soyons WAGILE (W-aterfall + AGILE) : « une main de fer dans un gant de velours »

Christine RieuChristine Rieu et Marc Burlereaux ont présenté un article préparé avec Sylvain Gautier sur l’agilité au premier congrès international en Gestion de Projets de l’UQTR à Trois-Rivières

Christine RIEU, christine.rieu@univ-savoie.fr Maître de Conférences en Informatique, Laboratoire LISTIC, Université de Savoie, Annecy,  Membre fondateurs du PMI Pôle des Pays de Savoie,

Marc BurlereauxMarc BURLEREAUX, marc.burlereaux@pmi-fr.org, Release Manager Européen auprès d’une  banque suisse, certifications PMP, PMI-RMP, PgMP, ITIL V3, Membre fondateurs du PMI Pôle des Pays de Savoie,

Sylvain GAUTIER,  sylvain@sygit.ch Consultant  Agile / ITIL / BPMN société SYGIT, Suisse

L’approche Agile dans les projets de développement de nouveaux produits permet d’assurer plus de souplesse dans la conception itérative, plus de légèreté dans la documentation et dans la formalisation, plus d’interactivité  et d’efficacité dans la conduite de réunions, et surtout plus d’implication du client tout au long du projet (Pichler, 2010). Sylvain GautierSi on couple une approche Lean à ces  méthodes Agiles, nous supprimons en plus  toutes les étapes inutiles sans valeur ajoutée pour limiter les gaspillages et maximiser ainsi la valeur attendue du produit (Larman & Vodde, 2010). Cela semble donc être la panacée !

Vous pouvez accéder à leur présentation ici.

Mais ce n’est pas simple à réaliser et le chef de projet se posera de nombreuses questions :

  • quel est le probmème?Comment intégrer ces approches de manière réussie dans des contextes de gestion de projet mature qui sont plus traditionnels avec du développement logiciel en V ou en cascade ?
  • Comment est orchestrée la livraison en production de ces produits développés avec agilité et approche Lean  dans un processus de gestion des livraisons pour la mise en production qui lui apparaît souvent très rigide, et qui se doit de minimiser les risques liés au changement ?
  • Comment ces livraisons s’intègrent-elles dans la gestion des versions (release management), et notamment les procédures de tests (unitaire, intégration et réception des applications), la production de la documentation technique d’exploitation, de la documentation destinée aux utilisateurs et enfin la création des procédures d’installation et de déploiement ?
  • Comment éviter que ces méthodes soient un alibi à des comportements laxistes et inefficaces, par exemple en supprimant toute documentation?

La réussite de tels projets passe par un compromis  d’usage entre l’agilité de l’approche globale de développement et la rigueur à conserver dans le processus de livraison. D’où le titre de notre communication: « une main de fer dans un gant de velours ».

Cette présentation s’appuie sur un retour d’expériences de projets combinant Agilité et Lean Management dans des domaines variés de l’industrie et de l’informatique bancaire. Nous expliquons notre vision des prérequis pour qu’un projet soit éligible aux méthodes Agiles. Le fil rouge de la présentation est ensuite d’illustrer nos expériences en mettant l’accent sur les meilleures pratiques Agile que nous avons identifiées comme point clés pour la pleine réussite de ces projets. Nous avons réparti ces points clés à travers les différentes  phases de développement de projet, en insistant particulièrement sur les phases initiales de cadrage et d’élaboration, puis sur les phases finales de réception – homologation et transition vers la production.

L’anecdote suivante illustre bien que la rigidité n’est pas l’apanage des méthodes de gestion de projet traditionnelles

Jack Duggal, ayant une expérience de plus de 30 ans en gestion de projets, disait lors d’une conférence organisée par l’institution PMI (Project Management Institute), à Genève en 2012: « On peut parfois reprocher une certaine rigidité dans l’application de l’agilité. Lors d’un SCRUM meeting, qui suppose que vous soyez debout, notamment pour garantir une durée de réunion courte, une personne un peu fatiguée avait exprimé le besoin de s’asseoir: cela lui a été refusé, principe oblige. »

Quelle que soit la  méthodologie choisie,  elle doit pouvoir s’inspirer des avantages des autres méthodes existantes.

Citons l’exemple de l’institut PMI qui est l’autorité en matière de gestion de projets « traditionnelle » ; cet organisme  s’est naturellement  ouvert aux principes d’Agilité en créant récemment une nouvelle certification PMI-ACP (Agile Certification Practitioner) et en intégrant l’Agilité et le Lean Management dans la gestion de projet plus traditionnelle. Par exemple,  le PMBOK 5ème édition qui est encore en cours de rédaction prend en compte les méthodes Agiles “Adaptive Life Cycles”, section 2.4.2.4: méthodes itératives et incrémentales avec des itérations courtes de 2 à 4 semaines et avec un temps et des ressources fixes.

Un aspect important à ajouter dans les méthodologies Agile est la gestion du risque: c’est un exemple de bonnes pratiques dérivant des méthodes traditionnelles qui doit être intégrée dans les approches agiles.

Nous terminons sur un rappel des quatre principes fondateurs du Manifeste pour le développement Agile de logiciels rédigé par Kent Beck et 16 autres signataires qui peuvent être suivis quelle que soit la méthodologie de management de projet employée.

« Ces expériences nous ont amenés à valoriser:

1.    Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils,

2.    Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive,

3.    La collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle,

4.    L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan.

Nous reconnaissons la valeur des seconds éléments mais privilégions les premiers ».

La démarche Agile doit être envisagée plutôt comme une véritable philosophie de développement

Nous avons voulu dans cette présentation donner des conseils très pratiques pour dérouler les étapes d’un projet de façon Agile, en nous inspirant de nos expériences sur des contextes projets très variés. Mais nous insistons sur l’importance de comprendre qu’une démarche, quelle qu’elle soit, n’est pas la panacée, si on se contente de l’utiliser comme une « boîte à outils avec check-list intégrée ». La démarche Agile doit être envisagée plutôt comme une véritable philosophie de développement, qui mise sur l’engagement des employés et leur participation. Il faut savoir prendre dans chaque méthode ce qui est « bon pour l’entreprise », sachant que chaque entreprise est unique et a ses propres spécificités de fonctionnement qui en font sa richesse. Face aux méthodes traditionnelles, les méthodes Agiles sont une révolution, mais elles peuvent aussi apporter leur part de lourdeur et de contrainte, selon l’usage que l’on en fait.

L’Agilité c’est bien mais la contrôler c’est mieux

–       L’approche SCRUM n’est pas la panacée, notamment si elle n’est pas accompagnée par le Management et la Maîtrise d’Ouvrage (MOA)

–       L’approche Lean de l’industrie ne peut être transposée dans tous les contextes

–       L’esprit AGILE est avant tout le moteur qui garantira le succès, du Senior Management aux gens de terrain

–       Il faut bien sélectionner les outils AGILES convenant le mieux à l’entreprise

–       Un coaching pragmatique est un facteur clé de réussite

–       Le dogmatisme doit être jeté aux oubliettes

–       Et il faut contextualiser la démarche qui ne peut être standard pour tous les domaines (de l’industrie spatiale à Google, en passant par l’aéronautique, l’industrie automobile, le secteur bancaire…).

Et l’Agilité mal comprise et mal appliquée pourra causer encore plus de dommage que les méthodes traditionnelles.

Soyons WAGILE ! Contraction de WATERFALL (méthodes de développement traditionnelles) et AGILE … d’où Agilité une main de fer dans un gant de velours !

En bonus une petite vidéo « Agile: An Introduction »

7 réflexions sur “soyons WAGILE (W-aterfall + AGILE) : « une main de fer dans un gant de velours »

  1. Ping : 18 March – Frankfurt – Be Agile when implemeting Agility, Be Wagile for a smooth Delivery | DantotsuPM.com

  2. Ping : Be WAGILE (Waterfall + AGILE) : « an Iron Fist in a Velvet Glove » by Marc Burlereaux, Christine Rieu and Sylvain Gautier | DantotsuPM.com

      1. Les tentatives de récupération du phénomène Agile est en train de tuer l’Agile. Mais là, c’est le comble! S’il y a bien une chose qu’a remis en cause l’agilité, c’est le waterfall.

        Quant à l’anecdote, elle est complètement ridicule. Tous des torsionnaires, ces agilistes! 😉

        J’aime

  3. Ping : PM Network May 2015 figures Marc Burlereaux in the « Attitude Adjustment  article | «DantotsuPM.com

  4. Ping : « une main de fer dans un gant de velours  avec les approches prédictives et Agile selon Christine Rieu, Sylvain Gautier et Marc Burlereaux | «DantotsuPM.com

n'hésitez pas à commenter les billets et à partager vos idées.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.