsuPM – Référentiel SMPP gratuit téléchargeable.

5 Décembre – Web Diffusion – Comprendre et communiquer l’importance du démarrage des projets

27 Nov

La gestion de projets, vue par un dirigeant

Pour un cadre responsable d’un département TIC, l’administration d’un projet à ses particularités et ses enjeux distincts.

Dans une grande entreprise, ce cadre détient la responsabilité et l’imputabilité du bon déroulement de l’ensemble des activités, et ce tout au long du projet ou du programme. Pour cet administrateur, la marge d’erreur est réduite au minimum et quelques fois, elle est inexistante. Chaque présentation de suivi à la haute direction comporte ses défis. Les résultats doivent y être, dans les délais prescrits. Chacun des chefs projets sous la responsabilité de ce dirigeant doit s’assurer que les indicateurs, les risques et les contingences du projet ou programme répondent à 100 % aux besoins. Les enjeux précis du mandant doivent être maîtrisés par le chef de projets. Les méthodologies et les tableaux de bord sont alors adaptés en fonction de cette réalité.

La conférence propose aux chefs de projets, membres du PMI, une vision, certains concepts, des situations vécues, des réussites et des erreurs d’un cadre, dirigeant de grands projets.

Un événement organisé par le PMI Montréal

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

Perceptions of failures in IT projects : a rapid questionnaire

27 Nov

chuteTwo students, Liz Jose Paul and Maite Bailet are studying the perceptions of failures in IT projects”  for the validation of their MSc with Skema Business School.

The trigger for this dissertation was the high level of subjectivity of the concept of failure/success in a project team.

Although this could be a very elusive topic, they are hoping to draw some parallels in terms of defining failure and its reasons.

As a part of this, Liz and Maite developed a survey and are hoping to reach professionals with varying levels of experience, expertise and background, and ideally with some IT project management practice.

If you can spare 5 minutes of your time to respond, it would be greatly appreciated by these two students.

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

%d blogueurs aiment cette page :