lisez le très intéressant rapport (en anglais) du PMI® sur l’impact des Technologies Disruptives sur le Management de Projet – et inversement !

The Impact of Disruptive Technologies on Project Management by PMI®

La transformation digitale nous bouscule dans tous les secteurs dans lesquels nous mettons en œuvre nos projet : commerciaux, industriels, construction, recherche ou administrations. Tous cherchent à s’adapter à ces nouveaux modes de travail et si possible en tirer des avantages concurrentiels.

L’impact de cette rupture digitale sur les organisations et leurs pratiques de management de projet est le sujet d’une nouvelle étude globale publiée par Project Management Institute (PMI), Next Practices: Maximizing the Benefits of Disruptive Technologies on Projects.

Les défis sont aussi énormes que les opportunités sont prometteuses.

Le rapport a classifié les sociétés en deux groupes : les innovatrices et les traînardes !

Les innovatrices voient avant tout les bénéfices de cette rupture. Les traînardes considèrent la transformation digitale et son adoption comme étant de faible priorité.

Spécifiquement, l’étude a constaté que les innovateurs utilisent des technologies de rupture pour augmenter le rôle du management de projet dans leurs organisations en encourageant une plus grande efficacité et une plus forte automatisation.

Le terme “ technologie en rupture” englobe une large gamme d’outils, systèmes et même produits finis qui fournissent de la valeur en matière d’avantage compétitif. Les plus souvent mentionnées sont des solutions de Cloud, Intelligence Artificielle et Internet des Objets.

À retenir :

  • L’automatisation libère les Chefs de projet des tâches simples et répétitives.
  • La grande majorité des innovateurs voit déjà les bénéfices d’adopter des technologies en rupture pour atteindre voire dépasser leurs objectifs business.
  • Les pratiques de management de projet robustes restent l’élément essentiel pour apporter de la discipline et des méthodes standardisées à ces initiatives de changements complexes.
  • Les chefs de projet sont plus fréquemment considérés comme des leaders du changement et de l’innovation.
Dans le résumé du rapport, Mark A. Langley, Président et PDG PMI, dit à peu près ceci :

“La rupture est devenue une partie normale du business et nous savons que les organisations qui réussissent sont celles qui peuvent rapidement s’adapter et répondre à de nouvelles opportunités et défis. Comme ces ruptures impactent notre travail, les chefs de projet prennent plus de valeur que jamais en tant qu’avocats et agents de changement avec le potentiel d’impacter positivement et significativement les résultats.”

Lisez le rapport complet en anglais et commentez ce billet, qu’en retenez-vous d’autre ?

PMI is a registered mark of Project Management Institute, Inc.

avec Ventura Asssociates, partenaire de DantotsuPM, recrutez les ressources critiques dont vous avez besoin pour vos projets

les entreprises misent sur la collaboration sociale pour booster l’innovation

Désormais les outils numériques sont surtout utilisés pour favoriser l’innovation.

Par rapport à l’année précédente, cet objectif arrive en tête avant l’amélioration de la culture d’entreprise.

La réduction des coûts et la fidélisation du personnel demeurent aux rangs 3 et 4. Cela laisse suggérer que les entreprises sont soumises à une pression croissante pour développer des solutions innovantes

Téléchargez gratuitement l’étude 2018 sur la collaboration sociale de notre partenaire Campana & Schott réalisée principalement en Allemagne et en Suisse.

Que signifie vraiment “le Produit Viable Minimal” ou mVP de toute façon ?

Elon Musc donne du sens à une idée qui peut nous embrouiller.

Un extrait de l’excellent billet https://medium.freecodecamp.com/what-the-hell-does-minimum-viable-product-actually-mean-anyway-7d8f6a110f38 de Ravi Vadrevu

Un processus MVP simplifié en 3 étapes

J’ai pris des méthodologies complexes comme LEAN, Agile et Guerilla pour en distiller le process mVP en 3 étapes :

  1. Commencez avec un produit simple et unique résolvant un minuscule sous-ensemble d’un grand problème;
  2. Continuez à itérez, en résolvant constamment de plus grands problèmes connectés à la résolution du grand problème;
  3. Communiquez constamment la vision du grand problème qui sera résolu.

Utilisons l’évolution de l’éclairage pour illustrer comment cela fonctionne.

Source : Egg Lighting

Grand problème : l’Humanité a besoin d’un éclairage bon marché, efficace pendant l’obscurité

1er mVP : Feu. Les gens ont observé comment la foudre des cieux pouvait enflammer des forêts et créer le feu. Après expérimentation, en frottant des bouts de bois entre eux, ils ont créé leur propre feu. Problème résolu. Mais le feu n’est pas particulièrement portable.

2ème mVP : Lampes à pétrole, Bougies et Lanternes à Gaz. Maintenant les gens pouvaient emporter la lumière avec eux quand ils se déplaçaient. Problème résolu. Mais les bougies et des lanternes à gaz ne sont pas particulièrement éclairantes et la plus légère brise les éteint.

3ème mVP : Ampoules incandescentes. Les premières ampoules étaient alimentées par batterie et plus fiables qu’une bougie vacillante. Problème résolu. Mais comme les villes ont grandi en taille, la demande pour un éclairage plus répandu a grandi. Le réseau national n’avait pas encore été construit.

4ème mVP : Électricité largement disponible. Pour transmettre l’électricité sur de longues distances, le courant alternatif et les transformateurs ont été développés. Des centrales électriques thermales ont été construites pour satisfaire la demande massive. Problème résolu. Mais comme la demande mondiale en électricité augmentait, des alternatives sont devenues nécessaires.

5ème mVP : Énergie solaire. Des ampoules de consommation en watts inférieures remplacent les ampoules incandescentes originales tandis que les panneaux solaires deviennent plus efficaces et meilleur marché à produire. Problème résolu. Mais les solutions solaires restent encore relativement chères et l’adoption trop faible pour être en position d’éteindre le réseau électrique.

6ème mVP : une Planète dont l’énergie provient seulement du soleil. Des batteries hautement efficaces peuvent être chargées par des panneaux solaires bon marché et omniprésents. À ce point il devient possible d’éliminer notre dépendance aux carburants fossiles. Nous n’y sommes pas encore tout à fait.

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

Elon Musk est un entrepreneur qui est exceptionnel dans son application du processus mVP en 3 étapes.

1. Commencez avec un produit simple résolvant un problème minuscule.

Il a lancé une voiture électrique en moins de 3 ans qui est devenue la voiture électrique la plus demandée au monde.

2. Continuez à itérer, en résolvant constamment des problèmes plus grands.

L’autonomie de la batterie continue de s’améliorer pour que les voitures aient davantage d’autonomie et améliore leurs performances: 100km/h en 2.28 secondes, la technologie de conduite sans chauffeur réduit les accidents, la seconde phase de Tesla introduit des bus et des camions électriques, la fusion de Tesla avec Solar City et l’achèvement de Gigafactory.

3. Communiquez constamment la vision du grand problème.

La vision suprême de Musk est une planète actionnée entièrement par le soleil et finalement habiter de multiples planètes. Il n’est pas le meilleur communicant du monde. Beaucoup de ses discours sont maladroits (il s’améliore avec le temps). Mais il a capturé l’attention du monde parce qu’il communique constamment sa vision, en livrant des mVPs tout au long de ce voyage.

Imaginez si Musk avait commencé à résoudre son grand problème en construisant d’abord la Gigafactory (avant Tesla et Solar City). Il pourrait avoir lancé un mVP qui produise 1 batterie par mois. Cette idée n’irait nulle part, parce qu’il ne nous aurait pas embarqué dans ce voyage depuis où nous nous trouvons maintenant vers où il voit que nous devons aller. Son mVP ne serait pas viable.

Les entrepreneurs font très souvent l’erreur de commencer par le grand problème. Ils livrent alors un mVP, mais le marché ne répond pas parce qu’ils ne nous ont pas embarqués sur le voyage exigé. Le résultat ? mVP non viable qui aboutit souvent à un flop.

Processus mVP en 3 étapes en pratique

Disons que vous ayez lancé votre produit. Une poignée de clients a signé pour votre première version. Votre outil de suivi vous dit qu’il y a des téléchargements. Mais vous remarquez aussi que l’engagement est très faible. Vos projections financières sont loin de l’utilisation que vous aviez prévue.

Contrairement à la croyance populaire, ce n’est pas un désastre.

La bonne nouvelle est que les gens adhèrent à une certaine partie de votre vision. C’est le premier pas dans la validation de votre marché. C’est à ce moment que le responsable de la stratégie produit doit sortir du bureau, parler aux clients et comprendre la situation :

  • Quelle est exactement la partie de votre vision qui a initialement capté leur attention ?
  • Qu’est-ce qui précisément rend votre produit difficile à utiliser pour atteindre la vision ?
  • Y a-t-il quelqu’un d’autre qui fait ceci mieux que vous? Que fait-il différemment ?
  • Le problème est-il que les clients veulent résoudre un problème différent de celui que vous adressez ?

C’est un processus systématique d’analyse et de compréhension du sens. C’est un processus scientifique qui se base sur des données et une métrique bien définie. Mais le processus est guidé par la vision de l’artiste qui imagine un futur meilleur plus enrichissant. Non seulement l’artiste voir l’avenir, mais il peut voir le chemin à parcourir pour atteindre cet avenir. Et il sait que les livraisons de mVPs sont comme des tremplins pour nous déplacer d’ici jusque là-bas.

C’est ma compréhension de ce que fait un Produit Viable Minimal qui est réellement Viable.

Quelle est la vôtre ?

Vous accordez-vous un peu de temps chaque jour juste pour vous poser et réfléchir ?

Chers chefs de projet, levez la tête de votre diagramme de Gantt et posez vous quelques minutes chaque jour pour prendre du recul et réfléchir !

Dans le contexte de frénésie voire de boulimie d’activités dans lequel nous baignons tous et où toute minute inoccupée semble être du temps perdu, il est facile de se laisser manager par son agenda Outlook, ses emails, ses alertes, ses tâches projets et domestiques.

Steve Radick nous rappelle combien il est important de savoir se créer des espaces de réflexion pour se ressourcer et sortir grâce à ceux-ci du rôle d’exécutant qui nous menace.

Article original sur le blog de Steve Radick.

Occupés, certes ! mais efficaces ?

Je sais que nous sommes tous occupés. Nous avons des dates-buttoir à respecter, des emails à écrire ou auxquels répondre, des projets sur lesquels travailler, des problèmes à traiter, des courses à faire, des familles dont prendre soin, et bien d’autres choses que nous faisons quotidiennement.

très occupéPour donner du sens à tout cela, nous nous créons des routines et des programmes quotidiens : se lever, sortir les chiens, aller faire un jogging, amener les enfants à l’école, répondre aux courriers urgents, faire un premier brouillon de document de projet, assister à la réunion de statut, etc.

Dieu sait que je n’effectuerais pas la moitié du travail réalisé sans mon agenda Outlook pour me rappeler quand je dois aller à une réunion ou passer un appel téléphonique. Souvent, diviser notre journée en tâches plus gérables est la seule manière de conserver un certain niveau de santé mentale.

Que perdons-nous quand nous entrons dans de telles routines ?

Pouvez-vous introduire l’« innovation » comme une partie intégrante de cette routine ?

  • Quand est la dernière fois où vous avez créé un rendez-vous avec vous-même dans Outlook pour rattraper du retard dans vos suivis de blogs (ou RSS) ?
  • Quand une date d’échéance de projet approche ou est avancée, quelle est la première chose qui est éliminée ?
  • Combien de fois avez-vous dit, « je sais, je devrais vraiment écrire un article sur un blog ou commenter des articles ce soir, mais je suis épuisé et cela peut attendre.»?
  • Combien de fois sortez-vous de votre « bulle » projet et faites-vous l’effort concerté de simplement vous en échapper et apprendre quelque chose de nouveau ?

Quand était la dernière fois où vous vous êtes simplement assis et avez réfléchi à votre projet/organisation/contrat/initiative et vous êtes-vous questionné à ce sujet ?

  • La stratégie dans le long terme ?
  • Comment booster le moral de votre équipe ?
  • Comment devenir plus efficace ?
  • Améliorer les choses?
  • Quels risques externes pourraient positivement ou négativement impacter votre travail ?
Quand était la dernière fois où vous avez proposé une idée nouvelle qui n’était pas dans votre description des fonctionnalités ou du contenu de votre projet « Statement Of Work/SOW » ou Arriéré de produit « Product Backlog » ?

Bon versus excellent

J’ai eu une intéressante conversation récemment avec un des responsables sénior dans ma compagnie et il m’a dit que c’est l’une des choses qui sépare le bon de l’excellent. Le bon travailleur respectera toutes ses dates-butoirs, sortira des produits de qualité, ne hérissera personne, sera là à l’heure, et fera tout qui lui est demandé.  L’excellent peut rater quelques dates-butoirs et peut rendre folles quelques personnes, mais il sera également celui qui proposera la prochaine grande idée.

Quelle est la dernière vraie idée que vous avez eue au travail qui ne vous a pas été imposée par quelqu’un d’autre ? En avez-vous parlé ?  Avez-vous agi sur cette idée ?
CSP est partenaire de DantotsuPM

Aussi, suivez ce conseil et libérez 30 minutes de votre temps chaque jour pour réfléchir.

Ceci peut vouloir dire :
  • Rattraper votre retard de lecture des blogs ou fils de discussions que vous suivez
  • Lire un journal
  • Avoir une réunion d’équipe où le seul point de l’ordre du jour est « que pouvons-nous améliorer ? »
  • Sortir déjeuner avec une personne d’un métier ou business différent et se renseigner sur ce qu’elle fait
  • Faire comme le Dr. House, trouver une balle à jeter en l’air et réfléchir à la façon résoudre un problème
  • Installer des alertes Google sur des sujets liés à votre organisation et vous engager à les lire
  • Créer une liste d’idées « si j’étais roi/reine pendant 1 jour » pour votre organisation
  • Faire une recherche Twitter sur votre organisation/marque et voir ce que les autres en disent

Alors, pouvez-vous créer de l’espace dans votre agenda pour devenir excellent ?

explorez, rêvez, découvrez dans votre vie pro comme perso

Un excellent conseil de Mark Twain si vous êtes par exemple chef de projet afin de n’avoir aucun regret à la fin de celui-ci.

l’art de la première impression est extrêmement critique pour les chefs de projet

J’ai beaucoup apprécié ce TED Talk du designer de couvertures de livres, Chip Kidd.

Il sait très bien avec quelle vitesse nous jugeons les choses dès les premières images. Dans ce discours aussi amusant que rythmé, il explique deux techniques que les concepteurs utilisent pour communiquer instantanément: la clarté et le mystère.

Chip Kidd expose quand, pourquoi et comment ils fonctionnent. Il célèbre de beaux exemples de design utiles, et d’autres beaucoup moins réussis, et partage sa manière de penser qui l’a amené à réaliser  certaines de ses propres emblématiques couvertures de livres.

la créativité n’est pas la 1ère des qualités recherchées chez le chef de projet mais ce n’est pas une raison pour ne pas en faire preuve !

Il est vrai que les qualités citées comme les plus recherchées chez les PMs seraient plutôt:

  1. savoir communiquer une vision claire
  2. maintenir un équilibre
  3. savoir se fier à son instinct
  4. enthousiasmer, inspirer ses équipiers
  5. faire preuve de respect
  6. oser persévérer même dans l’adversité
  7. savoir changer et s’adapter rapidement

Ceci ne devrait pas nous empêcher d’améliorer nos capacités en matières de créativité.

Cédric Villani dans ce bref speech en anglais nous parle de la naissance des « Creative Ideas ».

Cédri Villani y expose comment la combinaison de 7 ingrédients de base contribue à la naissance de nouvelles idées: documentation, motivation, environnent, communication, contraintes, chance et ténacité (tiens, voici l’une des compétences de base du PM, item 6 ci-dessus). Ces ingrédients travaillent ensemble en parfaite osmose pour produire des moments de rupture dans notre manière de penser.

La recherche du perfectionnisme, souvent associée à l’attention aux détails qui fait et défait le succès des projets, pourrait être dangereuse.

Geoff Watts partage ses idées sur cette dualité du perfectionnisme: La recherche du parfait avant de mettre un livrable entre les mains d’un client peut nuire à la créativité, à l’acceptation du produit, et à l’évolution du livrable vers un produit bien meilleur. N’est-ce pas l’un des principes fondateurs de l’Agile ?

Si rien ne marche pour trouver une nouvelle idée, suivez la proposition de Marily Oppezzo: Allez faire un tour à pied !

et si l’ennui pouvait être la source de vos meilleures idées ?

Que se passe-t-il quand nous nous ennuyons ? Plus important encore : que se passe-t-il si nous ne nous ennuyons jamais ? Que se passerait-il si nous éliminions entièrement cette émotion humaine ?

Manoush Zomorodi a parlé à des neuroscientifiques et des psychologues cognitifs et ce qu’ils lui ont dit est fascinant. Il s’avère que quand vous vous ennuyez, vous déclenchez un réseau de votre cerveau appelé « le mode par défaut ». Votre corps passe en pilote automatique pendant que vous pliez le linge ou que vous allez au travail, mais c’est là que votre cerveau est très occupé

Passer un peu plus de temps hors ligne et un peu d’ennui nous offrent de la clarté et nous permet d’établir des objectifs.

le 21 Mars est la journée mondiale du rangement de bureaux mais est-ce réellement bénéfique ?

OK, je suis très mal placé pour parler des bénéfices d’un environnement mal ordonné 🙂

Aussi vais-je laisser la parole à Tim Harford avec sa vidéo sur la BBC : Why being messy is good

Un bureau bien rangé est généralement perçu positivement mais le désordre pourrait-il être bénéfique pour notre esprit et notre créativité ?

Les meilleurs plans partent souvent à vau-l’eau: Plaidoyer en faveur de prises de décisions le plus tard possible.

Le développement de logiciel est un effort complexe dans lequel les suppositions et les décisions devraient être prises le plus tard possible.

The Best Laid Plans often go awry

https://www.scrum.org/resources/blog/best-laid-plans-often-go-awry par John Gillespie

Quand Henry Ford a conçu ses usines en 1913 pour construire la Modèle T, il a réduit le temps nécessaire pour assembler une voiture de plus de 12 heures à 2 heures 30 minutes.  Ce processus a permis la production d’une automobile à prix ciblé pour “le travailleur”.  Toutes les voitures avaient la même conception et toutes étaient peintes en noir.

Les designs préconfigurés fonctionnent quand les prévisions rencontrent les attentes (qui en 1913 aurait demandé une voiture rouge ?) et quand un spécialiste peut remettre son travail au suivant sans aucune perte de temps dans la transmission.

Quand une société est dans le business de produire des produits et des services innovants, ses plans reposent sur une ou plusieurs estimations et suppositions.   Ces évaluations ne sont rien de plus que des probabilités.  Baser un plan de projet sur des suppositions exige que votre système puisse manager les changements.

Livre sur Amazon

Marie Poppendieck a exposé dans Lean Software Development, An Agile Toolkit, “le simple fait mathématique ici au travail est que toute variation est toujours amplifiée comme elle déplace le long d’une chaîne d’événements connectés. Une petite variation dans une étape peut représenter une énorme variation cinq étapes plus loin”.  Donc la question reste entière quant à pourquoi les managers continuent à planifier des projets en se basant sur des suppositions séquentielles.

Pour comprendre comment un changement inattendu peut causer des retards significatifs en aval, visualisez une chaussée très occupée avec des voitures se déplaçant selon la limitation de vitesse.  Le trafic s’écoule régulièrement jusqu’à l’entrée d’un nouveau véhicule ou autre événement qui fasse qu’un conducteur actionne ses freins.  Le trafic sur la chaussée ralentit ou s’arrête alors pendant une brève période puis recommence à s’écouler de nouveau sans signe apparent de pourquoi il a ralenti en premier lieu.  L’exemple de cette route illustre comment, à moins que les systèmes ne soient conçus pour se concentrer sur le flux, ils ne fonctionneront pas efficacement à pleine capacité.  Parce que le développement de logiciel est un effort complexe dans lequel les suppositions et les décisions devraient être prises le plus tard possible.  Le fait de prendre des décisions au dernier moment possible permet à l’équipe Scrum de changer pour travailler sur les articles d’arriéré de produit de plus de valeur en fonction des données les plus récentes.

CertYou est partenaire de DantotsuPM

L’empilement de beaucoup de suppositions l’une après l’autre dans un plan de projet réduit significativement la probabilité d’un résultat positif.

Par exemple, considérez cinq tâches tout d’une probabilité de 90 % d’achèvement en une semaine: (0.9 * 0.9 * 0.9 * 0.9 * 0.9 = 0.59). Dans ce cas, nous avons cinq tâches sur lesquelles nous nous sentons confiants, mais le résultat cumulatif est que nous sommes à seulement 59 % de probabilité de finir ces cinq tâches en cinq semaines.  Je soutiendrais que basé sur mon expérience de professionnel en management de projet, il est aussi peu probable que cinq tâches séquentielles atteignent jamais chacune un niveau de confiance de 90 %.  Alors, êtes-vous encore étonné quand vous lisez Standish Group’s Chaos Report qui indique qu’approximativement 70 % de tous les projets des technologies de l’information échouent à atteindre leurs objectifs et sont significativement en retard et sur-dépensent ?

Ceci n’empêche pas que vous devriez adorer les statistiques 🙂

La meilleure façon d’optimiser la livraison de valeur est de faire des tâches ajoutant une valeur visible pour les parties prenantes.  La documentation de chaque flux de valeur mettra en évidence l’avancée et les retards entre les transitions.  En évaluant quantitativement des activités du flux de valeur, le coût des retards devient aussi visible.  Cette visibilité aidera l’organisation à déterminer où la constitution d’équipes fonctionnelles transverses améliorera immédiatement les temps de réponse.

L’utilisation de Scrum pour rendre ces inefficacités visibles est seulement le premier pas.

Le leadership a-t-il le désir et l’engagement d’effectuer le changement ?  Craig Larman, l’auteur des Laws of Organizational Behavior, a observé que les organisations sont implicitement optimisées pour éviter de changer les positions de statu quo et les structures de pouvoir. Il a aussi noté que si vous voulez changer la culture d’une société, vous devrez changer la structure de votre organisation parce que la culture/comportement et la mentalité suivent les systèmes organisationnels et leur design.

Les organisations comme des sociétés d’assurance et banques ont typiquement les silos de spécialisation fortifiés autour des applications, technologies et fonctions.  Chacun de ces départements a développé des règles soigneusement travaillées et des procédures interdisant le changement.  Ces processus administratifs ont pour conséquence fortuite de perturber le flux de valeur qui va du concept à la livraison au client.

avec Ventura Asssociates, partenaire de DantotsuPM, recrutez les ressources critiques dont vous avez besoin pour vos projets

Marie Poppendieck a décrit cette situation Lean Software Development: An Agile Toolkit, “la règle établie pour résoudre un problème renforcera souvent le problème, créant une spirale vers le bas : Comme un problème empire, les managers appliquent encore plus agressivement la même politique qui cause le problème.”  La mise en place d’équipes fonctionnelles transverses qui ont toutes les compétences pour achever le travail sans avoir à traverser des silos fonctionnels aura un impact étonnamment positif sur la capacité des organisations d’améliorer la qualité et le temps nécessaire pour commercialiser.

Votre direction a-t-elle le courage et l’engagement d’entreprendre le dur labeur d’éliminer les processus et les procédures qui n’ajoutent pas de valeur ?

La plupart des sociétés considérant l’adoption de Scrum devront changer leurs structures organisationnelles pour soutenir des équipes fonctionnelles et transverses autonomes.  Si la structure organisationnelle ne change pas, les comportements ne vont pas probablement changer.  Si votre modèle business dépend de l’innovation, ce changement devrait être d’une priorité supérieure.

baisser la barre…

MAYA = Most Advanced Yet Acceptable

http://sethgodin.typepad.com/seths_blog/2017/05/lowering-the-bar.html par Seth Godin

Raymond Loewy a utilisé le terme MAYA pour décrire Most Advanced Yet Acceptable (le plus avancé qui reste acceptable) quand il parlait de conception futuriste. La pensée est que les gens (le terme amorphe pour les masses déclassées) n’accepteront pas quelque chose de trop avancé, donc nous devons baisser nos standards pour gagner en acceptation.

Mais l’acceptation massive n’est plus aussi importante qu’elle le fut. De petites poches d’engagement et d’enthousiasme sont plus importantes que la tolérance ou même l’acceptation par des masses désintéressées.

Notre pressentiment est que nous devons tirer la moyenne des choses vers le bas si nous ne voulons pas être rejetés, que nous devons offrir un peu moins si nous espérons faire survenir le changement. Surtout, nous nous disons de simplifier les choses et nous plions aux gens qui ne nous prêtent pas d’attention, ont peur du mouvement vers l’avant et ne s’en soucient pas beaucoup non plus.

Mais la nature horizontale des flux d’information signifie que l’opposé est maintenant vrai. Nous pouvons être aussi positifs et purs et avancés que nous pouvons l’imaginer et quelques personnes suivront.

Si nous pouvons nous dés-énamourer de la recherche du « coup rapide en masse », l’attente n’est pas de baisser la barre. C’est en réalité de faire de grandes promesses et les tenir.

Voudriez-vous qu’il en aille autrement ?

vous ne trouverez jamais les bonnes réponses si vous posez les mauvaises questions !

You’ll Never Find the Right Answers If You’re Asking the Wrong Questions

http://www.johnmaxwell.com/blog/youll-never-find-the-right-answers-if-youre-asking-the-wrong-questions par John C. Maxwell.

“L’esprit non créatif peut discerner les mauvaises réponses, mais il faut un esprit créatif pour reconnaitre les mauvaises questions.”

Sir Antony Jay

Pendant la résolution de problèmes, il est très facile de tomber dans l’ornière de la pensée non créative. Nous pouvons nous concentrer tellement sur les réponses et les solutions que nous perdons de vue la question. Et si nous posons les mauvaises questions, nous terminerons souvent avec de mauvaises réponses.

A quel point votre pensée est-elle créative ? Quand vous êtes face à un problème, vous tournez-vous immédiatement vers les solutions infaillibles que vous utilisez depuis toujours ? Ou ouvrez-vous votre esprit à de nouvelles idées ?

Une bonne façon d’ouvrir votre esprit est de commencer à poser de bonnes questions, telles que celles-ci :

  • Pourquoi ceci doit-il être fait de cette façon ?
  • Quel est le problème racine ?
  • Quelles sont les questions sous-jacentes ?
  • Cela me rappelle-t-il quelque chose ou une autre situation ?
  • Quel est l’opposé ?
  • Quelle métaphore ou symbole aident à l’expliquer ?
  • Pourquoi est-ce important ?
  • Quelle est la façon la plus difficile ou la plus chère de le faire ?
  • Qui a une perspective différente ?
  • Qu’arrivera-t-il si nous ne le faisons pas du tout ?

Vous comprenez l’idée… et vous pouvez probablement trouver de meilleures questions par vous-même.

Le Physicien Tom Hirschfield a observé: « si vous ne demandez pas, ‘Pourquoi ceci ?’ assez souvent, quelqu’un demandera, ‘Pourquoi vous ?’ »

Si vous voulez penser avec créativité, vous devez poser de bonnes questions. Vous devez challenger le processus en place.

avec Ventura Asssociates, partenaire de DantotsuPM, recrutez les ressources critiques dont vous avez besoin pour vos projets

C’est comme faire de la bicyclette…

Like riding a bike

http://sethgodin.typepad.com/seths_blog/2017/04/like-riding-a-bike.html par Seth Godin

Les gens parlent de faire de la bicyclette quand ils veulent nous rappeler que certaines choses, une fois apprises, ne s’oublient pas.

Ce qu’ils ne mentionnent pas est comment nous avons appris. Personne n’apprend à faire du vélo dans un livre, ni même une vidéo.

Vous apprenez en le faisant.

En réalité, en ne le faisant pas. Vous apprenez en le faisant mal, en tombant, en remontant dessus, en le faisant à nouveau.

PS : Cette approche marche pour des tas de choses, pas seulement le vélo. La plupart des choses, en fait.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

un futur exaltant avec Elon Musk interviewé par Chris Anderson chez TED

Chris Anderson : Durant la prochaine demi-heure, nous allons passer un peu de temps à explorer votre vision d’un futur exaltant.

Ainsi commence ce passionnant entretien qui eut lieu à Vancouver en avril 2017 !

revivez l’intervention de Marc Amerigo et Eric Barone au Forum PMI France 2017: Au-delà des Records : Leadership & Management du Futur !

De nombreuses leçons à tirer de ce partage d’expérience hors normes au sens propre comme au figuré !

En particulier pour les chefs de projets d’innovation et de recherche qui noteront comme moi les 3 actes fondateurs de tels projets:

1. Penser autrement: Se mettre en condition pour apprendre à observer et savoir innover

2. Créer sa tribu pour une réelle interconnexion de l’équipe

3. Bénéficier pleinement de l’intelligence collective réunie en un « flow » collectif

Bon visionnage !

Méta Projets Management est partenaire de DantotsuPM

le PMO ambidextre balance prédictibilité et innovation pour délivrer ces 2 aspects dans les projets en appliquant 5 principes

Le PMO se développe et en ce faisant, les équipes PMO doivent être capables d’adopter et adapter de nouvelles habitudes à équilibrer avec les usages traditionnels pour délivrer tant prévisibilité qu’innovation.

The Ambidextrous PMO: Balancing Predictability & Innovation

http://www.quayconsulting.com.au/news/the-ambidextrous-pmo-balancing-predictability-innovation/

Approximativement 1% des personnes sont naturellement ambidextres et si vous regardez le pourcentage de PMOs qui ont développé cette capacité, c’est aussi un très faible pourcentage.

Tout comme nos outils quotidiens favorisent les droitiers (pensez aux ouvre-boîtes ou aux ciseaux), le focus traditionnel des PMOs est de développer des habitudes ‘droitières’ qui se concentrent sur la prévisibilité souvent au détriment de l’innovation.  Beaucoup de chefs de projet plutôt innovateurs se réfèrent désespérément aux tendances droitières des PMOs comme le ‘Waterfall’, se heurtant aux structures de direction restrictives et réagissant vivement quand on leur demande des artefacts droitiers comme un cas d’affaires.

Ce qu’ils échouent à reconnaître est que même si les PMOs très performants encouragent des outils ‘gauchers’ comme Scrum ou Kanban, il y a une réelle volonté d’accroitre le développement d’une équipe PMO qui ait un haut degré de capacité et de polyvalence avec chaque main.

L’habileté des deux mains des musiciens

Le membre d’un PMO moderne est moins ingénieur de processus et davantage musicien, une activité exigeant beaucoup d’habileté des deux mains.  Ces ‘musiciens’ qui composent les PMOs les plus performants sont aussi confortables à jouer de la musique classique (la prédictibilité) que du jazz (l’expérimentation et l’innovation).

Ils reconnaissent que le mouvement ‘gaucher’ est bien intentionné et nécessaire, mais comprennent que le PMO de demain doit se concentrer sur la livraison tant prédictible qu’innovante pour leurs organisations.

La dextérité est essentielle dans un monde de projet très perturbé

C’est seulement PMO ambidextre qui peut dé-risquer les programmes actuels qui sont caractérisés par un haut degré de rupture technique (plates-formes digitales, intelligence artificielle) et des ruptures dans le mode de livraison (Agile, Lean, Six Sigma et Design-Centric).

Les organisations les meilleures se concentrent aujourd’hui sur le développement de la dextérité de leur PMO en embrassant 5 principes :

1. Pas de taille unique. 
Un taille par individu ou dans le cas du PMO par organisation

Même si les PMOs performants ont beaucoup en commun, leur design est « sur mesure » et doit être développé en prenant en compte la stratégie spécifique de l’organisation, la culture (le mélange actuel de ‘gauchers’ et ‘droitiers’) et le portefeuille.  La standardisation et le design de PMO généraliste ne réussira plus à délivrer une valeur durable.

2. Des structures de gouvernance spécifiques. 

La direction de programme efficace est atteinte grâce à trois organes de interconnectés qui  fonctionnent ‘top to bottom’ et reconnaissent le besoin de séparer et manager le ‘stratégique’, le ‘design’ et la ‘gestion de la livraison de façons très différentes.

3. Développement des Compétences de Programme.

aider les personnes à élever leur niveauLes PMOs qui réussissent vraiment collaborent étroitement avec le Développement Organisationnel pour développer des stratégies intégrées qui managent pro-activement les défis émergents avec les personnes : de nouvelles compétences techniques, des contrats de travail plus flexibles, la rétention de la connaissance, l’accroissement de l’agilité.

4. Alignement Agile.

Le PMO sait quand expérimenter pour résoudre de nouveaux problèmes et quand exploiter ce que l’on connaît déjà. Il est primordial pour le PMO de savoir comment faire les deux et intégrer sans couture des outils traditionnels et de nouvelles pratiques émergents.

5. Services à valeur ajoutée.

Les PMOs performants continuent de fournir le support traditionnel (pendant qu’ils encourageant davantage d’autonomie dans les équipes fonctionnelles) et ajoutent une valeur complémentaire en :

    • Augmentant la capacité de leadership à travers tout le programme;
    • Entreprenant des plongées en profondeur avec les équipes de projets pour aller jusqu’au fond des questions épineuses dans la mise en œuvre; et
    • En mettant en place des ‘laboratoires d’expérimentation’ pour rassembler les parties prenantes internes et des experts externes (incluant des clients) afin de travailler intensivement sur le développement de nouvelles solutions pratiques aux défis des programme émergents.

Au final, ces PMOs soutiennent aussi le business dans la production et l’utilisation de la preuve (analytique, retours d’utilisateurs) pour prendre des décisions de projet informées. Ce qui en fait devrait être le focus de tout PMO : de meilleures décisions pour faire avancer le business tout en incluant toujours inclure la prise en considération de solutions novatrices mariées avec la prédictibilité.

SMPP est Partenaire de DantotsuPM – Référentiel SMPP gratuit téléchargeable.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Connaissez-vous l’innovation centrée utilisateur ou User Centric Innovation ?

L’approche orientée clients de type « Design Thinking »  y est utilisée.

Elle s’appuie sur un processus de co-créativité impliquant à chaque instant des retours de l’utilisateur final.

Des principes fondateurs

  • Collaborer et engager l’équipe sur des objectifs clairs et partagés
  • Tout regarder du point de vue de l’utilisateur en l’intégrant systématiquement durant tout le projet pour comprendre en profondeur ses besoins
  • Se focaliser sur la  boucle demander-essayer-réaliser (ask-try-do)
  • S’approprier les idées et solutions potentielles et les représenter

Pour en savoir plus sur les processus du Design Thinking

Les 3 clés du User Centric Innovation sont :

  1. Le travail collaboratif comme valeur clé avec des équipes pluridisciplinaires comprenant les métiers, la technique et les utilisateurs.
  2. Une approche méthodologique pour créer des expériences innovantes, créatrices de valeur et qui répondent aux besoins des clients de votre projet. Cette approche s’appuie sur le Design Thinking et les méthodologies d’innovation orientées utilisateurs.
  3. Le partage d’un vocabulaire et d’un référentiel de pensée commun au sein de l’équipe projet.
Microsoft est partenaire de DantotsuPM

 

Enregistrer

améliorez la diffusion des innovations que vos projets construisent !

Comment les idées sont-elles adoptées ?

Le livre sur Amazon

Voici la question que Dr Everett Rogers a adressé dans son livre, « Diffusion of Innovations » et cette brève vidéo de Mike Clayton en donne un aperçu qui vous sera certainement utile si vous avez entendu parler de « Early Adopters » et de courbe d’adoption des innovations.

C’est de ces travaux du Dr Everett Rogers que proviennent les célèbres « Innovators », « Early Adopters », « Early Majority », « Late Majority » et « Laggards ».

Si vous embarquez sur un projet marketing, ces termes seront très souvent mentionnés par vos clients et sponsors.

Alors autant en apprendre autant que possible sur leurs origines !

Genius Project est partenaire de DantotsuPM

Enregistrer

Enregistrer

Qu’arriverait-il si nous choisissions de…

What would happen… par Seth Godin

demander la permission
Oser poser LA question qui brûle les les lèvres de chacun

Qu’arriverait-il si nous choisissons de :

  • Nous améliorer dans la mise en place et le fait d’honorer des délais
  • Aider une personne de plus, chaque jour
  • Nous asseoir au premier rang
  • Poser une question difficile à chaque fois nous allons à une réunion
  • Donner plus et prendre moins
  • Apprendre à maîtriser un nouvel outil
  • Demander pourquoi

Tous sont des choix, des choix qui ne nécessitent pas que quelqu’un nous choisisse ou nous en donne la permission.

Chaque fois je me trouve à espérer un événement externe, je me rends compte que je ferais mieux de me concentrer sur quelque chose que je peux contrôler au lieu d’attendre.

Selon Tim Urban, il existe deux types de procrastination.

Celui lié à une échéance, une date limite, et dans ce cas les effets de la procrastination sont contenus dans le court terme car en approchant de la date fatidique nous allons généralement paniquer et commencer à nous bouger pour atteindre un résultat. Mais il y a un second type de procrastination qui se manifeste dans les situations sans échéance. C’est de celui-ci que parle Seth dans l’article ci-dessus (ne pas faire de choix, ne pas s’engager, ne pas questionner le status quo…) et dont Tim parle dans son intervention TED: « Si vous voulez une carrière en tant qu’indépendant, quelque chose dans les arts ou l’entrepreneuriat, au début, il n’y a pas de date limite à ces choses car rien ne se passe, avant que vous ne commenciez le dur travail pour gagner de l’élan pour que les choses avancent. »

Genius Project est partenaire de DantotsuPM

 

Enregistrer

Enregistrer

5 points cruciaux pour répondre à la question « Sommes-nous prêts pour Agile ? »

Is agile right for you? Top 5 considerations when implementing Agile Methodology est un billet écrit par Neil Stolovitsky de Genius Inside il y a déjà plusieurs années.

Les 5 points remontés par Neil restent plus que jamais vrais dans nos organisations et entreprises

Genius Project est partenaire de DantotsuPM
1)    Avoir la culture adéquate au déploiement d’une approche Agile

Dans les environnements Agile, les équipes sont autonomes. Elles sont face aux clients et agissent de manière démocratique. Les organisations cherchant à adopter Agile doivent questionner si ces principes sont en accord avec la culture et les valeurs de leur société. Si les divergences, voire antagonismes, sont trop forts: les chances de réussite sont minimes. Il faudra dans ce cas se concentrer sur une transformation de l’entreprise pour ne pas démarrer du mauvais pied avec Agile et ruiner d’entrée de jeu ses chances de succès.

2)    Obtenir l’adhésion sans réserve du management et des leaders

La plupart des environnements de travail en management de projet ne réussissent qu’avec une bonne adhésion du leadership.  Même si la culture de la société est adéquate, Agile nécessite une adhésion totale de la base au top management. Chaque personne a un rôle à jouer. Chaque personne a sa part de responsabilité avec Agile.

3)    Mettre en place un robuste management du changement

Votre société est-elle prête pour un changement qui peut être radical ? Agile nécessite un changement majeur. Il est donc primordial qu’une stratégie de management du changement et des risques soit en place afin d’assurer une transition en douceur entre l’ancienne et la nouvelle manière de faire les choses.

Ventura Asssociates est partenaire de DantotsuPM et le votre pour dénicher les ressources critiques en PM dont vous avez besoin
4)    Former toute l’organisation à la philosophie Agile

La méthodologie Agile nécessite une compréhension de sa philosophie dès le début. Agile nécessite la participation de tous les membres de l’équipe. Il est important que chacun connaisse l’ensemble du processus ainsi que sa propre contribution.

5)    Mettre en œuvre un système qui institutionnalise la collaboration

La base de l’efficacité des projets Agile est un effort concerté de mise en place d’un système qui permette une collaboration efficace et transverse entre toutes les parties prenantes, internes comme externes. Vos clients sont-ils réellement prêts à s’investir lourdement dans le développement de leurs projets ?

Pour en savoir plus sur la méthodologie Agile, regardez cette vidéo de 6 minutes en anglais et le livre blanc qui l’accompagne

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer