6 options pour les conférenciers qui s’inquiètent : « Et si personne ne posait de question ? »

Speakers ask: « What if nobody asks a question? » 6 options

Http://eloquentwoman.blogspot.com/2013/08/speakers-ask-what-if-nobody-asks.html par Denise Graveline

intervenant, orateurQuand je forme des conférenciers et des présentateurs, la question qui revient le plus souvent est : Et si je ne reçois aucune question après mon discours, présentation ou prise de parole ?

Soyons réalistes : un manque de questions est mauvais signe. Mais qu’est-ce que ça signifie et que pouvez-vous faire pour générer des questions ?

Voici certaines raisons et solutions à considérer:

  1. En avez-vous trop mis dans votre présentation ?

pile de papiers

Quand vous couvrez votre sujet de A à Z, vous ne laissez pas beaucoup de place pour que des questions surgissent. Je n’ai jamais rencontré de client qui manque de matière à délivrer et tous mes étudiants cherchent des façons de créer plus d’espace pour leurs abondants arguments dans une présentation. Ma suggestion : Si vous avez beaucoup à dire, sauvegarder quelques sujets pour la session de questions-réponses. Vous paraitrez plus intelligent et donnerez l’opportunité au public de participer.

  1. Avez-vous gardé assez de temps pour des questions ?

Certains conférenciers réussissent à absorber tout l’oxygène de la pièce, souvent en remplissant tout le temps imparti ou en oubliant d’intégrer des pauses pendant lesquelles ils pourraient engager directement le public. Votre auditoire veut faire plus qu’applaudir, comme vous le découvrirez si vous utilisez les 7 avantages secrets de l’orateur qui prévoit de garder un peu de temps en extra.

  1. Avez-vous annoncé dès le début que vous attendriez des questions ?

Au lieu de démarrer directement votre propos, prenez un moment pour dire, « Ma présentation dure environ 15 minutes et ensuite je veux garder la plus grande partie de notre temps ensemble aujourd’hui pour vos questions ». Vous aurez alors fait deux choses : signifier que vous ne pomperez pas tout l’oxygène de la salle et les inviter à commencer à réfléchir à ce qu’ils voudraient dire.

  1. Image courtesy of photostock / FreeDigitalPhotos.net
    Image courtesy of photostock / FreeDigitalPhotos.net
    Avez-vous joint le geste à la parole ?

Vous pouvez démontrer votre empressement à recevoir des questions avant de commencer à parler, en vous promenant dans le public pour serrer la main des gens ou les saluer à la porte, en disant: « j’ai hâte d’entendre votre point de vue sur ce sujet. » Vous pouvez même commencer par quelques questions-réponses en prenant une poignée de questions tout de suite et promettant de leur répondre après votre intervention.

  1. Vos réponses sont-elles trop longues ?

Les questions ne sont pas une excuse pour exposer une autre mini-présentation, mais beaucoup de conférenciers les traitent de cette façon. Laissez le public participer pour maintenir la connexion.

  1. Avez-vous travaillé avec l’animateur ou l’organisateur à l’avance ?

Un mot avec votre animateur, facilitateur ou hôte avant votre intervention peut lui permettre de préparer une première question, après laquelle, il peut se tourner vers le groupe et dire « qui voudrait demander autre chose ? »

autoritéUne tactique à éviter

Ne préparez pas de questions à poser par des amis au cas où vous n’auriez pas de question. Cette approche inauthentique peut vous attirer des ennuis et ruiner votre crédibilité.

n'hésitez pas à commenter les billets et à partager vos idées.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.