6 méthodes pour établir la priorité des projets selon Prince2

Article original: Six methods for prioritising projects sur le blog Prince2

Prince 2Il ne manque pas de techniques quantitatives et qualitatives pour choisir et déterminer la priorité des projets et nous passons ici en revue six méthodes qui fournissent un peu des deux.

1. Valeur Nette Actualisée (« Net Present Value » : NPV) : Très prisée dans le secteur public pour comparer la valeur escomptée des dépenses ou bénéfices futurs, cela définit la différence entre la valeur actuelle des dépenses et des bénéfices. Un NPV positif indiquerait qu’un projet devrait être profitable et poursuivi alors qu’une valeur négative indiquerait que le projet devrait être abandonné. Un ensemble de ressources de premier ordre sur le NPV sur Web Office of Government Commerce démontre son utilisation réussie avec des exemples détaillés et des études de cas. Le cours APMP for PRINCE2 Practitioners couvre ceci et d’autres sujets similaires.

2. Période de Remboursement (« Payback Period »): En utilisant cette méthode assez simple, les managers peuvent calculer combien de temps il faudra pour que les bénéfices du projet couvrent les coûts, c’est-à-dire quand ils récupéreront le coût initial. Les projets avec une période de remboursement rapide sont naturellement plus attrayants que ceux avec une période de remboursement plus longue pendant laquelle plus de choses peuvent mal tourner; Tout en gardant à l’esprit qu’une période de remboursement rapide ne garantit pas de meilleure marge. Cela vaut la peine de noter que si la simplicité du calcul de la période de remboursement est sa force, certains pourraient le considérer trop simpliste pour être utilisé seul.

3. Taux Interne de Retour (« Internal rate of Return » : IRR) : On calcule le taux estimé de retour d’un projet, un taux plus élevé de retour rend l’investissement plus probable. Les organisations mettront généralement un taux minimal de retour en dessous duquel normalement ils ne considéreront pas de projet.

4. Analyse de Valeur Acquise (« Earned Value Analysis » : EVA) : Considéré avec précaution par certains parce qu’elle est associée à de grands projets et exige, entre autres choses, une culture de rapport dans une société, ce peut être une technique utile. Les organisations peuvent gérer et mesurer un projet pour avoir une vue intégrée de son coût, ses dépenses et du progrès, ce qui leur permet d’estimer les ressources qui auront été utilisées à l’achèvement. Les managers peuvent utiliser EVA pour les aider à surveiller l’exécution du projet et corriger les variances, geler un projet ou l’abandonner si nécessaire.

5. Tableau de Bord Équilibré (« Balanced Score Card » : BSC) : les organisations l’emploient pour aligner la vision et les activités business de la société depuis quatre perspectives. D’une perspective financière pour tout examiner, du retour sur investissement au cash-flow. D’une perspective interne, des managers de processus commerciaux pourrait évaluer des facteurs comme l’automatisation de processus ou leur alignement. Pour atteindre un niveau élevé de satisfaction de client, le taux de conservation des clients pourrait être examiné. Sous l’angle de la croissance et de l’apprentissage, des entreprises peuvent se concentrer sur des secteurs comme l’expertise des employés et leur satisfaction au travail.

6. « Business Case »: le Business Case fournit à un programme ou un projet sa raison d’être et c’est un composant important tant de PRINCE2 et de « Managing Successful Programmes ». Il décrit les raisons d’investir dans un projet, fournit une structure pour amener les changements coté business et suit le projet pendant toute sa vie. Un Business Case détaillé comporte cinq parties principales. Alignement Stratégique qui considère des problèmes comme les besoins du business et les bénéfices stratégiques; l’évaluation d’options se concentre sur les bénéfices et la quantification des risques et l’analyse de sensibilité; l’évaluation des aspects commerciaux d’un projet impliquerait l’examen en détail du business case et regarder les secteurs tels que les délais de mise en œuvre; Une évaluation d’accessibilité se concentre également sur l’aspect financier en se concentrant cette fois sur des choses comme le budget sur la vie entière du projet; les décisions des composants finaux, la faisabilité d’un projet, exigeant de regarder en profondeur, par exemple, des projets semblables, des rôles de projet, l’approvisionnement et, en bref, le management de projet.

Une réflexion sur “6 méthodes pour établir la priorité des projets selon Prince2

  1. Les diverses formes de ROI financiers ne sont utiles qu’à partir du moment qu’elles sont utilisées de concert avec d’autres critères, notamment le « ROI opérationnel », qui cherche à quantifier les améliorations escomptées au niveau cycle de vente, cycle de production et service clients.

    L’objectif premier d’un projet n’est pas d’obtenir un retour financier sur investissement (connaissant le taux d’échec des projets – 2 sur 3 – même un simple placement de l’argent sur un instrument monétaire rapportant 3% garantirait un meilleur retour!), mais d’améliorer la performance et la competitivité de l’entreprise au travers de ses processus opérationnels.

    Donc ROI oui, mais comme le souligne Michel dans son exemple perso, combiné avec d’autres critères.

    Michael Gentle

    J'aime

n'hésitez pas à commenter les billets et à partager vos idées.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.