Archive | outils et méthodes RSS feed for this section

13 Mars – Paris – Comment l’intelligence artificielle va-t-elle révolutionner le management de projet ?

14 Fév

Voici l’une des questions auxquelles plusieurs experts s’efforceront d’apporter quelques réponses et pistes de réflexion lors de la matinée organisée par Microsoft le 13 Mars prochain à L’Elyseum, 20 Rue Quentin-Bauchart, Paris VIIIème.

Venez découvrir comment les nouvelles technologies innovantes Microsoft peuvent impacter le quotidien des acteurs de la gestion de projet en entreprise !

1. Anticiper les compétences et les ressources nécessaires

Capitaliser sur l’expérience acquise au sein des organisations pour anticiper les besoins futurs en ressources : l’intelligence artificielle et le machine learning peuvent être la solution !

2. Comment les bots peuvent faciliter la vie de chacun au quotidien

Qui n’a jamais rêvé d’un assistant pour faciliter son quotidien ? Un bot, c’est exactement ça : un compagnon dans son écran qui répond de manière intelligente aux questions, qui guide et accompagne les utilisateurs dans leurs activités au quotidien. Découvrez PMOtto, l’assistant personnel des chefs de projet, venu tout droit du Danemark, qui nous sera présenté par Allan Rocha, MVP Project

3. Mieux anticiper les risques liés aux projets

Les technologies Microsoft offrent des solutions pour exaucer le vœu ancestral des chefs de projet d’identification et de management au plus tôt des risques inhérents à leurs projets (plutôt que passer son temps à gérer des problèmes qui auraient pu être évités ou mieux anticipés). Bien sûr, le respect des coûts et délais du projet en dépend grandement.

Si vous êtes sur Paris ou pouvez vous y rendre le Mardi 13 Mars, inscrivez-vous à cette matinée totalement gratuite et découvrez de nouvelles possibilités ouvertes par l’Intelligence Artificielle et le Machine Learning.

Accueil dès 9h00 pour un démarrage des sessions à 9h30 avec cet agenda très alléchant :

  • Qu’est-ce que l’Intelligence Artificielle ?
  • Quels sont les enjeux autour de la data ?
  • Comment les solutions Cloud et l’IA peuvent-elles aider les acteurs de la gestion de projet à être plus efficaces ?
  • Démonstration sur l’IA appliquée à la gestion de projet
  • L’assistant intelligent des chefs de projet : PMOtto
  • Conclusion suivie d’un buffet networking

Inscriptions gratuites

Intervenants et animateurs de cette matinée:

  • PMOtto: Allan Rocha et Ricardo Viana Vargas
  • Microsoft France: Lionel Billon, Directeur Data & IA ; Vincent Capitaine, Expert PPM; Sihame Aarab, Data Scientist; Annamaria Porzioli, Chef de Produit Office 365

Le Guide Nexus : L’exosquelette de développement Scrum à grande échelle !

9 Fév

NexusTM Guide

https://www.scrum.org/resources/online-nexus-guide

Nexus est une structure pour développer et supporter des initiatives de développement de logiciel avec Scrum à grande échelle.  Il utilise Scrum comme sa composante de base.  Ce guide contient la définition de Nexus qui consiste en des rôles Nexus, des événements, des artefacts et les règles qui les lient ensemble.  Ken Schwaber et Scrum.org ont développé Nexus et ce guide qui a été traduit en français.

Nexus (n) : Unité de développement (dans « Scaled Professional Scrum »)

Nexus est une structure composée de rôles, événements, artefacts et techniques qui lient et tissent ensemble le travail de trois à neuf Équipes Scrum travaillant sur un même et unique Arriéré de Produit pour construire un Incrément Intégré qui atteint un objectif précis.

Contexte de Nexus

Récupérez gratuitement ce document disponible en français et de nombreuses autres langues.

Le développement logiciel est complexe. L’intégration de ce travail en une application logicielle qui fonctionne contient beaucoup d’artefacts et d’activités qui doivent être coordonnées pour créer un résultat « Fait ». Le travail doit être organisé, séquencé, les dépendances résolues et les résultats organisés. Le logiciel présente des difficultés complémentaires par rapport à d’autres produits puisqu’il n’est pas physiquement présent.

Beaucoup de développeurs de logiciels ont utilisé la structure Scrum pour travailler collectivement comme une équipe pour développer un Incrément de logiciel qui fonctionne. Cependant, si plus d’une Équipe Scrum travaille sur le même Arriéré de Produit et dans le même code source pour un produit, les difficultés surgissent. Si les développeurs ne sont pas dans une même équipe géographiquement colocalisée, comment communiqueront-ils quand ils font un travail qui peut impacter les autres ? S’ils travaillent dans des équipes différentes, comment intégreront-ils leurs livrables et évalueront-ils l’Incrément Intégré ?

Ces défis apparaissent dès que deux équipes sont en jeu et deviennent significativement plus difficiles avec trois ou davantage d’équipes.

Il y a de nombreuses dépendances qui surgissent dans le travail entre des équipes multiples qui collaborent pour créer un incrément complet et « Fait » dans chaque Sprint.

Ces dépendances sont liées aux :

  1. Exigences : La portée des exigences peut se chevaucher et la façon dans laquelle elles sont mises en œuvre peut aussi les impacter les unes les autres.  Cette connaissance devrait être prise en compte dans l’ordonnancement de l’Arriéré de Produit et le choix des exigences sur lesquelles travailler.
  2. Connaissances de domaine : Les personnes dans les équipes possèdent la connaissance de divers systèmes informatiques. Cette connaissance devrait être reportée sur la carte des équipes Scrum pour s’assurer de son adéquation et réduire au minimum les interruptions et passage de relais entre les équipes pendant un Sprint.
  3. Logiciels et artefacts de tests : Les exigences sont ou seront instanciées dans le code de logiciel et des jeux de test.

En fonction des exigences, la connaissance des membres d’équipe, les artefacts de code et de test et leur alignement sur les équipes Scrum en présence peut permettre de réduire la dépendance entre ces équipes.

Quand le développement de logiciel utilise Scrum à grande échelle, ces dépendances entre les exigences, la connaissance de domaine et les artefacts de logiciel/test devraient diriger l’organisation d’équipe. Dans la mesure où ceci est réalisé, la productivité sera optimisée.

CertYou est partenaire de DantotsuPM

Le Praxis Framework™ pour optimiser la livraison des projets et des programmes

7 Fév

Le Praxis Framework combine les quatre piliers de livraison efficace de projet: connaissance, méthode, compétence et capacité !

Site web

APMG International a lancé une nouvelle certification pour aider à optimiser la livraison de projet et de programme, aidant les personnes à réaliser le maximum sur une courte période. La certification permet aux professionnels de démontrer leur capacité de livrer des projets et des programmes dans l’environnement rapide actuel.

La certification est basée sur la structure Praxis qui est librement disponible en ligne. Elle combine les quatre piliers de livraison efficace de projet; connaissance, méthode, compétence et capacité en une structure simple. En englobant pleinement les conseils exigés pour un management de projet et programme réussi, les chefs de projet n’auront plus besoin de sauter d’un guide à l’autre.

APMG est partenaire de DantotsuPM

Le Praxis Framework est dirigé par une communauté internationale active qui a contribué à travers une richesse de ressources incluant un glossaire, des traductions, des modèles, des études de cas et des blogs.

Praxis est libre d’accès et d’usage, cette structure construite par une communauté peut aider les personnes et organisations à comprendre les bénéfices de projets, programmes et portefeuilles. Praxis a été lancée en 2014 et grâce à des volontaires de qualité, la documentation été traduite de l’anglais en chinois, français, italien et espagnol et d’autres traductions sont déjà en voie de réalisation.

Les certifications à la structure Praxis seront disponibles dès janvier 2018 dans les organismes de formation accrédités par l’APMG.

 

 

Les nouvelles de Microsoft dans le domaine du management de projets – Janvier 2018

30 Jan

Comme indiqué fin 2017, je regroupe maintenant les nouvelles sur Microsoft et MS Projet pour les partager avec vous seulement une fois par mois.

En ce début 2018, j’ai lu les billets suivants qui m’ont intéressé

Téléchargez toute l’infographie

En février et en mars, les rencontres suivantes devraient aussi attirer votre attention:


Costs in Task Form combined with Gantt Chart View in MS PROJECT 2016

Task Form is very useful thing in MS PROJECT 2016, and it can be use in various ways. Nenad Trajkovski shows us how to see Costs for Task per Resource.


7 Février de 9h30 à 10h30 – Wébinaire: Comment collaborer plus efficacement et optimiser la gestion de vos projets ?

Ne ratez pas le rendez-vous du mois avec l’équipe Microsoft Project ! Microsoft nous présente les nouvelles fonctionnalités de MS Project et nous permet d’assister à une démonstration des possibilités de la solution Microsoft Project Online.

Le 15 Février à Paris: matinée sur le thème « Remporter la guerre des talents »

nous recrutonsAcquérir les meilleurs profils, fidéliser des équipes multi-générationnelles, souvent mobiles et parfois dispersées sur plusieurs territoires, offrir une identité numérique à tous, créer un environnement de travail agile et propice à l’épanouissement de chacun sont autant de défis dont les RH doivent désormais s’emparer.

Alors comment tirer profit de l’arrivée du numérique et de l’intelligence artificielle pour attirer les talents, « augmenter » et satisfaire chaque collaborateur, des populations cols bleus au comité de direction ?

Microsoft et LinkedIn vous invitent à partager leur expérience sur la transformation de la fonction RH et comprendre comment capitaliser sur les nouvelles technologies pour remporter la guerre des talents.

Inscrivez-vous vite, les places sont limitées.


13 Mars à Paris : matinée sur « Comment faire évoluer votre gestion de projet avec l’intelligence artificielle ? »

« Comment l’intelligence artificielle peut révolutionner la gestion de projet ? »
Événement exclusif afin que vous puissiez découvrir comment les nouvelles technologies innovantes Microsoft peuvent impacter le quotidien des acteurs de la gestion de projet en entreprise.

Inscriptions en ligne

  • Anticiper les compétences et les ressources nécessaires: Capitaliser sur l’expérience acquise au sein des organisations pour anticiper les besoins futurs en ressources : l’intelligence artificielle et le machine learning peuvent être la solution !
  • Comment les bots peuvent faciliter la vie de chacun au quotidien: Qui n’a jamais rêvé d’un assistant pour faciliter son quotidien ? Un bot, c’est exactement ça : un compagnon dans son écran pour répondre de manière intelligente aux questions, pour guider et accompagner les utilisateurs dans leurs activités au quotidien. Découvrez PMOtto, l’assistant personnel des chefs de projet, venu tout droit du Danemark, qui nous sera présenté par Allan Rocha, MVP Project
  • Mieux anticiper les risques liés aux projets: Les technologies Microsoft offrent des solutions pour exaucer le vœu ancestral des chefs de projet d’identification et de gestion au plus tôt des risques inhérents à leurs projets, plutôt que gérer des problèmes qui auraient pu être évités ou davantage anticipés. Le respect des coûts et délais du projet en dépend grandement.

Inscrivez-vous pour découvrir ces nouvelles possibilités.

Comment gérez vous le facteur humain dans votre management d’équipe?

17 Jan

Entr’UP, conduit une enquête auprès des praticiens de la gestion de projet pour identifier comment se manifeste le facteur humain dans les équipes, comment vous y faites face et quels services pourraient vous aider à maîtriser cette composante si importante et si complexe.

5 minutes suffisent, contribuez à cette enquête !

Vous bénéficiez ensuite du résultat de l’enquête et d’un accès gratuit à l’offre Entr’UP Duo qui vous permet de renforcer la qualité de vos interactions en one-to-one.

18 Janvier – WEB&CAFÉ (30’ à 14 :00) – Retour d’expérience sur « Comment trouver l’outil PPM adapté à mon organisation ? »

17 Jan

La CAISSE D’ÉPARGNE Loire Centre prend le micro du premier Web&Café de l’année !!!

Sandrine BACHELLERIE

Bonjour, je m’appelle Sandrine BACHELLERIE.

Je suis Chef de Projet Organisation au sein du groupe CE Loire Centre. J’ai le plaisir de partager avec vous cette étape incontournable de la démarche de professionnalisation de sa gouvernance en Projets : Choisir son outil de gestion projets et le déployer !

Notre choix s’est porté sur SuiteProG, outil PPM conçu par les experts du cabinet IQar, et nous vous expliquerons pourquoi au cours de ce Web&Café !

Plus de 100 utilisateurs à former, une maturité en Projet débutante, des connaissances et pratiques en gestion de projets hétérogènes, bref l’aventure promettait d’être périlleuse !

Venez partager avec nous et poser toutes vos questions !

Inscriptions gratuites en ligne

Venez découvrir plus qu’un outil, une association pédagogique d’une méthodologie de management en portefeuille projet labélisée et une solution PPM 100% orienté pilotage projets !

Les outils de gestion du portefeuille de projet participent incontestablement à la maturité des organisations dans leur gouvernance Projets. Améliorer la gestion des demandes, des ressources, scorer pour arbitrer les projets à plus forte valeur ajoutée, piloter les portefeuilles de projets, tout ceci est rendu possible par ces outils PPM.

Que vous soyez Porteur, Sponsor ou Manager Projet, si vous souhaitez vous saisir du sujet Comment trouver l’outil PPM adapté à mon organisation et vous forger votre opinion sur les bénéfices de SuiteProG, cette session est pour vous !

« Pourquoi SuiteProG serait la solution PPM adaptée par rapport à mon besoin et la maturité en Projets de mon organisation ? »

Une question que nous poserons à notre invitée : Sandrine BACHELLERIE, Chef de Projets Organisation – CAISSE D’ÉPARGNE

Inscrivez-vous

Si vous souhaitez aller plus loin sur le sujet : Découvrez nos outils d’auto-diagnostic !

SMPP est Partenaire de DantotsuPM

Téléchargez gratuitement le référentiel francophone du management de portefeuille des projets, SMPP, www.smp2.org

SMPP est Partenaire de DantotsuPM – Référentiel SMPP gratuit !

18 janvier – Webinaire Microsoft – SCRUM & KANBAN : Les nouvelles fonctionnalités AGILE de Microsoft Project

10 Jan

Ne ratez pas le rendez-vous du mois avec l’équipe Microsoft Project !

inscriptions gratuites en ligne

Nous vous proposons un cycle de webinars pour vous aider à identifier et saisir les opportunités pour améliorer votre gestion de projet grâce à Microsoft Project.

Ce mois-ci: un nouveau webinar animé par Olivier Schmitt de Teamsquare

Les méthodes de planification et les outils de visualisation ne cessent d’évoluer. Les cycles itératifs de développement, les tableaux visuels Kanban, le mindset Agile font maintenant partie du quotidien des équipes Projet.

Microsoft dote MS Project de modules intuitifs adressant les besoins modernes de planification et de suivi de projet.

Rejoignez-nous autour de ce webinar pour découvrir ces nouvelles fonctionnalités et assister à une démonstration des possibilités de la solution Microsoft Project Online.

Déjà en 2009, un article nous invitait à l’hybridation des méthodes de management de projets et prônait la complémentarité plutôt que l’opposition

4 Jan

Dans cet article, l’auteur a pris le parti de la complémentarité plutôt que de l’opposition entre les méthodes de développement traditionnelles et Agile.

Serhiy Kharytonov

Selon Serhiy Kharytonov, le choix entre les méthodes « en cascade », RUP (rational unified process) et agile, dépend à la fois de l’expérience de l’équipe, de la culture d’entreprise, du type de projet, de l’environnement, du mode de développement interne/externe, et prend en compte la dispersion géographique de l’équipe.

Une combinaison des trois méthodes selon les moments du cycle de développement pourrait être une bonne approche.

Cet article qui date pourtant de presque dix ans reste étonnamment actuel.

Utilisez vous d’autres critères de choix de votre approche de développement?

Waterfall, RUP et Agile : quelle est la bonne méthode de développement logiciel  pour vous?

Article original de Serhiy Kharytonov, SoftServe © 2009

Rationalisez la production avec les processus rapides et efficaces « en cascade », RUP et Agiles. Créez le bon mix de stratégies de développement logiciel afin de répondre aux besoins spécifiques de votre projet.

Malgré les signes de reprise dans l’économie, une réalité persiste dans le développement logiciel: La plupart des sociétés et clients ont besoin de leur logiciel pour hier avec les fonctionnalités les plus avancées au coût le plus faible possible.

Pour atteindre ces objectifs apparemment contradictoires, les développeurs cherchent à rationaliser la production avec des processus rapides et efficaces qui peuvent donner au client ce qu’il veut en un laps de temps le plus court possible.

Ces constantes et les échecs de développement passés ont mené à un changement dans le développement logiciel depuis des méthodes très structurées, séquentielles de développement logiciel souvent appelées le modèle Waterfall / « en cascade », vers des modèles plus itératifs et progressifs tels que « Rational Unified Process » et « Agile. »

Les partisans d’Agile sont nombreux et il peut parfois sembler que les processus de développement plus traditionnels sont tombés en défaveur, mais en réalité les trois modèles ont leurs avantages, leurs incovénients et leurs environnements de projet favoris.

Au bout du compte, la meilleure méthode ou le meilleur mix de méthodes pour vous dépend d’une compréhension minutieuse des trois processus et comment ils s’adaptent à votre projet logiciel, votre culture business et votre propre environnement de développement.

Waterfall / « En cascade »

La programmation « en cascade » est un processus fortement structuré qui compte fortement sur une planification initiale et un ensemble d’étapes séquentielles, prescrites qui découlent l’une de l’autre comme l’eau dans une une cascade. Chaque étape a typiquement sa propre équipe d’experts et jalons soigneusement préparés à l’avance et aucune étape ne peut commencer tant que l’étape précédente n’a pas été complétée. Le but est de recueillir tous vos besoins détaillés tôt dans le processus et de fournir une seule solution complète  avec des résultats qui sont fortement prévisibles. On appelle aussi souvent cette approche le cycle en « V ».

Typiquement les étapes dans le développement « en cascade » sont :
  1. Recueil des besoins et rédaction du cahier des charges
  2. Analyse fonctionnelle
  3. Développement du code
  4. Intégration
  5. Test et mise au point
  6. Installation
  7. Maintenance

Ceci peut marcher très bien pour des applications complexes, critiques à la mission de l’entreprise et qui s’intègrent avec de nombreux autres systèmes ou pour des organisations comme la NASA ou l’armée qui exigent les plus hauts niveaux de fiabilité.

Les détracteurs disent que le « Waterfall » demande simplement trop longtemps et manque de la flexibilité, ou de l’agilité, requise pour le marché logiciel actuel avec son environnement de développement en constant mouvement. Les projets qui suivent la méthode « en cascade » prennent typiquement des mois ou des années et quand ils sont finis, on découvre parfois que les besoins ont changé ou que les besoins originaux étaient incorrects depuis le départ. Le résultat peut alors être des corrections onéreuses explosant le budget initial.

RUP (rational unified process)

Comme la « cascade », le Rational Unified Process (RUP), produit par Rational Software et plus tard par IBM, est aussi un processus lourd, mais c’est une approche itérative qui prend en compte le besoin de répondre au changement et introduit de l’adaptabilité pendant le processus de développement.

Comme la « cascade », RUP a une série de phases et des jalons qui découlent l’un de l’autre :
  1. L’initiation, où la portée du projet, l’évaluation des dépenses, des risques, le business case, l’environnement et l’architecture sont identifiés.
  2. L’élaboration, où les besoins sont spécifiés en détail, l’architecture est validée, l’environnement de projet est détaillé et l’équipe de projet est configurée.
  3. La construction, où le logiciel est construit et testé et la documentation de support est produite.
  4. La transition, où le logiciel est testé au niveau système et utilisateur, corrigé et déployé.

RUP définit en détail les rôles et les activités de membres de l’équipe et compte à chaque étape sur la production de modèles visuels, qui sont les représentations graphiques riches de systèmes logiciels et des cas d’utilisation spécifiques plutôt que de grandes quantités de documentations requises pour chaque étape « Waterfall ». Tous les membres de l’équipe ont accès à la même grande base de connaissance de guides, modèles, outils et autres articles pour s’assurer qu’ils partagent les mêmes langages et perspectives sur le projet.

Alors que cela apparaît de prime abord similaire au développement « en cascade », la plus grande différence du RUP est son approche de développement itérative, qui construit le produit en plusieurs étapes basées sur des revues fréquentes avec les parties prenantes. Les premières itérations RUP sont surtout de la définition de besoin, de l’architecture et l’exploration de différentes idées, alors que les itérations ultérieures essayent d’assembler un produit complet. Chaque itération est un livrable exécutable et chaque phase RUP peut interagir avec les phases précédentes pour s’adapter au besoin.

Non seulement le processus RUP est itératif dans son ensemble mais RUP suppose aussi que chaque phase ait plusieurs itérations internes basées sur des retours utilisateurs.

RUP adresse bon nombre des critiques du développement « Waterfall » et c’est une bonne méthode pour des agences gouvernementales et institutions éducatives qui apprécient un cycle de développement de logiciel stable et répétable, ainsi que pour des organisations qui « offshore » les développements dans des pays comme l’Inde et la Chine, ou qui produisent des progiciels.

Les critiques disent que RUP n’est pourtant pas aussi rapide ni adaptable que d’autres méthodes, comme Agile et ne marche pas bien quand un délai de mise sur le marché rapide est crucial et là où l’on s’attend à des mises à jour fréquentes et des compléments rapides de fonctionnalités.

Agile

Tandis que « Waterfall » et RUP penchent vers la prédictibilité, les buts principaux d’Agile sont la vitesse et l’adaptabilité. Il y a beaucoup de types différents de processus de développement Agile, dont XP et SCRUM, et tous s’efforcent de mettre une version du produit basique mais fonctionnelle entre les mains du client aussi vite que possible.

Ils font alors suivre cette version par des versions successives qui ajoutent et changent les fonctions nécessaires au fil du temps pour fournir un produit plus robuste. Chaque module successif est planifié, codé, testé et complété sur de courtes périodes de deux à quatre semaines. Bien que le processus Agile soit planifié d’avance comme en « Waterfall » et RUP, il fait passer les gens et la collaboration avant le processus lui-même.

Plutôt que de dépendre d’équipes composées de nombreux experts, le processus de développement Agile est typiquement entrepris par une seule, petite équipe, cross-fonctionnelle, censément auto-organisée, qui doit inclure un représentant client qui suit des réunions quotidiennes et s’assure que l’équipe travaille sur les choses dont le business a vraiment besoin. La constante collaboration en face à face est l’objectif, avec le représentant du client comme l’un des collaborateurs les plus importants. La documentation est dé-priorisée par rapport à l’approche « Waterfall » et même RUP pour sortir quelque chose aussi rapidement que possible.

Avec son approche modulaire, progressive, faite en collaboration, Agile est rapide et fortement adaptative au changement des besoins et réponses aux challenges amenés par la compétition, qui sont les raisons de tant de partisans.

Certaines sociétés sont fréquemment citées comme ayant utilisé la programmation Agile avec beaucoup de succès, avec des cycles de développement de 30 à 90 jours qui ont apporté une productivité spectaculaire et des avantages business par rapport aux 18 mois ou plus pris dans le passé pour produire un logiciel utilisable.

Mais même s’il est facile de tomber amoureux d’Agile, l’approche a aussi ses limitations et inconvénients. Son accent sur les réunions quotidiennes en physique et la collaboration rapprochée rend le processus difficile à adapter à l’externalisation des développements, à des situations où clients et développeurs sont géographiquement éloignés, ou aux clients qui n’ont tout simplement pas les compétences, les ressources ou le focus nécessaires.

Son accent sur la modularité, le développement progressif et l’adaptabilité ne convient pas aux clients qui veulent des contrats avec des évaluations fermes et définitives et des échéanciers fixes. Sa dépendance sur de petites équipes auto-organisées rend difficile l’adaptation aux grands projets logiciels avec de très nombreuses parties prenantes aux besoins  différents et néglige de prendre en compte le besoin de leadership pendant que les membres de l’équipe s’habituent à travailler ensemble.

De plus, le manque de documentation complète peut rendre la maintenance et les nouveaux développements difficiles quand les membres de l’équipe originale laissent leur place à d’autres. Cela peut mener à des modules aux fonctionnalités et interfaces inconsistantes. Finalement, plus qu’avec le « Waterfall » et RUP, le développement Agile dépend éminemment de la capacité à recruter des analystes fonctionnels très expérimentés qui savent comment travailler indépendamment et s’interfacer efficacement avec des utilisateurs métiers.

CertYou est partenaire de DantotsuPM

Le meilleur de chaque monde

Si Agile, RUP et des modèles « en cascade » ont chacun leurs inconvénients, lequel devriez-vous choisir ? De plus en plus, le secret des développements logiciels réussis est de comprendre les trois processus dans le détail et de sélectionner les parties de chacun qui conviennent le mieux à leurs livrables et environnements spécifiques. Donc, être agile dans l’approche même du choix du processus, en regardant sans cesse ce qui a été réalisé, en réévaluant et révisant le processus de développement jusqu’à ce qu’il s’adapte au mieux aux circonstances actuelles.

Par exemple, si vous développez du logiciel « Software as a Service » SaaS dans un marché fortement concurrentiel, vous ferez probablement le meilleur choix en penchant vers des méthodologies Agile. Le SaaS se prête particulièrement bien à Agile puisqu’il prévoit un accès constant au logiciel pour y ajouter ou en changer des caractéristiques. Dans un tel marché concurrentiel avec des besoins utilisateurs changeants, vous voudrez probablement être capables d’apporter rapidement des changements.

D’un autre coté, si vous produisez pour le médical, l’ingénierie, ou autres systèmes qui exigent un haut degré de design et de certitude, alors il semble logique de commencer par du »Waterfall ».

Si vous produisez un progiciel grand public « sur étagère », avec de nouvelles versions qui vont être des enrichissements des versions précédentes, votre processus devrait probablement pencher vers RUP, avec une attention particulière sur le recueil des besoins, la définition du périmètre et du contenu au tout début, ainsi que des standards de parcours et d’interface utilisateur.

Quel est le meilleur de chaque approche que vous puissiez utiliser sur votre projet ?

Les développeurs peuvent tout de même utiliser des techniques Agile pour présenter des prototypes fréquents et des modules successifs aux chefs de produit de la société pour s’assurer qu’ils sont sur la bonne voie. La fréquence et l’intensité de collaboration entre chefs de produit et développeurs dépendent vraiment de leur proximité et de la culture de la société (selon que ces équipes soient plus ou moins habituées à une telle collaboration). Quand la distance géographique est un problème, les outils de collaboration comme la conférence à plusieurs sur le web et la vidéo peuvent être d’une grande aide.

Ce même mélange de techniques peut être utilisé dans un environnement d’externalisation du développement en « offshore ». En fait, avec les différences de fuseaux horaires et de cultures, il est important d’intégrer autant d’étapes itératives et progressives et autant de contacts de suivi que possible pour votre projet.

Choisir de partir sur des équipes auto-organisées ou une approche plus directive (« top-down ») de management dépend aussi du niveau de compétence et d’expérience de vos développeurs. Beaucoup de projets peuvent exiger au départ un leadership qui va ajouter une certaine urgence, une direction et une gestion des risques du projet jusqu’à ce que les membres de l’équipe s’habituent à travailler ensemble. Alors le rôle de leadership peut être réduit selon les besoins lors des itérations suivantes.

Le bilan est qu’il n’y a probablement aucun processus parfait pour tous les projets et tous les environnements, ni même pour un seul.

C’est pourquoi les sociétés doivent intégrer fréquemment « les leçons apprises » pour évaluer et réviser le processus lui-même, qui peut se déplacer d’un bout à l’autre du spectre à différents moments dans le cycle de développement.

Bref, en choisissant entre Agile, RUP et « Waterfall », adaptez le processus à vos besoins, plutôt que de chercher à adapter votre projet au processus !

Image

Top 5 des billets 2017 les plus consultés sur DantotsuPM

28 Déc

#1 Projet ou Programme ?

#2 Gérer les dominateurs

#3 PM² Guide

#4 Les accords Toltèques

#5- Réinventer les organisations avec les 5 paradigmes Rouge, Ambre, Orange, Vert, Opale.

Rencontres sur le management de projets – 8 au 14 Janvier 2018

26 Déc

Les rendez-vous sur le management de projets et le leadership que je vous conseille en cette seconde semaine de Janvier :

Mercredi 10

Scaled Agile Framework web site

The session will cover experiences of Scaled Agile Framework (SAFe), Disciplined Agile (DA) and Large Scale Scrum (LeSS). The session would present what worked well and what did not work well while applying these scaling frameworks and descaling needs.

The 5C’s of Transition Leadership® provides a structured framework that helps leaders improve their change agility capabilities and lead others through transition. Learn about how this simple framework can help leaders within your organization accelerate change adoption, reduce resistance, and build alignment around shared goals.

avec Ventura Asssociates, partenaire de DantotsuPM, recrutez les ressources critiques dont vous avez besoin pour vos projets

Vendredi 12

Partenaire de DantotsuPM

“PMI,” the PMI logo, “PMP,” “PMBOK,” “PM Network,” “Project Management Institute” and “Pulse of the Profession” are registered marks of Project Management Institute, Inc.

%d blogueurs aiment cette page :