Savez-vous ce qu’est un registre de « Dette Technique » et comment bien l’utiliser dans les méthodes itératives #Agile ?

« Dettes et mensonges sont ordinairement ensemble ralliés » Rabelais dans Pantagruel.

Using a « Technical Debt Register » in Scrum

https://www.scrum.org/resources/blog/using-technical-debt-register-scrum par Ian Mitchell

En vieillissant, je me métamorphose en l’un de ces types nostalgiques et ennuyeux qui vit trop dans le passé. Les choses étaient mieux avant, mon enfant. Nous avions des standards et il y avait moins de « sur-simplification ».

Mais parfois au crépuscule, comme je me lève de mon fauteuil à bascule sous le porche et me penche en avant pour soulager mon dos, je reconnais qu’il y a une chose qui est en réalité meilleure maintenant qu’au début des années 2000 : De nos jours, un homme peut parler de la « dette technique » sans que les gens le prennent pour un fou.

La dette technique peut être définie comme les conséquences à long terme de faibles décisions de conception. À l’origine décrit comme une métaphore par la Ward Cunningham, à peu près tout le monde accepte maintenant que la dette technique est un risque réel qui peut réellement être encouru. Cette identification est bonne. Critiquer Java et en damner les conséquences n’est pas vraiment « Agile », c’est juste jouer au cow-boy. Mais la vérité est que pendant des années, cela n’a pas été compris, pas avant que les dettes de certains imbéciles soient si importantes qu’elles ne puissent perdurer.

Cela vaut cependant la peine de garder à l’esprit que pas tous les défauts et bugs ne constituent de la dette technique.

Écopez un peu de votre dette avant qu’elle ne vous noie.

C’est parce qu’ils ne reflètent pas toujours « des décisions de conception ». Ce sont souvent juste des erreurs, peu importe à quel point ils pourraient être irresponsables ou indignes. Ainsi quand une décision ne met pas directement en péril la qualité de produit, ce n’est pas de la dette technique. Une équipe peut souhaiter un nouvel environnement ou un module d’extension, mais ne pas les fournir n’est pas de la  » dette technique », puisque cela ne met pas en danger la qualité du produit lui-même. Cela pourrait très bien réduire la vitesse de développement, parce qu’ils doivent boitiller en utilisant une vieille plate-forme de développement, mais c’est un problème différent.

Dans Scrum, l’attente consiste en ce qu’une définition de DONE (fait) devrait être suffisamment robuste pour que des niveaux ingérables de dette ne puissent pas s’accumuler. De là, si on sait que la dette technique va augmenter, la définition de DONE devrait être revisitée. Il est essentiel de découvrir pourquoi la dette est encourue et comment cela peut être évité.

Il y a certain nombre d’autres contrôles qui peuvent être utilisés pour limiter la dette.

Par exemple, une équipe devrait tenir compte du « refactoring » (et bien d’autres tâches) en décidant de combien de travail ils peuvent embarquer dans un Arriéré de Sprint sans mettre en péril la qualité à long terme. Mais en dehors de ces contrôles et recherches d’équilibre, il n’y a aucune prescription sur comment la dette technique devrait être traitée une fois que vous l’avez. Ce n’est pas une inadvertance, puisque Scrum est délibérément aussi non-normative que possible. C’est une structure de travail qui laissent aux équipes la décision de comment elles la mettent en œuvre.

finiNotez cependant que mettre en œuvre « des sprints spéciaux » pour nettoyer la dette technique n’est pas une option. Des sprints techniques de dettes, aussi mentionnés comme des sprints de solidification ou renforcement, sont essentiellement un anti-modèle. Chaque Sprint doit apporter un incrément de valeur véritable. C’est pourquoi la Définition de DONE est le rempart primaire contre l’accroissement de la dette en premier lieu.

Ce que font certaines équipes est de maintenir un registre de dettes techniques

Dans ce registre les décisions de conception qui mènent à de la dette peuvent être rationalisées. Vous pouvez penser à ce registre comme un registre RAID (Risques, Assomptions, Issues & problèmes, et Dépendances) qui est sous le contrôle de l’équipe. L’équipe y détaille les conséquences techniques de décisions prises de manières opportunes sur la qualité de mise en œuvre du produit, souvent en termes de probabilité, d’impact et de remédiations envisagées. Il peut être possible de recommander de l’adresser pendant un Sprint, si l’équipe a une compréhension suffisante de l’Arriéré de Produit. Suppositions et dépendances peuvent aussi entrer dans le registre et bien sûr quelques risques peuvent finalement transformer en douloureux problèmes.

Un registre technique de dettes peut aider à informer des équipes de comment la dette encourue devrait être gérée. Ils peuvent prendre des décisions réfléchies et informées sur quand vraiment ajouter de la dette et quand au contraire la rembourser. L’utilisation d’un tel registre ne fait pas partie de Scrum, mais néanmoins cette technique peut aider une équipe à prendre en main la dette technique qu’ils décident d’accepter. Parfois, par exemple, la dette technique peut être réglée en mettant en œuvre des histoires de l’arriéré de produit. Dans d’autres cas pas, et la dette doit alors être adressée séparément.

Que faire ?

Certains cas de dette peuvent devoir être exposés au Propriétaire de Produit pour leur prise en considération et d’autres pas. Dans les cas sévères, de la dette technique peut avoir été accumulée qui excède la valeur du projet lui-même, probablement même de multiples fois. Dans de tels cas extrêmes, l’approche la plus pragmatique peut être de tuer le projet et repartir de zéro. Inutile de le dire, cette variation de « échouer maintenant plutôt que plus tard » nécessite un courage extrême.

remboursez graduellement votre dette

Une autre option quand on fait face à une dette technique substantielle est de la réduire graduellement, Sprint après Sprint. L’équipe peut devoir s’entendre avec le Propriétaire de Produit pour livrer quelque chose, à chaque itération, qui fournisse tout de même une valeur suffisante aux parties prenantes. Clairement ce n’est pas une excellente option. Elle peut se terminer en marchandages, où la magnitude et la propriété du problème de la dette ne sont pas reconnues ni rendues visibles des parties prenantes. La dette technique devient alors plus d’un cas de problème technique. Les parties affectées pourraient être encouragées à fermer les yeux tant qu’elles obtiennent quelque chose de valeur immédiate pour le business en retour, mais aucun de ceci n’est bon pour la franchise, la confiance ni la transparence.

Maintenant, bien qu’ayant comparé un registre technique de dettes à un registre RAID, je ne suggère pas qu’il doive prendre la forme « documentée » habituelle de celui-ci. Selon mon expérience, il est généralement meilleur d’utiliser un « Information Radiator ». Parfois, cela peut être aussi rudimentaire qu’une feuille de papier scotchée au dos de la chaise du ScrumMaster, mais je préfère proposer aux équipes d’utiliser un mur de cartes dédié à cette fin. Les statuts typiques sont : A faire, En cours, Fait et A escalader. Les articles sont Faits quand ils sont ou atténués ou acceptés.

Incidemment, cela marche aussi pour les registres RAID conventionnels au niveau du projet et du programme. L’escalade depuis un Registre de Dettes Techniques impliquerait sa promotion à un tel niveau. Les managers sont ainsi encouragés à prendre un intérêt actif dans ces registres et questionner tout problème non remonté qui semblent bloqué.

Cela peut être une excellente façon d’encourager le « gemba » chez les managers, où ils sortent du bureau, s’y promènent, mettent leurs liens hiérarchiques et filtres de côté et voient la réalité des choses par eux-mêmes.

CertYou est partenaire de DantotsuPM

Pour aller plus loin, relisez ces précédents billets sur ce sujet

 

Merci de nous faire bénéficier de vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.