un(e) manager de projet est un(e) équilibriste !

Les managers de projets sont souvent sur la corde raide entre la satisfaction des désirs de leurs clients et leur compréhension (et celle de leur équipe) de ce qu’il est réellement possible de faire.

Le manager de projet est soumis à des pressions constantes et parfois contradictoires de ses clients, équipiers et sponsors.

Comment trouver le juste milieu entre la nécessaire réalisation des objectifs du projet et le maintien de la motivation de son équipe ?

L’équilibre est difficile à trouver entre :

  • Objectifs projet et motivation de l’équipe
  • Écoute et discipline d’exécution
  • Désirs des sponsors et réalités terrain
  • Prise de risque et sécurisation
  • Attention aux détails et vue d’ensemble
  • Persévérance et flexibilité

Une part importante de la réussite est dans l’écoute des membres de l’équipe et elle doit s’accompagner une ferme discipline dans l’exécution des tâches et de respect des jalons du projet. Il faut donc discuter, écouter et expliquer (encore et encore) à toutes les parties prenantes et au sponsor, tout en maintenant le bon niveau de pression pour obtenir les résultats escomptés.

Les passages de jalons du projet, la production de livrables intermédiaires ou même partiels, les partages de retours positifs des commanditaires sont autant d’opportunités à exploiter pour motiver l’équipe et l’ensemble de la communauté projet en célébrant ces résultats.

CSP est partenaire de DantotsuPM

Les compromis sont nombreux au cours d’un grand projet pour réussir ce juste équilibre entre désirs et réalités.

Pousser à l’action

plutôt que donner immédiatement la bonne réponse…

Inciteful

http://sethgodin.typepad.com/seths_blog/2018/04/incitefu.html par Seth Godin

La réponse correcte pourrait ne pas être la meilleure chose à dire.

Peut-être serait-il mieux de pouvoir aider votre ami à démarrer des actions. Découvrir et faire par soi-même sont presque toujours plus utiles que de recevoir un bon conseil.

L’incitation à l’action est souvent meilleure que le partage de sa compréhension.

Mieux vaut avancer et découvrir en marchant que de vous arrêter et croire que vous connaissez la bonne réponse.

« Conduite du changement : pourquoi le rôle du chef de projet est clé » par Jean-Louis Rogé

Le project management a le vent en poupe, les entreprises recherchent toujours davantage cette compétence métier pour réaliser leurs projets de façon ordonnée et effective.

Mais les bonnes nouvelles ne s’arrêtent pas là ! Le nombre de projets stratégiques qui représentent des investissements importants, est en hausse constante grâce aussi au grand nombre de projets de transformation digitale.

Un climat propice à une revalorisation du rôle du chef de projet qui peut devenir un protagoniste clé incontestable dans les processus de changement qui voient le jour dans les entreprises.

Plus de temps à perdre donc, commençons par découvrir les nouvelles possibilités qui se présentent aux chefs de projets, ensuite nous verrons des actions simples et efficaces pour relever le défi de la conduite du changement.

Une grande opportunité pour les chefs de projet

Il y a deux facteurs clés qui sont déterminants pour comprendre l’évolution qui est en train de se produire dans la gestion de projet :

1 – Le projet est vu comme un investissement.

Le projet est vu comme un investissement.

La nouveauté au niveau de la vision des projets par les managers est d’une part que ces derniers sont beaucoup plus sensibles à leurs répercussions économiques et de l’autre qu’ils comprennent mieux leurs impacts, souvent très importants, sur l’organisation et l’image de l’entreprise. C’est pourquoi les projets sont perçus chaque fois davantage comme des investissements au service d’objectifs stratégiques.

2 – La gestion de projet se démocratise.

La tendance actuelle dans les entreprises est qu’un nombre croissant d’individus utilise la gestion de projet.

En conséquence, cette compétence est valorisée, acquiert une importance reconnue et devient toujours plus demandée.

Mais voyons pourquoi ces deux aspects sont si importants pour le futur des chefs de projet.

PMGS est partenaire de DantotsuPM

Tout d’abord l’occasion se présente à eux d’être des acteurs respectés dans la prise de décisions stratégiques : Un nouveau rôle qui enrichit et fait monter en compétences le chef de projet.

Désormais le project management entre tout naturellement dans le système de décision de l’entreprise avec tout ce qui l’accompagne.

D’autre part, la gestion de projet n’est plus un secret pour la plupart des salariés : toujours plus de personnes veulent y prendre part parfois tout simplement pour donner leur opinion.

Cette attitude représente une valeur ajoutée pour le projet mais elle nécessite un pilotage habile et bien adapté qui doit être aussi utilisé tout le long des processus de changement.

Qui mieux que le chef de projet peut incarner ce rôle en utilisant de nouvelles compétences qui se rajoutent à son autorité reconnue et à sa capacité à maintenir une bonne relation avec le client ?

Savoir se préparer au nouveau scénario

Comme on a pu le constater, le changement est à l’ordre du jour et le chef de projet a l’occasion d’être une pièce clé pour que la transformation voie le jour.

Mais il/elle doit s’y préparer pour assurer d’être prêt au bon moment. Concrètement il/elle aura besoin de compléter ses connaissances par des formations approfondies dans certains domaines tels que:

  • La stratégie des organisations: Pour côtoyer les décideurs, envisager les divers scénarios possibles afin de proposer la solution idéale et participer à l’élaboration des objectifs stratégiques du changement, il faut avoir les compétences nécessaires.
  • Les relations humaines: On a pu apprécier que la gestion de projet devient accessible au plus grand nombre, il ne faut pas oublier aussi que les changements qu’il faudra gérer, rendent les rapports humains plus complexes. De plus, l’élargissement du nombre de personnes impliquées dans les projets requiert un leadership accru du chef de projet. Tous ces nouveaux aspects qui se présentent, ne peuvent pas être abordés avec succès sans une formation adaptée.
  • La communication: Savoir communiquer au bon moment, adapter le message aux différents interlocuteurs et ne transmettre que l’essentiel, ne sont que certaines des compétences qu’un chef de projet doit maîtriser à tout prix pour bien conduire le changement.

Il faut savoir aussi qu’existent plusieurs modèles de gestion du changement qui permettent de poser un cadre défini pour réaliser la transition.

Les déployer n’est pas toujours facile, le temps et les efforts nécessaires sont souvent très importants, mais le seul fait de les connaitre peut vraiment aider à préparer un processus de changement.

Pour cela, il est vivement conseillé aux chefs de projets de s’informer au préalable sur les principaux modèles de gestion du changement existants, pour les suivre ou simplement pour qu’ils soient une source d’inspiration.

À titre d’information on peut mentionner les modèles:

  • Lewin’s: Approche centrée sur l’organisation, idéal pour des changements fonctionnels importants.
  • Adkar : Modèle orienté processus et objectifs, utilise une démarche ascendante, les individus sont à l’origine du changement.
  • Kotter’s : Similaire a l’Adkar pour ce qui concerne l’approche, centrée sur les employés. En revanche dans ce cas la démarche est descendante.
Mais la liste ne s’arrête pas là ! À vous de la compléter…

À retenir :

Que de bonnes nouvelles pour la gestion de projet ! Sa valeur stratégique est de plus en plus reconnue et elle est considérée comme une compétence incontournable.

D’autre part les processus de transformation en profondeur sont à l’ordre du jour dans les organisations : leur réussite dépend d’une conduite ferme et bien adaptée.

Ce scénario donne une opportunité sans précédent aux chefs de projets qui peuvent devenir les acteurs principaux de la conduite du changement.

Mais il faut s’y préparer : se former et être attentif aux différents modèles de gestion du changement sont de bons débuts pour devenir le chef de projet du futur !

JEAN-LOUIS ROGÉ est Ingénieur informatique et Directeur des services d’informations (DSI). Il a été PCO (contrôleur de projet), responsable de la planification, de la mise à jour et du contrôle de projets pendant plus de 20 ans dans différents secteurs d’activités tels que les télécoms, la grande distribution et le service public. Il partage ses expériences et conseils sur son blog : http://www.comment-reussir-mon-projet.com/ et vous pouvez également le suivre sur Twitter : https://twitter.com/ReussirProjet

l’art de savoir communiquer une vision claire

Comment communiquer clairement si l’on n’a pas soi-même une vision très claire du projet ?

Il s’agit donc avant tout:

  1. d’ avoir une vision claire
  2. de bien comprendre les objectifs
  3. de les synthétiser
  4. de décliner la vision pour chacun
  5. de faire simple et très concis

Le/la manager de projet doit acquérir et cultiver cette capacité à communiquer une vision claire du projet et de ses objectifs afin d’accroître son leadership et de n’oublier personne dans sa communication.

Après vous être porté(e) volontaire… soyez là !

After you raise your hand…

http://sethgodin.typepad.com/seths_blog/2018/04/after-you-raise-your-hand.html par Seth Godin

Soyez là.

Soyez là et continuez à y être.

Soyez là avec au moins autant d’enthousiasme que vous en aviez quand vous avez en premier lieu levé la main pour vous porter volontaire.

Se porter volontaire est la partie facile. Faire des promesses est une façon amusante d’obtenir l’attention de quiconque.

Tenir ces promesses est souvent oublié, mais c’est ainsi que vous construisez quelque chose.

Comment donner une présentation de cinq minutes

How to give a five-minute presentation

http://sethgodin.typepad.com/seths_blog/2018/04/how-to-give-a-five-minute-presentation-.html par Seth Godin

Donnez une présentation de quatre minutes et prenez votre temps.

L’alternative est d’essayer de délivrer un speech de six ou sept minutes en cinq minutes. De vous précipiter. De vous énerver. De dépasser la durée. D’agir d’une façon qui contredit votre professionnalisme.

Non. Mieux vaut rester fidèle à l’approche des quatre minutes.

Le truc est que vous n’aurez jamais assez de temps pour détailler suffisamment chaque aspect. Cela vous prendrait des années.

Servez juste la bonne portion, avec les meilleurs ingrédients.

Le contrôle de la quantité est votre ami. Déterminez la taille du plat et servez-en juste la bonne quantité.

5 points essentiels sur le CV d’un manager de projet

Un CV professionnel bien écrit est essentiel !

5 essential items for a project manager’s CV

http://projectmanager.com.au/5-essential-items-for-a-project-managers-cv/ par Shilpa Nayyar

Quand on parle de faire progresser votre carrière dans le management de projet, un Curriculum Vitae (CV) professionnel bien écrit est essentiel. Si vous rédigez ou récrivez votre CV il peut être déroutant de savoir quels conseils suivre ou ignorer. En tant qu’ancien recruteur, j’ai appris qu’il y a cinq choses clés que les employeurs et recruteurs cherchent dans le CV d’un(e) manager de projet.

1. Détails pour vous contacter

  • Nom et adresse complète
  • Adresse électronique
  • Numéro de téléphone
  • Lien vers votre profil LinkedIn
Je suis toujours étonné combien de candidats n’incluent pas leur profil LinkedIn sur leur CV.

Les employeurs et recruteurs s’attendent à ce que les candidats aient une robuste présence en ligne, donc il est essentiel d’inclure votre lien LinkedIn. Il est fortement probable que les employeurs et recruteurs feront des recherches en ligne sur vous pour préparer leur liste de candidats sélectionnés, donc votre Profil LinkedIn doit avoir une allure professionnelle.

2. Résumé professionnel

Les employeurs et recruteurs passent en moyenne sept secondes sur un CV, donc vous devez immédiatement capturer leur attention.

Un résumé professionnel bien écrit présentera les points suivants
  • seulement 7 secondes pour capturer l’attention et donner envie de lire la suite

    Soyez bref: 4 à 6 lignes de long

  • Transmettez efficacement au lecteur vos domaines d’expertise
  • Mettez en évidence vos compétences principales et comment elles bénéficieront à votre futur employeur

Il est essentiel que vous sachiez quelles compétences majeures sont cherchées par le recruteur pour pouvoir mentionner des qualités appropriées dans votre résumé professionnel.

3. Résumé de carrière

En rédigeant son CV, une erreur commune que j’ai remarquée chez de nombreux clients est qu’ils listent chaque responsabilité tenue pour tous leurs jobs passés. Mais ce n’est pas nécessaire; au lieu de cela, votre CV devrait se concentrer sur les points forts de votre carrière.

Votre résumé de carrière devrait suivre ces recommandations
  • Soignez le choix des mots clés utilisés

    Donnez une vue d’ensemble de votre rôle incluant la personne à laquelle vous reportiez, combien de personnes vous managiez (si applicable), les détails du projet et la valeur du projet.

  • Expliquez vos accomplissements pour chaque rôle.
  • Utilisez les mots-clés appropriés pour que votre CV ressorte des « Applicant Tracking Systems » utilisés par certains employeurs pour trouver des candidats.

Vous devez vous assurer que vous incorporez suffisamment d’informations sur vos responsabilités pour donner aux futurs employeurs une bonne compréhension de ce que vous faites. Il est important d’inclure le détail des méthodologies et des outils que vous avez utilisés.

Voici quelques exemples de bons accomplissements
  • Augmentation de revenu
  • Accroissement de productivité
  • Réduction des dépenses
  • Amélioration des processus
  • Promotion de l’efficacité

Il est important que, en mentionnant les accomplissements, vous expliquiez ce que vous avez fait personnellement. Mentionnez les défis et challenges rencontrés et comment vous les avez surmontés.

Vous devriez citer des accomplissements appropriés sur chaque position que vous avez tenue. Les employeurs et des recruteurs veulent voir que vous avez une histoire prouvée de contributions plus larges pour l’organisation dans chaque position que vous avez eue.

4. Formations professionnelles

PMGS est partenaire de DantotsuPM

Votre section sur votre développement professionnel représente une plus petite partie de votre CV. Ne vous lancez pas dans trop de détails. Les employeurs sont plus intéressés par votre expérience et donc le focus est ce que vous avez fait dans vos emplois actuel et précédents.

Votre section devrait contenir les informations suivantes

  • Diplôme (si applicable)
  • Toute formation continue récente en entreprise
  • Les détails des formations suivies
  • Toutes vos qualifications en management de projet ajoutent de la valeur à votre CV par exemple, PRINCE2, PMP, ITIL.

Il est important que vous mentionniez seulement l’éducation récente et appropriée pour ce job. Il ne s’agit pas de lister tous les cours que vous avez achevés car les employeurs sont seulement intéressés par ceux directement liés au poste pour lequel ils recrutent.

QRP International est Partenaire de DantotsuPM

5. Développement personnel

Généralement, la plupart des CVs de mes clients managers de projet suit un même format. Les employeurs veulent voir que vous êtes investis dans votre carrière, celles ci-dessous (si applicables) vous aideront à vous démarquer.

Contributions dans un forum professionnel : si vous contribuez à un forum, cela montre que vous avez une compréhension de votre industrie. Soyez conscient que si vous mentionnez des forums auxquels vous contribuez, les employeurs peuvent aller les consulter en ligne. Donc vous voulez être confiants que vos contributions projettent l’image que vous êtes un manager de projet bien informé.

Accomplissements personnels : Les employeurs veulent voir que vous êtes une personne harmonieuse et avez des centres d’intérêts à l’extérieur du travail. Tout accomplissement personnel significatif qui démontre des compétences clefs comme la collaboration, la communication et le management vaut la peine d’être mentionné sur votre CV. Au lieu de juste mentionner l’accomplissement, essayez d’expliquer comment vous l’avez réalisé.

Mentorship : si vous êtes un mentor ou un mentoré, cela vaut la peine de le mentionner dans votre CV. Du point de vue de l’employeur, si vous un mentor, cela montre que vous avez de l’expertise et la partagez avec des collègues : un signe de valeur. Si vous êtes un mentoré, cela prouve que vous êtes intéressé par votre développement professionnel et c’est aussi attractif pour un employeur.

Adhésion à des organismes : Ceux-ci peuvent être des organismes liés au management de projet ou autres. Cela vaut particulièrement la peine de mentionner l’adhésion à ces organisations si vous êtes dans une position de responsabilité comme Trésorier.

un exercice toujours difficile…

L’écriture d’un CV qui vous aide à vous distinguer de la compétition est difficile et exige de réfléchir profondément à vos domaines d’expertise et à comment vous ajoutez de la valeur aux organisations et dans les équipes.

Ces cinq éléments essentiels montreront que vous possédez à la fois les compétences exigées et l’expérience et vous positionne sur de bonnes bases pour commencer à recevoir des appels des recruteurs pour des interviews.

Partenaire de DantotsuPM

l’excellence se construit sur l’expérience dans la plupart des domaines dont celui du management de projets

Aucun fantastique manager de projet ne s’est construit en un jour

C’est le plus souvent toute une suite d’expériences réussies ou ratées en plus de la formation qui permet de s’améliorer.

Quelles sont les bonnes raisons d’opter pour un job, voire une carrière entière, dans le management de projet ?

Cette carrière attire de plus en plus d’attention mais peut-être n’êtes-vous pas tout à fait sûrs de si cela vous conviendrait…

9 Great Reasons to Choose a Project Management Career

http://projectbliss.net/project-management-career/ par Leigh Espy

Une amie m’a récemment dit que le management de projet semble terriblement ennuyeux.

Elle n’est en fait pas manager de projet.

Alors, pourquoi quelqu’un choisirait-il une carrière dans le management de projet ?

Je vous dirais…

…parce que cela présente beaucoup d’attraits. Il y a en effet de nombreuses raisons pour lesquelles c’est un formidable choix de carrière.

Et ce n’est pas ennuyeux. Loin de là.

Cette carrière attire davantage d’attention depuis ces dernières années. Mais peut-être n’êtes-vous pas tout à fait sûrs de si cela vous conviendrait.

Ou peut-être que vous ne savez pas grand-chose du management de projet pour l’instant ?

S’il en est ainsi ne vous sentez pas exclu. Je suis manager de projet depuis 15 ans, mais au départ, je ne savais pas que voulais en être une.

Quand j’ai terminé mes études au collège et ensuite au lycée, je ne savais pas ce que voudrais faire en grandissant.

Il me semblait que tous les autres avaient une bonne idée des emplois et carrières qu’ils voulaient et je ne savais pas. Je souhaitais quelque chose de stimulant qui me permette de faire partie d’une plus grande équipe, mais aucun des emplois traditionnels ne me paraissait attirant. J’avais des amis entrant dans la justice, le business, le conseil, la profession de dentiste et un ami de collège était pilote de voiture de course.

Leigh Espy

Mais c’était avant que le management de projet ne soit devenu un choix de carrière bien mieux connu et établi. Donc je suis heureuse d’y être finalement, et par hasard, venue.

Et maintenant le management de projet est plus solidement établi dans notre culture de travail, avec des formations, des diplômes et des certifications.

Mais si vous n’êtes pas sûr qu’une carrière de management de projet soit bonne pour vous, je peux vous donner bien des raisons de la considérer.

Je suis une fervente supporter, donc je vais vous donner une liste de raisons pour lesquelles je pense que c’est une carrière formidable. Je suis complètement biaisée. Il me semble que j’ai gagné à la loterie des carrières. J’aime toujours autant mon travail après toutes ces années.

Considérez ces raisons en faveur d’une carrière dans le management de projets.

Pourquoi choisir une carrière dans le management de projet

1. Belles perspectives de carrière

Il est prouvé qu’il y aura un grand besoin de managers de projets pour les 10 ans à venir. Cette étude de Anderson Economic Group montre une forte augmentation du travail dans le management de projet jusqu’en 2017. “Sur une base annualisée, les employeurs devront recruter presque 2.2 millions de nouveaux rôles orientés projet chaque année jusqu’en 2027.”

Le management de projet ouvre une perspective de carrière positive doublée de bons salaires: Déjà 2 excellents points qui supportent ce choix de carrière.

2. Bon salaire

 

Download the free report

Selon Glassdoor, le salaire moyen national aux États-Unis pour des managers de projet est $80,854 annuel.

Et puisque c’est une moyenne, vous pourriez bien sûr gagner bien plus.

Ce billet sur le blog projectbliss.net fournit beaucoup plus d’information sur les salaires des managers de projet.

3. Travail significatif

Les managers de projet collaborent avec leurs équipes pour construire les solutions qui adressent des problèmes. Vous pouvez construire des choses qui rendront meilleures les vies d’autres personnes et changer le monde par ce que vous créez.

Et si vous travaillez pour une société que vous aimez vraiment, et voulait faire partie de son succès, le management de projet aide à s’assurer que la société délivre de la valeur. Cela permet de contribuer au succès global de l’organisation.

4. Constantes opportunités d’apprendre

Parce que les projets peuvent varier tellement, vous continuerez à être challengé par des opportunités de grandir. Si vous êtes dans la technologie, par exemple, de nouvelles technologies émergentes présentent des chances d’apprendre en permanence.

5. Opportunités de travailler dans de nombreuses industries

Les managers de projet sont utilisés dans l’informatique, la santé, le divertissement, l’alimentation et la grande distribution, l’aéronautique et bien d’autres d’industries.

Cette même étude d’AEG a trouvé de belles opportunités de carrières dans le management de projet dans les secteurs suivants : la santé, l’industrie, les services de l’information et de la publication, les finances et l’assurance, la gestion et les services professionnels, l’énergie, pétrole et gaz. Je connais même un manager de projet qui utilise ses compétences dans son église.

6. Possibilité de télétravailler

Comme manager de projet, vous devez être capable de communiquer avec votre équipe. Mais cela ne signifie pas que vous devez tous être assis dans la même pièce. Il est possible de travailler avec des équipes géographiquement distribuées. La technologie permet de plus en plus aux équipes de travailler à distance et cela devient plus commun.

Le management de projet peut être réalisé à distance. La technologie permet travailler avec votre équipe de presque n’importe où.

7. Mobilisation de nombreuses et différentes compétences

Les managers de projet doivent compter sur beaucoup de jeux de compétences différents pour réussir.

Vous devez non seulement connaitre des approches et des méthodologies, mais aussi beaucoup de compétences douces comme la communication et la diplomatie.

Il y en a toujours plus à apprendre et des compétences à renforcer.

8. Superbes possibilités de carrière avec mobilité ascendante

homme grimpant sur l'échelle des compétencesTravailler dans un rôle de manager de projet vous donne compétences et expertise qui vous préparent pour de nombreuses autres positions plus tard dans votre carrière. Ce billet sur les parcours de carrière du manager de projet présente d’autres opportunités de carrière auxquelles le management de projet vous prépare. Responsable de produit, Directeur des opérations et même entrepreneur sont quelques-unes des opportunités listées. Même si vous aimez le management de projet et souhaitez rester dans ce rôle pendant de nombreuses années, vous pouvez vous déplacer vers un rôle de manager de projet senior et prendre en charge des projets plus complexes.

9. Jamais ennuyeux

Le management de projet, de par sa nature, signifie que vous travaillerez sur des projets et les projets ont une date de fin définie. Ainsi, une fois qu’un projet finit, vous pouvez en commencer un autre. Vous parvenez à amener un projet à son achèvement et vous vous déplacez ensuite sur un autre projet.

Même si vous travaillez dans un environnement où vous réalisez les mêmes types de projets, il y aura des différences entre eux. Cela peut être un client différent avec des besoins différents et des personnalités ou des risques différents à considérer, mais il y aura de la variété dans vos projets. Ou bien, vous pouvez travailler dans un environnement avec des projets extrêmement différents.

Pour conclure

Le management de projet pourrait être pour vous le travail rêvé. Il y a tant de raisons d’aimer ce choix de carrière. Si vous considérez ce métier, regardez-y de plus près et n’hésitez pas à poser vos questions!

Comment manager sans lien de subordination ? par Matthieu Giovanetti

Le management transversal, ou management non hiérarchique, implique d’apprendre à manager un collègue sans lien hiérarchique

Vous êtes nombreux en tant que chefs de projet à devoir demander des actions à des collègues sans lien hiérarchique avec eux. C’est ce qu’on appelle le management transversal, ou management non hiérarchique.

C’est une relation ambiguë, puisque vous devez veiller à ce que le travail soit fait correctement et dans les temps, pour la bonne exécution de votre projet, mais sans avoir un pouvoir d’autorité pour faire passer vos demandes en priorité.

Nous allons voir comment se rendre la situation plus agréable et obtenir des résultats probants.

Enlever sa casquette de « petit chef »

En tant que chef de projet, vous êtes sans nul doute une personne sérieuse, professionnelle, avec le sens des priorités et du travail bien fait.

Vous faites de votre maximum pour que les projets aboutissent. Vous acceptez d’avoir à faire du travail ingrat si c’est pour la bonne cause : que le projet avance.

Vous prenez sur vous beaucoup de choses. C’est votre exigence en tant que professionnel.

Par conséquent, vous souhaitez très fort que tous vos collègues en fassent de même.

Mais en pratique, ce n’est pas ce qui se passe.

Alors vous prenez votre ton le plus autoritaire pour demander que leurs actions soient bien traitées. Vous avez des tableaux de suivi, des dates de relance pour vérifier si le travail avance dans le temps imparti.

Mais petit à petit votre métier se transforme. Vous avez le sentiment de travailler dans une immense tour de contrôle, et vous vérifiez que chaque bouton est bien au vert.

Quand un bouton clignote à l’orange, vous avez des petites techniques pour que la personne en retard puisse se mettre au travail. Un premier mail de relance, puis un deuxième avec son chef en copie …

Vous êtes anxieux à l’idée que ça devienne rouge et que vous deviez hausser le ton et faire des remontrances, et pire, aller voir son manager. Le fait de ne pas avoir de lien hiérarchique sur la personne vous pèse énormément.

En fin de compte, vous avez le sentiment d’être un petit caporal dans l’armée. Pas beaucoup de pouvoir et toujours dans l’obligation de devoir crier pour se faire entendre.

Je vous accorde que c’est épuisant à la longue !

En réalité, ce n’est pas la bonne méthode. Vous courrez après une autorité que vous n’avez pas, mais à mon sens ce n’est pas cela qui fera réellement avancer le travail.

Les différents types de pouvoir

Le pouvoir d’autorité

Ce pouvoir d’autorité qui vous manque n’est qu’une illusion. Imposer à quelqu’un de faire quelque chose n’est pas un pari gagnant sur le long terme.

C’est ce qu’on pourrait appeler avoir un fusil à une cartouche. Vous pourrez tirer une fois, mais ensuite la relation sera rompue définitivement.

L’autorité ne donne aucun droit dans le cercle du travail. Pire, elle ne fera qu’envenimer les relations. Les êtres humains sont bien trop complexes pour croire qu’on peut attendre d’eux des résultats en leur aboyant dessus.

Pourtant, vous vous dites qu’avec l’expérience et votre position de chef de projet, vous avez acquis une légitimité pour affirmer ce qui doit être fait, dans quel ordre, et par qui. Appelons cela le pouvoir d’expertise.

Le pouvoir d’expertise

Certes, avec ce rôle d’expert en chef, vous êtes en quelque sorte l’expert des experts. Ce poste vous donnerait le droit d’exiger des autres qu’ils fassent leurs actions comme elles sont décrites dans le planning du projet.

Le problème avec ce pouvoir, c’est qu’il vous enferme dans cette position. Vous devenez celui qui sait tout. Et cela bride les actions des personnes qui travaillent sur le projet et qui ont peur de vos réactions.

Finalement, vous n’êtes pas plus avancé qu’avant ! Vous devez toujours surveiller que le planning est suivi, et en plus votre aura d’expert intimide les collègues liés au projet.

Le pouvoir d’influence

Le troisième pouvoir est le pouvoir d’influence. Le terme n’est pas à comprendre comme quelque chose de malsain, de manipulateur.

Il ne s’agit ni plus ni moins que de travailler sur vous-même et sur le comportement de vos collègues pour que les tâches soient bien exécutées.

Nous allons voir ce qu’il faut mettre en place pour que la situation se débloque, et comment vous allez pouvoir influer sur les personnes que vous avez à manager sans lien hiérarchique.

Faire le plein de confiance

Vous ne souhaitez ni être un petit caporal, ni devenir un expert jamais contredit. Vous ne souhaitez pas non plus être un psy et rentrer dans l’esprit des gens pour comprendre comment ils fonctionnent.

Il existe une autre voie, et qui apporte toute satisfaction, cela s’appelle la confiance.

Construire la confiance

Le problème avec la confiance, c’est qu’elle ne se décrète pas. Elle doit se construire petit à petit, et c’est sur la durée qu’on voit les résultats.

Alors comment établir ce lien de confiance ?

Dans l’entreprise, nous avons plusieurs dizaines d’interactions avec les autres, que ce soit par mail, téléphone, ou de vive voix. Dans ce contexte de relations en pointillé, il n’est pas évident de nouer des liens durables.

Je vous préconise donc de faire des petits points de 20 à 30 minutes avec les collègues que vous managez transversalement, avec une fréquence très régulière. A la limite il vaut mieux que cette petite réunion soit courte mais qu’elle soit fréquente, de l’ordre d’une à deux semaines.

Lors de ces échanges, il va se créer une relation privilégiée entre vous et votre interlocuteur. Elle n’est plus déformée par l’écrit et la distance. C’est une discussion entre deux êtres humains, de quelques minutes. Et c’est ce qui change tout. 

Que dire lors de vos points réguliers ?

L’avantage d’avoir désormais un point régulier, c’est que toutes vos demandes respectives seront traitées à ce moment-là. Entre vos 2 points, votre collègue aura plus de latitude pour s’organiser sans vous poser des petites questions, ce qui lui donnera une bien meilleure autonomie.

Lors de ce point en un-à-un, laissez d’abord votre collègue s’exprimer sur son travail, ses besoins, ses attentes. Profitez-en également pour aborder d’autres sujets sur ceux strictement professionnels, pour en savoir plus sur ses passions, ses enfants, etc. Je suis persuadé qu’on collabore beaucoup mieux lorsqu’on apprend à connaître les gens. La confiance passe aussi par là.

Je ne suis pas en train de dire qu’il faut devenir ami avec tout le monde. Il s’agit simplement d’être curieux et attentionné sur les motivations de vos collègues avec qui vous travaillez sur des dossiers complexes au quotidien.

Lorsque votre collègue aura fini d’expliquer les points qu’il avait notés, vous pourrez alors prendre la parole et exposer vos attentes. La phase d’écoute au préalable est très importante, car elle signifie à votre interlocuteur que ce sont ses besoins et sa personnalité qui comptent à vos yeux.

Communiquez bien sur les points urgents, en quoi ils s’incluent dans un ensemble plus global. Faites comprendre en quoi les tâches discutées constituent les maillons de la chaîne, pour donner un sens et un objectif aux actions qui sont entreprises.

Enfin, valorisez le travail qui est réalisé. C’est un moyen très puissant pour continuer d’augmenter la confiance partagée que vous avez construite.

CSP est partenaire de DantotsuPM

Que retenir ?

Pour manager non hiérarchiquement un collègue, il ne s’agit pas de courir après cette autorité qui vous fait défaut. C’est une illusion de penser que l’autorité vous donnerait un quelconque pouvoir de persuasion.

Au contraire, vous devez instaurer un lien de confiance privilégié avec chacun des collègues que vous avez à manager en transversal.

Ce lien ne se construira pas par magie. C’est à vous de le renforcer chaque semaine via des points en un-à-un. La régularité est la clé. Elle garantit que vos relations se bonifient sur le long terme.

En construisant cette relation de confiance petit à petit, vous sortirez gagnant dans votre management non hiérarchique.

Auteur : Matthieu GIOVANETTI, du blog Simplement Dans Le Bon Sens

Matthieu Giovanetti

Je cherche par ce blog à vous reconnecter à votre bon sens, tout simplement ! Votre bon sens sera votre meilleur allié pour trouver des solutions, et des solutions simples de surcroît.