soyez honnête sur VOS limites

En faisons-nous souvent beaucoup trop pour donner une bonne première impression à notre chef, nos collègues, nos clients? Voici un article qui donne à réfléchir à ceux qui se plaignent de de voir être disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour leur boulot.

Be Honest abour YOUR Boundaries posted by Margaret in Untagged

Est-ce que cela vous ressemble ?

vouloir tout faireVous commencez à travailler pour quelqu’un de nouveau et vous voulez faire bonne impression. Peut-être commencez-vous à garder votre BlackBerry sur vous partout et à leur répondre à toute heure de la nuit et du week-end. Chaque fois qu’ils vous envoient quelque chose, vous leur répondez que vous soyez ou pas en service.

Avec le temps vous constatez que les personnes avec lesquelles vous travaillez vous ennuient. Qu’est-ce qui se passe avec eux ? Ils vous appellent ou vous envoient un SMS à toute heure du jour et de la nuit. Quand vous ne répondez pas tout de suite, ils continuent à vous envoyer message après message. Vous devenez de plus en plus irritable. Est-il insensé de vouloir simplement quelques heures pour vous ?

À qui la faute ? C’est votre faute, n’est-ce pas ? Vous désiriez tant faire une bonne première impression que vous avez oublié que la définition des attentes est une voie à double sens. Vous avez maintenant instauré la perception du fait que vous êtes disponible 24×7. Vous ne l’avez pas nécessairement demandé. Mais, dans les faits, vous l’avez démontré par votre empressement à répondre à des communications professionnelles toute la nuit et tout le week-end.

Quand vous travaillez avec quelqu’un de nouveau ou démarrez sur un nouveau projet, vous aimez évidemment faire une bonne première impression. Mais parfois vous produisez un effort Herculéen. Autrement dit, vous travaillez si durement que vous vous tuez littéralement au travail pour faire cette bonne première impression. Vous faites quelque chose que vous ne voulez pas vraiment faire sur une base régulière. Puis, vous êtes crevé. Vous pouvez devenir amers. Peut-être commencez-vous même à avoir envie de jouer les victimes ou les martyrs. C’est vraiment votre faute; vous avez pris la décision de violer vos propres limites.

Soyez honnête sur vos limites.

Si le dimanche est le jour de la famille, le dimanche est le jour de la famille. N’acceptez pas un boulot où quelqu’un vous fait asseoir et vous dit qu’ils font des tonnes d’heures supplémentaires chaque week-end.

A utiliser avec parcimonie. Si votre patron vous envoie quelque chose et c’est important et urgent et c’est rouge et ça flashe et tout cela, prêtez-y l’attention. Mais toutes les personnes qui travaillent pendant le week-end ne s’attendent pas à ce que vous fassiez de même.

Si je suis votre nouveau manager, directeur, vice-président, chef de projet, chef d’équipe, superviseur, et que je vous vois travailler de longues heures, je pourrais simplement supposer que c’est votre manière de fonctionner. Je pourrais supposer que vous vivez pour le travail. Je vais même le prendre pour acquis; je vais m’y attendre de vous tout le temps. Cela ne signifie pas nécessairement que je vais récompenser votre comportement. Peut-être ou pas du tout.

Dans votre hâte à créer une première bonne impression ne faites pas quelque chose que vous n’êtes pas enclins à faire sur une base régulière.

Sachez ce que vous voulez, présentez-vous comme qui vous êtes vraiment, soyez clairs sur comment vous voudriez être traités et soyez honnêtes sur ce qui fonctionne ou pas pour vous.

CSP Formation
Partenaire de DantotsuPM

2 réflexions sur “soyez honnête sur VOS limites

  1. P.E. Pernet

    De la nécessité de savoir dire non
    Le métier de chef de projet est passionnant et motivant. Les objectifs et les moyens qui nous sont données pour les atteindre motivent la plus part d’entre nous et nous font aimer ce métier et créent les conditions d’implication maximum. De l’autre côté, nos clients et managers, qui ont eux aussi des objectifs, profitent parfois de cette motivation pour devenir « envahissant » et nous demander toujours plus … mais c’est un mauvais calcul, pour les uns comme pour les autres.
    Un chef de projet doit réussir à conserver un certain recul par rapport à des situations complexes, multiples et connexes. Nos projets sont devenus techniquement de plus en plus complexes, quand ils ne se basent pas sur des équipes virtuelles et géographiquement distantes. Chaque décision prise à la hâte et sous la pression d’un manager ou d’un client pressé qui fait le siège de votre bureau pour obtenir ce qu’il a décidé comme étant LA priorité, peut selon l’effet papillon gérer des conséquences capables de vous enfoncer encore un peu plus … jusqu’à saturation et rupture.
    Gérer son projet de façon efficace nécessite donc de se gérer soi même, de connaître ses limites et de tout faire pour rester à l’optimum. Nous avons tous besoin de souffler. Plus ou moins souvent, plus ou moins longtemps … mais de façon certaine. Nous devons apprendre à dire non, à éteindre nos téléphones et ordinateurs de façon régulière. Cette discipline, qui a parfois du mal à passer vis-à-vis d’un management despotique, est la seule qui puisse vous permettre de garder cette distance nécessaire à une prise de décision raisonnée. Passer une soirée ou un weekend en famille, à la campagne, sortir, faire du sport, quitter la boucle et les boîtes dans lesquelles nous enfermons nos raisonnements toute la semaine sont les meilleurs moyens de revenir avec un œil neuf et de trouver évident cette solution qui nous paraissait impossible la veille.
    Se surcharger, ou accepter de l’être, c’est également s’interdire toute capacité d’encaisser une véritable urgence. Si en période normale vous accepter la surcharge, que se passera-t-il en cas d’urgence ? Saurez-vous y répondre ? Il en va de même avec vos équipes : quelle sera leur réaction si vous les surchargez sans raisons et qu’une urgence survient ? Croyez-vous que vous obtiendrez la réponse et le support attendu ? Il y a peu de chances.
    Le seul moyen d’éviter la surcharge est de l’éliminer en amont, pas de courir pour y répondre.

    J'aime

n'hésitez pas à commenter les billets et à partager vos idées.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.