TOP 3 de Novembre 2022 sur DantotsuPM, le blog du management de projets

Je vous remercie d’avoir particulièrement apprécié ces billets.

7 façons de gagner en influence dans votre entreprise sans forcément avoir de titre 

Le télétravail et les équipes autonomes et géographiquement distribuées provoque une demande croissante de leaders à tous les niveaux dans les projets et dans les entreprises.

Vous pouvez gagner de l’influence dans votre organisation sans pouvoir, autorité ni titre. Tout dépend de votre caractère, de vos connaissances et de votre serviabilité. Ce que vous faites avec ces pouvoirs intérieurs fait toute la différence.

CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

Postes en management de projet pour Paris 2024

Plus de 70 Postes liés au management de projet sont actuellement ouverts !

Comment réussir en affaires si vous êtes un leader introverti ?

Lorsque nous pensons à un formidable leadership, nous pensons généralement à une personne extravertie qui capture l’attention lorsqu’elle entre dans une pièce.

Mais un leadership introverti peut être tout aussi efficace.

Les leaders introvertis ont tendance à avoir une force tranquille qui inspire les gens autour d’eux.

TOP 3 d’Octobre 2022 sur DantotsuPM, le blog du management de projets

Je profite de la fin d’année pour vous remercier d’avoir particulièrement apprécié ces billets.

Le modèle Thomas Kilmann propose 5 approches de résolution de conflit.

Les cinq approches sont légitimes.

Face à un conflit, cela vaut la peine de considérer les parties impliquées et votre résultat préféré avant la négociation.  Considérez quelles fins de partie vous êtes prêt à accepter et déterminez la meilleure approche à adopter pour atteindre votre fin de partie préférée.

CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

Connaissez-vous ces formations gratuites proposées par le PMI® ? 

Le Project Management Institute® (PMI®) propose de nombreuses formations en particulier pour préparer les certifications. Certaines, plus généralistes ou introductives sont ouvertes à toutes et tous gratuitement.

Voici le lien que j’utilise et qui liste toutes les formation en anglais et français de la gratuite à la plus onéreuse.

Partenaire de DantotsuPM, CERTyou est le spécialiste des formations certifiantes

La signification de MVP – Corrigez les idées fausses les plus courantes !

Chacun a sa propre interprétation de ce que signifie un produit minimum viable (MVP) pour son organisation et, bien que les spécificités d’une définition de MVP puissent varier, ce billet explore ce qu’est un MVP et ce qu’il n’est certainement pas.

Bien que votre définition personnelle du MVP de votre produit puisse varier, assurez-vous que vous ne vous basez pas sur l’une de ces fausses idées.

TOP 3 de Septembre 2022 sur DantotsuPM, le blog du management de projets

Je profite de la trêve des confiseurs pour vous remercier d’avoir particulièrement apprécié ces billets.

Êtes-vous fait pour le rôle de manager / chef de projet ? 

Comment présenter votre rôle différemment ? par Ophélie Gomes

Pénurie de talents, télétravail, crise sanitaire, quête de sens, grande démission ou « quiet quitting », le rôle de manager / chef de projet est très largement mis à l’épreuve depuis plusieurs mois.

Mais, si vous avez l’âme de ce capitaine, lancez-vous, c’est le bon moment !

Là où les dirigeants se trompent sur l’innovation…

La plupart des gens surestiment la valeur des idées. Ils pensent qu’ils ont juste besoin de trouver une bonne idée de business pour réussir. La réalité est que les idées sont gratuites. Elles sont partout.

Les idées ne sont pas le problème.

Vous n’avez pas nécessairement besoin de vous améliorer pour trouver des idées. Ce dont vous avez vraiment besoin pour devenir bon, est de tester vos idées.

Qu’est-ce qu’une « Tiger Team » ? Apprenez à sur-performer

Lorsque les entreprises ont du mal à innover, à résoudre des problèmes et simplement à se démarquer de leurs concurrents, elles doivent redoubler de créativité, d’intelligence et de rapidité. Mais comment peuvent-elles atteindre les trois ?

Une Tiger Team vient à la rescousse.

Dans cet article, vous comprendrez ce que c’est, pourquoi vous en avez besoin et comment constituer une Tiger Team.

CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

TOP 3 d’Août 2022 sur DantotsuPM, le blog du management de projets

Je profite de la trêve de fin d’année pour vous remercier d’avoir particulièrement apprécié ces billets.

L’intelligence émotionnelle : un atout pour les managers de projets comme pour tout autre leader

Qui n’a jamais entendu les phrases :

Les émotions n’ont pas leur place dans le monde professionnel !

ou encore

Quand on vient au bureau, on laisse ses émotions à la maison.

Avez-vous lu ce rapport sur l’état du coaching agile : « 2022 State of Agile Coaching Report » ?

Téléchargez le document

Riche des données de plus de 2 000 coachs agiles professionnels qui ont partagé leurs expériences sur l’impact du coaching agile, le deuxième rapport annuel sur l’état du coaching agile est publié. Le rapport couvre un éventail de sujets liés au coaching agile dans le monde réel, y compris le retour sur investissement, la valeur et les métriques permettant de définir le succès.

CertYou est partenaire de DantotsuPM, allez voir les certifications Agile

15 avantages que vous apporte le management de projet  

Et vous, en tant que manager de projet, dirigez et menez et vous assurez que l’organisation tire le plein avantage de tout ce que vous faites. Cela vous rend extrêmement précieux pour toute organisation avec laquelle vous travaillez. Du niveau de l’équipe jusqu’au comité exécutif où ils examinent les résultats et les impacts business. Soyez fier de vous. Vous êtes manager de projet.

TOP 3 de Juillet 2022 sur DantotsuPM, le blog du management de projets

Je profite de la trêve de fin d’année pour vous remercier d’avoir particulièrement apprécié ces billets.

Connaissez-vous la boucle OODA et le piège infernal OO-OO-OO-… ?

L’outil permet de savoir quand une décision a été prise et d’éviter de rester immobile. Il permet de déterminer quel est le camp le plus rapide. Il permet donc de savoir qui est en train de gagner. L’objectif est aussi de pouvoir réévaluer très vite ses décisions à l’aide du test de la réalité. Il est admis que toute observation, orientation, décision et action est imparfaite. Il faut donc reprendre le cycle.

Diagramme du cycle de décision : Boucle OODA

4 types de questions à poser si vous voulez être proactif

Vous êtes foutu si vous ne pouvez pas changer de direction. Un monde turbulent exige que vous restiez très mobile. Mais vous ne pouvez aller nulle part si vous changez constamment de direction.

Alors, quelles sont les questions que posent les personnes proactives (et que vous pourriez également poser) ?

CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

4 conseils pour réduire le chaos dans votre projet

Les problèmes de personnes, les pressions commerciales et la création de résultats uniques s’accompagnent de défis inattendus. Faire face au chaos est une chose de plus que les managers de projet se doivent de faire.

Vous trouverez dans ce billet quelques conseils pour réduire le chaos dans votre projet.

Le hack du sauveteur

Le maître-nageur n’a pas d’excuses ni de bonnes raisons de ne pas intervenir si quelqu’un se noie.

https://seths.blog/2021/11/the-lifeguard-hack/ par Seth Godin

Qui suis-je pour m’approcher de quelqu’un lors d’une soirée et me présenter ?

Qui êtes-vous pour démarrer un nouveau projet ?

Qui sont-ils pour donner une conférence sur la scène principale ?

Ne levez pas la main, quelqu’un d’autre pourrait avoir une meilleure question. Ne livrez pas ce travail, il n’est pas prêt…

Il y a des excuses, des comparaisons et des raisons infinies de se retenir.

Sauf si…

Sauf si vous êtes maître-nageur et que quelqu’un se noie. Dans cette situation, même si vous n’êtes pas le meilleur sauveteur du monde, et même si l’eau n’est pas à la parfaite température, et même si vous ne vous souvenez pas très bien comment faire la dernière version du porté croisé sur la poitrine… Vous sautez à l’eau.

Parce que ce n’est pas pour vous. C’est pour eux.

La générosité ouvre des portes à l’intérieur de vous.


Le manager de projet se doit également d’intervenir si des membres de l’équipe rencontrent des difficultés qui mettent le projet en péril.

Sans pour autant se prendre pour superman ou superwoman capables de résoudre seuls tous les problèmes et risques qui se présentent sur le projet.

Travailler en solo ou collaborer ? Comment choisir en fonction de ce qui vous bénéficie le mieux.

Quels sont les avantages et inconvénients de ces deux modes de travail, en solo et en équipe, et comment trouver le bon équilibre ?

Work Solo or Collaborate? How to Choose Based on What Benefits You

Pragmatic Manager Newsletter par Johanna Rothman

Préférez-vous le travail collaboratif ou en solo ?

Certains d’entre vous préfèrent travailler seuls parce que vous savez être efficaces, même si votre travail n’est pas indépendant du travail des autres. Ou, si vous travaillez dans le cadre d’un groupe de travail, tel que les ressources humaines ou les finances, vous ne partagez qu’un objectif départemental, pas un objectif produit. Les groupes de travail peuvent ne pas avoir besoin de collaborer car leur travail peut être indépendant des livrables de quelqu’un d’autre.

Je vois trop de facteurs qui dissuadent de collaborer, même lorsque des personnes font partie d’équipes produits ou fonctionnalités, lorsque ces équipes partagent un objectif commun.

Mais, parfois, cela dépend non seulement du type de travail, mais aussi du contexte culturel.

Avantages du travail en solo

La plupart des gens me disent qu’ils aiment le travail en solo parce qu’ils peuvent se concentrer. Cette approche « d’entrée dans la zone » vous permet de :

  • Avoir l’impression de travailler plus vite,
  • Aimer résoudre le problème, et
  • Obtenir la satisfaction de finir quelque chose.

Vous sentez que vous avez davantage d’autonomie, de maîtrise et de sens lorsque vous travaillez seul.

Mais que se passe-t-il lorsque votre travail doit s’insérer ou s’intégrer au travail d’autres personnes ? L’un d’entre nous, même concentré, pourrait retarder tout le travail. (Vous pouvez mesurer le temps de cycle pour mesurer et visualiser ces délais.)

Bien que les gens puissent travailler seuls, le travail n’est pas indépendant.

C’est pourquoi je recommande aux responsables et aux équipes produit/fonctionnalité de collaborer dans leur travail.

Avantages du travail collaboratif

Lorsque vous collaborez même avec une seule personne, vous pouvez :

  • Intégrer les commentaires au fur et à mesure que vous apprenez et améliorez le produit.
  • Établir la confiance et le respect avec les autres pendant que vous travaillez. D’après mon expérience, les managers sous-estiment la valeur de la confiance et du respect parce qu’il s’agit d’avantages intangibles.
  • Mener une évaluation continue de pourquoi et comment vous faites ce travail.

Cependant, la collaboration n’est ni pour tout le monde ni pour chaque équipe ou groupe de travail. Souvent, c’est à cause de la culture de votre organisation.

Considérations culturelles

À quel point êtes-vous occupé ? Vous démenez-vous pour atteindre votre objectif quotidien ou hebdomadaire parce que vous avez tellement de travail individuel à compléter ? C’est un signe que vos managers pensent à l’efficacité des ressources, pas à l’efficacité des flux. Vous pouvez choisir de collaborer avec d’autres, mais vous sentez-vous suffisamment en sécurité pour le faire, surtout si vous pensez que soutenir quelqu’un d’autre pourrait affecter négativement votre salaire ou votre prime.

Mais vous pourriez aussi vous sentir en danger pour d’autres raisons. Parfois, les managers croient que des personnes 10x  (des surhommes) existent. Ensuite, les managers permettent aux supposées « superstars » de travailler comme des « empêcheurs ». Les empêcheurs détruisent le potentiel travail d’équipe et renforcent une culture désagréable.

Considérez vos options viables

Je vois ces options, surtout si vous vous sentez débordé de travail :

  • Gardez la tête baissée et continuez à travailler seul. Oui, c’est une option viable et raisonnable. Vous terminerez votre travail, même si vous n’aiderez pas l’organisation à livrer le produit plus rapidement. Et cela ne vous aidera pas à apprendre plus vite. Mais vous protégerez votre salaire et votre prime.
  • Soulevez l’idée de collaboration avec votre manager. Demandez à votre manager comment la collaboration pourrait les affecter, lui et sa structure de rémunération.
  • Envisagez des rencontres individuelles pour socialiser le concept de collaboration. Vous pouvez commencer par collaborer à deux, en tête-à-tête.

Vous pouvez imaginer d’autres options…

Le travail solo diffère du travail indépendant

De nombreux managers croient que les gens peuvent travailler en solo parce que le travail de chaque personne est indépendant de l’autre. Cela peut être vrai pour un groupe de travail, tel que les ventes, les finances ou les ressources humaines. Mais ce n’est pas vrai pour les équipes de développement de produits.

Bien que vous puissiez travailler de manière indépendante, beaucoup d’entre vous apprennent mieux lorsque vous travaillez – au moins un peu – avec les autres. Considérez vos options pour le travail solo ou collaboratif et ce que vous ferez pour créer la culture souhaitée.

Apprenez avec Johanna

Je suis presque prête à annoncer le writing workshop du premier trimestre 2023. En attendant, n’hésitez pas à vous ajouter à la liste de diffusion si vous pensez que vous pourriez vouloir suivre cet atelier à l’avenir.

J’envisage également d’offrir  des ateliers de management publics. Jusqu’à présent, je ne les proposais que sous forme d’ateliers privés internes. Si vous êtes intéressé par de tels ateliers, jetez un coup d’œil à cette page et ajoutez-vous à la liste de diffusion.

Nouveau avec le Pragmatic Manager ? Lisez les numéros précédents.

Que sont les « Power Skills » telles que définies par le PMI® ?

Les Power Skills sont des compétences et comportements qui facilitent le travail avec les autres.

Ils permettent aux professionnels de projet de réussir. Ils sont également appelés Soft Skills ou « compétences interpersonnelles ».

À propos du rapport Pulse of the Profession 2023

Téléchargez ce rapport.

Le rapport Pulse of the Profession 2023 du Project Management Institute explore les Power Skills les plus essentielles à la réussite du projet, notamment la communication, la résolution de problèmes, le leadership collaboratif et la réflexion stratégique.

Ces compétences sont reconnues par les équipes et les organisations comme essentielles au travail. Elles sont au cœur de la direction d’équipes performantes, de l’engagement des parties prenantes et de la réussite des défis liés au projet.

Lisez le rapport pour y découvrir les réponses à ces questions :

  • Quelles Power Skills sont les plus essentielles à la réussite du projet ?
  • Pourquoi les chefs de projet devraient-ils et elles comprendre la valeur des Power Skills ?
  • Comment les organisations développent-elles les Power Skills au sein des équipes ?
  • Où les organisations ont-elles du mal à évaluer les compétences en matière de Soft Skills ?

Faites ce premier pas vers la redéfinition de la réussite du projet en téléchargeant et lisant le dernier rapport Pulse of the Profession 2023

“PMI,” the PMI logo, “Project Management Institute” and “Pulse of the Profession” are registered marks of Project Management Institute, Inc.

CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

Comment allouez-vous et restituez-vous les réserves pour imprévus ?

Comment cette réserve de budget pour les imprévus est-elle répartie au fil du temps et remise à l’organisme de financement si elle n’est pas utilisée ?

How are you allocating and returning contingency reserves? par Kiron Bondale

https://kbondale.wordpress.com/2022/06/05/how-are-you-allocating-and-returning-contingency-reserves/

La plupart des managers de projet incluront des réserves pour imprévus (aussi appelées fonds de contingence) dans leur budget pour compenser les répercussions financières négatives de risques qui se matérialiseraient. La détermination du montant à mettre de côté pour un jour de mauvais temps sur le projet pourrait être effectuée à partir d’une méthode descendante, telle que l’utilisation d’un pourcentage fixe dérivé de projets antérieurs (p. ex., les projets de faible complexité auront une réserve pour imprévus de 10 %, tandis que les projets plus complexes auront 25 %) ou une approche ascendante fondée sur l’évaluation et l’agrégation de la valeur monétaire attendue des impacts financiers des principaux risques.

Mais comment cette réserve est-elle répartie au fil du temps et remise à l’organisme de financement si elle n’est pas utilisée ?

Il y a quatre approches courantes que j’ai rencontrées :

  1. Allocation sous la forme d’un montant forfaitaire unique (c.-à-d. non séquencé dans le temps) et détenu pendant toute la durée du projet. En d’autres termes, les réserves pour imprévus ne sont pas libérées tant que le projet n’est pas terminé.
  2. Allocation à des jalons ou à des phases de projet spécifiques et conservé pendant toute la durée du projet.
  3. Allocation sous la forme d’une somme forfaitaire unique, mais retournée à un rythme progressif en fonction de la matérialisation réelle des risques pendant la durée de vie du projet.
  4. Allocation à des jalons ou à des phases de projet spécifiques, les montants inutilisés étant retournés au fur et à mesure que chaque jalon est atteint ou que chaque phase est terminée.

#1 et #4 sont les deux dont j’ai été le plus souvent témoin, mais comme d’habitude, je voulais comparer mon expérience avec celle de la communauté de management de projet au sens large.

J’ai mené un sondage d’une semaine dans le groupe de discussion LinkedIn Project, Program and Portfolio Management de PMI, ainsi que dans la communauté ProjectManagement.com.

J’ai reçu 56 réponses avec la répartition suivante :

  1. 45% ont voté pour le montant forfaitaire unique sans retour jusqu’à la fin du projet
  2. 7% ont voté pour les sommes séquencées dans le temps sans retour jusqu’à la fin du projet
  3. 13% ont voté pour le montant forfaitaire unique avec rendement progressif
  4. 35 % ont voté pour les sommes séquencées dans le temps avec des rendements basés sur l’étape ou l’achèvement de la phase

Cela correspond à mon expérience, mais j’ai été agréablement surpris de voir que la quatrième option a reçu plus d’un tiers des votes, car elle indique un niveau de maturité plus élevé que ce à quoi je m’attendais. Bien sûr, cela pourrait aussi être le résultat d’un biais dans l’échantillon de sondage en faveur de praticiens plus compétents.

Partenaire de DantotsuPM, CERTyou est le spécialiste des formations certifiantes

J’ai reçu deux commentaires particulièrement perspicaces dans ce sondage.

Le premier est que cela dépend des conséquences pour les dépassements et les sous-consommations. Plus la pénalité est importante, plus il est probable que les réserves pour imprévus seront conservées et entièrement utilisées pendant la durée de vie d’un projet.

L’autre commentaire indiquait que, comme les réserves sont liées aux risques, certains risques peuvent ne pas avoir un seul délai de réalisation prévu et qu’il pourrait donc devenir difficile d’affecter uniquement les montants des réserves pour éventualités au niveau des jalons ou des phases et que la majeure partie pourrait être liée à l’achèvement final du projet.

Bien qu’il soit beaucoup plus facile de calculer un montant forfaitaire unique pour les réserves pour imprévus, cela ne permet pas aux autorités financières de prévoir quand ces réserves pourraient être utilisées et à quel rythme. Et bien que les managers de projet peu enclins à prendre des risques puissent être réticents à rendre des réserves jusqu’à ce que le projet soit terminé, ils doivent comprendre que conserver ces fonds plus longtemps que nécessaire représentera un coût d’opportunité important pour l’organisation.

L’une des règles de Jerry Madden parmi les 100 règles de la NASA pour les chefs de projet (voir ci-dessous) se lit comme suit :

Tous les problèmes peuvent être résolus à temps, alors assurez-vous d’avoir suffisamment de contingence de calendrier. Si vous ne le faites pas, le prochain chef de projet qui prendra votre place le fera.

Alors que dans certains cas, vous aurez un projet qui ne peut absolument pas se terminer avec un jour de retard (pensez à Bruce Willis et Ben Affleck essayant d’empêcher cet astéroïde tueur de planètes de frapper la Terre dans le film Armageddon), les retards de calendrier signifieront rarement la fin du monde. Cependant, dépassez significativement le budget et vous souhaiterez que l’astéroïde soit sur le point de frapper la planète pour vous sauver de la veste que vont vous tailler vos autorités de financement !


Les 100 règles pour les managers de projets de la NASA (Billets précédemment publiés sur ce blog)

Leçons en management de projet de la NASA
Leçons en management de projet de la NASA

 

Lorsque vous devez justifier votre rôle de manager de projet…

Le management de projet est trop souvent considéré comme des frais généraux et ceux-ci deviennent une cible classique lorsque les réductions de coûts sont d’actualité.

When You Need to Justify Your Project Manager Role par Bonnie Biafore

http://www.bonniebiafore.com/when-you-need-to-justify-your-project-manager-role/

jeter l'argentLe management de projet est souvent considéré comme des frais généraux et ceux-ci deviennent une cible classique lorsque les réductions de coûts sont d’actualité. En conséquence, vous pourriez vous retrouver dans la position inconfortable de devoir justifier votre rôle de manager de projet.

Voici plusieurs approches que vous pouvez utiliser pour éduquer les dirigeants sur la valeur du management de projet et des managers de projet compétents.

Dissipez les craintes des managers.

Les managers ont généralement deux grandes préoccupations concernant le management de projet : Son coût et le fait que cela prendra plus de temps.

Commencez par souligner que la plupart des organisations affectent des chefs d’équipe au sein d’un service pour coordonner les tâches, attribuer les rôles et examiner les résultats. Ensuite, expliquez que le management de projet est essentiellement la même situation, sauf qu’elle fonctionne en transverse avec de nombreux départements et avec une large variété de parties prenantes.

Corrigez l’impression que les managers hiérarchiques peuvent manager des projets.

Les organisations se tournent parfois vers les managers hiérarchiques pour livrer des projets. Cela fonctionne rarement. Premièrement, les supérieurs hiérarchiques sont déjà trop occupés. Ils sont facilement distraits des tâches de management de projet par les exigences de leadership opérationnel qui sont incessantes et souvent urgentes.

En outre, les responsables hiérarchiques pourraient ne pas être perçus comme objectifs : Ils pourraient privilégier leur domaine technique et leurs objectifs de managers dans leurs décisions de projet. Enfin, les responsables hiérarchiques sont rarement formés aux techniques de management de projet, ce qui est au centre du point suivant.

Insistez sur l’importance de la formation et de l’expérience.

Rappelez aux dirigeants que l’organisation sélectionne les candidats en fonction de leur formation et de leur expérience, en appelant leurs références pour vérifier les affirmations des candidats.

Compte tenu des dépenses et de la valeur commerciale que les projets apportent, pourquoi ne pas évaluer les managers de projet de la même manière ?

Mettre l’accent sur la formation en management de projet et vérifier leur expérience et résultats lors de la réalisation de projets passés. Cela augmente les chances de réussite des projets.

Insistez sur le coût de l’échec du projet.

Selon Projectsmart, le coût moyen d’un projet informatique échoué est de $12 Millions (https://www.projectsmart.co.uk/the-real-costs-of-failed-projects.php). Et ce chiffre n’inclut pas le coût d’opportunité des bénéfices qui n’ont pas été réalisés.

Investissez pour la réussite des projets.

Bien que cette statistique ne représente pas toutes les industries, elle démontre le coût substantiel de l’échec du projet en monnaie sonnante et trébuchante et des bénéfices perdus. Rappelez aux dirigeants qu’il est bon d’investir dans des activités qui augmentent les chances de succès. L’adoption et l’amélioration du management de projet aident à protéger l’argent et le temps investis dans les projets et à s’assurer que ces projets produisent les résultats escomptés.

Si vous avez dû justifier le management de projet ou votre rôle de manager de projet, quelles techniques avez-vous utilisées ?
Qu’est-ce qui a fonctionné et qu’est-ce qui n’a pas marché ?

Pour en savoir plus sur la valeur du management de projet, consultez le parcours d’apprentissage LinkedIn Learning « Become a Project Manager ».

Visitez le site de notre partenaire Virage Group

Suivre à la lettre des recettes ou bien les comprendre et être capable de les adapter ?

Savoir appliquer une procédure, méthode ou technique est nécessaire mais rarement suffisant, surtout pour les managers de projets.

« Recettes » by Seth Godin

https://seths.blog/2021/12/recipes-2/

Certains types de travail exigent que les gens suivent une recette.

D’autres types de travail, meilleurs, exigent que les gens comprennent la recette.

Si vous la comprenez, cela signifie que vous pouvez le changer.

Vous avez la résilience, la perspicacité et la capacité de l’améliorer.

Il y a des différences très significatives entre « Mechanical Scrum » et « Professional Scrum », les connaissez-vous ?

« Mechanical Scrum » consiste à appliquer les principes et cérémonies de Scrum. « Professional Scrum » va plus loin, changeant la manière dont vous travaillez, pensez et agissez.

Cette brève vidéo de Scrum.org revient sur les idées qui supportent « Professional Scrum » et expose comment cela dépasse le Scrum Guide.

Et cette vidéo, plus longue et en français, entre dans les détails de ce qu’est Scrum Professionnel

French edition Scrum Pulse – Ne faites pas semblant, pratiquez Scrum professionnel ! avec Fabio Panzavolta

Scrum a été développé à l’origine pour des projets complexes de développement de logiciels. Il est maintenant utilisé pour presque tout type de produits crées en équipe. Le cadre, tel qu’il est défini dans le Guide Scrum, est un moyen simple mais puissant de mettre de l’ordre dans la complexité par l’apprentissage en fournissant des occasions fréquentes de feedback à la fois sur la façon de travailler et sur ce sur quoi nous avons et aurons à travailler.

Bien que de nombreuses personnes pratiquent Scrum, le pratiquer efficacement exige quelque chose de plus que de simplement suivre les mécanismes et les principes fondamentaux du cadre. Scrum professionnel aide les équipes à se défaire de cette habitude mécanique et routinière lorsqu’il s’agit de Scrum.

Dans ce webinaire Scrum Pulse, Fabio Panzavolta, PST @Scrum.org, partage avec les participants en quoi le Scrum professionnel est différent et comment il requiert les valeurs de Scrum, une mentalité et des méthodes de travail et de pensée différentes, en se concentrant sur les résultats et un environnement qui soutient le Scrum professionnel, y compris la confiance.

Lien original au webcast, avec présentation à télécharger :  https://www.scrum.org/resources/french-edition-scrum-pulse-ne-faites-pas-semblant-pratiquez-scrum-professionnel

CertYou est partenaire de DantotsuPM, allez voir les certifications Agile

4 façons d’améliorer votre processus d’estimation de projet

Le processus d’estimation de projet est le fléau de l’existence nombreux managers de projet. Mais c’est aussi et surtout l’opportunité d’avoir des conversations vraiment importantes sur le projet.

https://thedigitalprojectmanager.com/improve-project-estimation-process/ par Galen Low

Parlons estimations.

Le processus d’estimation de projet est le fléau de l’existence de nombreux managers de projet. Ce n’est pas seulement qu’il est sous haute pression, bousculé et souvent fait sur un coin de votre bureau. C’est aussi que vos efforts sont généralement ramenés à un compromis qui n’est presque jamais précis ou idéal.

Mais une chose que j’aime dans le processus d’estimation, c’est l’opportunité qu’il crée pour que des conversations vraiment importantes fassent surface.

Tout au long de ces conversations, vous imaginez le meilleur et craignez le pire. Vous faites des plans dont vous savez qu’ils changeront et résistez à prendre des engagements autour de choses que vous ne pouvez pas encore clairement voir. Vous examinez les projets passés et votre vision de l’avenir de l’entreprise.

En fait, je crois que chaque conversation sur l’estimation est une opportunité de parler de processus, de qualité, de vision et de valeurs.

Si vous avez trouvé que le processus de collecte et de revue des estimations est un peu épuisant et chronophage, essayez ces conseils pour rendre le processus plus gratifiant, moins mécanique et peut-être même un peu amusant.

#1 – Passez moins de temps à estimer seul et plus de temps à discuter des estimations

L’estimation des coûts signifie un certain temps passé tête baissée sur votre clavier, mais il ne sert à rien de créer une estimation parfaite si elle ne s’intègre pas au reste du contexte.

Enseignez à votre équipe de projet à poser des jalons qu’ils peuvent ensuite affiner par la discussion. Cela aidera tout le monde à avoir une vue d’ensemble et à mieux comprendre les métiers respectifs des membres de leur équipe.

#2 – Faites-en un processus créatif et ne mettez pas un pistolet sur la tempe de qui que ce soit

Manager l’ambiguïté est la pierre d’achoppement la plus courante pour les personnes à qui l’on demande de créer une estimation des coûts du projet. La deuxième pierre d’achoppement la plus courante est la peur de produire une estimation inexacte. Utilisez votre rôle de PM pour maintenir la conversation quelque part entre l’essentiel et l’idéal en documentant les hypothèses, en réitérant les contraintes et en posant des questions difficiles.

#3 – Éduquez vos clients et sponsors

Que ce soit à travers des faits concrets ou des métaphores comme la construction d’une maison ou la préparation d’un café, assurez-vous de ne pas survendre ce qu’est une estimation de projet.

Établissez des attentes selon lesquelles elle devra être affinée lorsqu’on en saura plus, qu’elle est sujet à changement et que le budget du projet devra être géré ensemble de manière proactive.

#4 – Ne présumez pas que vos données historiques sont un raccourci viable

passé, présent et avenir
Les performances passées sont utiles à connaitre mais elles ne prédisent pas l’avenir.

Vous pouvez consulter toutes les feuilles de temps de 5 derniers projets similaires, mais cela ne vous sera utile que si vous prévoyez d’utiliser exactement le même processus qu’un projet précédent et que vous avez également une compréhension claire des variables qui réduiront ou incrémenteront l’effort. Vous pouvez certainement augmenter la précision et réduire le temps passé à estimer, mais pas sans faire le travail de terrain à l’avance !

Ce dernier point est probablement le plus important parce que beaucoup d’entre vous pourraient se demander:

Quel est l’intérêt de rendre le processus d’estimation gratifiant si nos estimations sont toujours fausses ?

Eh bien, je dirais que les conversations autour de l’estimation mènent à des conversations sur les processus, qui mènent à des conversations sur les données.

Et cela conduit à une base de travail pour des estimations plus cohérentes et précises.

Visitez le site de notre partenaire Virage Group

Comment devenir la personne vers laquelle on se tourne naturellement ?

« How to Become a Go-To Person » par Dan Rockwell et Stan Endicott

https://leadershipfreak.blog/2022/08/27/saturday-sage-how-to-become-a-go-to-person/

  • Lorsque vos amis sont confrontés à des décisions cruciales dans la vie, vous voulez être leur interlocuteur.
  • Lorsque les genoux fléchissent et que les gens sont stressés, vous voulez leur donner de la force.
  • Lorsque les dirigeants autour de vous ont du mal, vous voulez qu’ils viennent vous chercher.

Comment devenir une personne de référence ?

#1. Une personne de référence développe sa sagacité

Apprenez et intégrez diverses expériences. Un sage n’évite pas douleur et déception. Les imbéciles répètent et souffrent. Un sage apprend et s’adapte.

Les expériences douloureuses vous permettent de vous connecter et d’influencer de manière authentique.

observez, regardezÉtudiez les gens. Une personne de référence s’épanouit en comprenant les gens. Certains sont calmes. D’autres sont bavards. Acceptez les gens.

Quand vous rejetez les gens, ils vous résistent.

Maintenez le vrai cap. Une personne de référence a un point de vue. Votre objectif se compose de valeurs, d’expériences et de désir de contribuer.

#2. Une personne de référence sait quand elle est pertinente.

Soyez proche lors de situations douloureuses.

Passez après une perte tragique ou une défaillance catastrophique. Un sage se rapproche quand les autres s’éloignent.

Évoquez doucement les expériences que les autres évitent. « Je suis vraiment désolé d’apprendre que vous avez été congédié », par exemple.

Soyez curieux lorsque les gens marchent sur un terrain non testé. Prenez un café avec une personne qui a mérité une grande promotion. Envoyez une note lorsque quelqu’un fait face à de nouvelles opportunités ou à de nouveaux défis.

Voyez ce qui n’est pas évident et entendez ce qui n’est pas dit.

Une personne de référence offre une valeur unique en voyant des choses qui ne sont pas évidentes et en entendant des choses qui ne sont pas dites.

#3. Une personne de référence pratique le Sherlocking.

Un sage voit comme Sherlock Holmes.

Sherlock a utilisé son talent à voir les choses que les autres ont manquées et entendre des choses que les autres ont ignorées pour tirer des conclusions inattendues.

Les gens ont vu la lumière lorsque Holmes a assemblé le puzzle.

Voyez ce que les autres manquent sans être arrogant. La grâce et la gentillesse élèvent le Sherlocking au-dessus de l’intrusion.

Dans « The Adventure of the Engineer’s Thumb », écrit par Sir Arthur Conan Doyle, Sherlock fait preuve de compassion et de gentillesse.

« Il est facile de voir que votre expérience n’a pas été banale, M. Hatherley », a-t-il déclaré. « Priez, allongez-vous et faites absolument comme chez vous. Dites-nous ce que vous pouvez, mais arrêtez quand vous êtes fatigué et gardez vos forces avec un peu de stimulant. »

5 compétences de Sherlock
  1. Mieux comprendre grâce à l’observation silencieuse. Voyez ce que les autres ne voient pas.
  2. Appréhender la situation dans son ensemble en écoutant attentivement. Écoutez ce qui n’est pas dit.
  3. Élargissez la perspective en vous élevant au-dessus des situations. Un sage voit où était le train, où se trouve le train et où va le train.
  4. Construisez de nouveaux points de vue en combinant de nouvelles observations.
  5. Ayez une vision claire en excluant les idées non pertinentes, les émotions distrayantes et les perspectives effrayantes.

Où que vous alliez, examinez soigneusement la situation avant d’enlever la laisse de votre chien.

Donna-Lynn Musgrave

Vous voyez, mais vous n’observez pas.

Sir Arthur Conan Doyle

Passez un contrat avec vous-même. Ayez le courage de dire : « Je veux être la personne vers laquelle on se tourne naturellement. »

Signature _____________________________ Date____________


Voici un exercice qui vous poussera à devenir un sage incontournable

  1. Énumérez 5 qualités admirables de votre sage de prédilection.
  2. Comment a-t-il ou elle développé ces caractéristiques ?
  3. Comment pourriez-vous développer les aptitudes qui font de vous un sage incontournable ?
CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

Faire une différence (versus faire valoir un point)

Faire valoir un point n’est pas la même chose que faire une différence.

Making a difference (making a point) par Seth Godin

https://seths.blog/2021/08/making-a-difference-making-a-point/

Il existe d’innombrables façons de faire valoir un point. Vous pouvez clairement démontrer que vous êtes en colère, intelligent, concerné, plus fort, plus rapide ou mieux préparé que la personne avec laquelle vous échangez.

Mais faire valoir un point n’est pas la même chose que faire une différence.

Pour faire une différence, nous avons besoin d’empathie pratique pour réaliser que l’autre personne ne sait pas ce que vous savez, ne croit pas ce que vous croyez et pourrait ne pas vouloir ce que vous voulez. Nous devons partir de là où nous sommes et comprendre en un instant où elle est.

Si vous vous préoccupez vraiment du sujet, vous ferez le travail difficile pour apporter une réelle différence !

Lorsque nous faisons valoir un point, nous rejetons tout cela. Lorsque nous faisons valoir un point, nous établissons notre pouvoir d’une manière ou d’une autre, mais nous ne changeons probablement pas grand-chose.

Le changement se produit lorsque l’histoire que l’autre personne se raconte commence à changer. Si tout ce que vous faites est de faire valoir un point, vous leur avez exposé une histoire sur vous-même. Lorsque vous apportez un changement, vous les aidez à embrasser une nouvelle histoire sur eux-mêmes.

Et même si c’est plus amusant de faire valoir un point (et que vous vous sentez en sécurité, d’une certaine manière), si vous vous préoccupez vraiment du sujet, vous ferez le travail difficile pour faire plutôt une réelle différence.

CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

7 erreurs embarrassantes de langage corporel que les leaders font pendant les réunions

Nous savons tous que le langage corporel est important, et il est particulièrement important pour toute personne occupant un poste de leader.

7 Cringeworthy Body Language Mistakes Leaders Make During Meetings par Lolly Daskal

https://www.lollydaskal.com/leadership/7-cringeworthy-body-language-mistakes-leaders-make-during-meetings/

Chaque fois que vous avez une réunion en face à face, ou même une réunion sur Zoom, votre langage corporel est crucial. Votre apparence lorsque vous dites quelque chose est souvent aussi importante que ce que vous dites et la façon dont vous le dites.

Tout comme vous choisissez vos mots avec soin, il est important de vous assurer que votre langage corporel n’envoie pas de messages involontaires. Si rien n’est fait, un mauvais langage corporel peut faire dérailler des communicants très forts. Voici sept des problèmes de langage corporel les plus gênants e j’observe chez des leaders.

#1 – Vous avez une posture non engagée.

Nous avons tous vu des gens qui s’affalent pendant les réunions, se dirigent d’un côté, parfois l’air à moitié endormis. Une posture non engagée envoie un message de faiblesse. Asseyez-vous dans une posture droite mais détendue, tenez-vous immobile et montrez que vous prêtez attention.

#2 – Vous manquez de contact visuel.

Beaucoup de gens ne parviennent pas à établir un contact visuel, les yeux dans le vague ou regardant leurs mains ou leurs notes. Ce comportement envoie un message méprisant. À moins que vous ne preniez activement des notes, maintenez un contact visuel avec la personne qui parle. Mais restez naturel, ne fixez pas.

#3 – Vous tambourinez des doigts.

C’est peut-être un tic nerveux ou une vieille habitude, mais tambouriner avec vos doigts sur la table est irritant. Cela vous donne l’air gamin et impatient. Même si vous êtes assis là à attendre impatiemment la fin de la réunion, ne le communiquez pas à la salle.

#4 – Vous avez l’air distrait.

Si vous avez l’air distrait, vous êtes distrait. Et si les gens n’ont pas toute votre attention, ils ne vous accorderont pas tout leur respect. Résistez à la tentation de vérifier votre téléphone, votre montre, vos ongles ou de regarder vers la sortie.

#5 – Vous croisez les bras.

Croiser les bras est une posture défensive qui met de la distance entre vous et ceux qui vous entourent. Cela communique un esprit fermé et un manque de confiance.

Gardez vos bras ouverts et si vous ne savez pas quoi faire de vos mains, posez-les sur vos genoux.

#6 – Vous gigotez.

Si vous vous êtes déjà assis avec quelqu’un qui bouge constamment ses mains, ses pieds ou ses jambes, vous savez à quel point cela peut être perturbant. Cela envoie un message d’anxiété. Si vous vous agitez lorsque vous êtes nerveux, travaillez avec un coach ou un conseiller pour trouver de meilleures stratégies pour gérer ce stress. Si la situation persiste, parlez-en à votre médecin car il peut y avoir un problème de santé sous-jacent.

#7 – Vous faites du multitâche.

Si vous vérifiez vos outils digitaux pendant une réunion, vous ne pouvez pas rester concentré. Le multitâche signifie simplement que rien ne retient toute votre attention. Et même sur Zoom, les gens le remarquent.

Le langage corporel envoie des messages forts avant même que vous ne disiez un mot. Assurez-vous d’envoyer le bon message avec vos paroles et vos actions.

Diriger de l’intérieur : Le langage corporel est un outil puissant. La plus haute forme de respect est d’envoyer le bon message avec votre présence sincère et entière.

CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

J’ajouterais, prêtez attention à l’aspect culturel de vos gestes qui peuvent avoir des significations totalement différentes d’une culture et d’un pays à l’autre.

5 raisons pour lesquelles avoir une attitude positive peut radicalement changer la donne

En tant que leader, vous donnez l’exemple, et il est important de créer de la positivité dans votre organisation et vos projets.

5 Powerful Ways Having A Positive Attitude Can Be A Game Changer par Lolly Daskal

https://www.lollydaskal.com/leadership/5-powerful-ways-having-positive-attitude-can-be-a-game-changer/

Les affaires sont difficiles ces temps-ci. Les marchés sont volatils, le moral est bas et le monde est confronté quotidiennement à de nouveaux défis. Dans des moments comme celui-ci, il est facile de tomber dans un certain marasme. Mais en tant que leader, vous donnez l’exemple, et il est important de créer de la positivité.

Lorsque vous redirigez votre état d’esprit vers la positivité, vous trouvez des opportunités dans les défis et des avantages dans les inconvénients. Les personnes ayant une attitude positive gardent espoir et voient le meilleur même dans des situations difficiles. En revanche, celles qui ont des attitudes négatives sont souvent pessimistes et désagréables, et elles s’attendent généralement au pire dans des situations difficiles.

Une attitude positive ne vous rend peut-être pas moins stressé, mais elle peut vous donner les compétences dont vous avez besoin pour faire face au stress d’une manière plus saine.

Voici quelques-uns des avantages de la positivité

Vos perspectives seront plus riches et plus optimistes.

Une vision positive conduit naturellement à une vue optimiste de la vie. Plutôt que de penser que l’herbe est plus verte ailleurs, vous remarquerez à quel point elle est verte là où vous vous tenez.

L’optimisme crée un cadre qui peut vous aider à faire face aux événements négatifs.

Vous ferez mieux face à la déception et à l’échec.

Vous aurez encore des journées difficiles, mais il ne vous faudra pas autant de temps pour rebondir. Avec une attitude positive, vous pouvez accepter même un mauvais résultat plutôt que de perdre du temps dans le déni.

Les personnes ayant des attitudes négatives s’attardent sur les événements négatifs, tandis que celles qui ont une attitude positive trouvent un moyen de le faire fonctionner.

Vous serez plus empathique et compréhensif.

Une attitude positive vous aidera à comprendre pourquoi les gens agissent comme ils le font. Plutôt que de sauter à une conclusion nuisible, vous voyez d’où viennent les gens et réagissez avec compassion.

L’empathie est la différence entre être suivi et être respecté.

Vous serez moins stressé.

Les leaders ayant une attitude positive sont moins susceptibles d’être stressés par des événements négatifs.

Ils sont plus susceptibles de s’engager dans une pensée positive, de trouver quelque chose de valeur même en période de stress.

Vous serez plus reconnaissant.

Une attitude positive vous apprendra à être reconnaissant pour les bonnes choses de votre vie professionnelle et personnelle.

Vous aborderez chaque jour avec un état d’esprit reconnaissant au lieu de penser constamment à ce qui vous manque, libérant ainsi votre esprit pour diriger votre entreprise comme elle doit être dirigée.

Une attitude positive est immensément bénéfique, mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Commencez dès aujourd’hui. Pensez à une chose et trouvez-y quelque chose de positif. Ensuite, regardez votre attitude changer.

Comme nous le savons tous, la pensée positive vous aidera à tout faire mieux que la négativité.

Voici une vidéo de Alison Ledgerwood sur ce thème de la positivité : « Rester coincé dans la négativité (et comment en sortir) »

Alison Ledgerwood s’intéresse à comprendre comment les gens pensent et comment ils peuvent mieux penser. Ses recherches examinent comment certaines façons de penser à un problème ont tendance à rester coincées dans la tête des gens. Ses cours de psychologie sociale se concentrent sur la compréhension de la façon dont les gens pensent et se comportent dans des situations sociales, et comment exploiter ces connaissances pour potentiellement améliorer le monde social dans lequel nous vivons tous.

À propos des données, voici la première règle !

Trop souvent, une collecte de données n’est qu’une curiosité coûteuse dont vous ne savez que faire quand vous l’avez satisfaite…

About data, here is the first rule par John Goodpasture

http://www.johngoodpasture.com/2022/10/about-data-heres-first-rule.html

La première règle sur les données

Ne demandez pas de données si vous ne savez pas ce que vous allez en faire

Ou, dit d’une autre manière (même règle)

Ne demandez pas de données que vous ne pouvez pas utiliser ou sur lesquelles vous n’agissez pas

Et, votre réaction pourrait être : Évidemment !

Mais, hélas, dans beaucoup de PMOs, il y a trop d’instances de rapports, d’accumulation de données, de mesures, etc. qui sont la progéniture de la doctrine PMO. Mais la réalité est qu’il n’y a en fait aucun plan pour savoir quoi faire avec toutes ces données qui arrivent.

Parfois, une collecte de données n’est qu’une curiosité ; Parfois, il s’agit simplement d’une conformité aveugle à un règlement sur les données ; Parfois, c’est juste pour avoir une justification pour un job d’analyste.

Mais parfois, il y a un « sentiment » que si de telles données n’arrivent pas et ne sont pas disponibles, vous échouez d’une manière ou d’une autre en tant que manager.

Après tout, une caractéristique du management est de mesurer, d’évaluer et d’agir.

Si vous ne franchissez pas la première étape, comment pouvez-vous manager efficacement ?

Donc : mesurez tout !

D’une manière ou d’une autre, les bonnes « choses » remonteront alors à la surface. (Je soutiens que « espoir » et « d’une manière ou d’une autre » ne sont pas vraiment de bons outils de planification).

Téléchargez aussi ce guide sur le site de notre partenaire Virage Group

Le test

Si quelqu’un dit avoir besoin de données, les premières questions sont les suivantes :

  • Qu’allez-vous faire de ces données ?
  • Comment ces données ajoutent-elles de la valeur à ce qui doit être fait ?
  • La qualité des données correspond-elle à l’utilisation ou à l’application prévues ?
  • Existe-t-il un plan pour obtenir cette valeur ajoutée (en d’autres termes, pouvez-vous mettre les données en action) ?

Et combien de données ?

Le demandeur de données a-t-il une notion de limites de données :

  • Qu’est-ce qui est suffisant, mais pas trop, pour être statistiquement significatif*, informatif pour la prise de décision de la direction et suffisant pour établir des limites de contrôle ?

Et l’information ?

Eh bien, la définition habituelle est que l’information est une donnée, peut-être des données multiples, intégrées au contexte et interprétées pour la situation actuelle.

Un riche flux continu de données ne fournit pas nécessairement d’informations exploitables.

Ainsi, la règle peut être étendue :

  • S’il n’y a pas de moyens de faire des données des informations, les données doivent-elles être collectées ?

Pour reprendre l’évidence

Testez toujours une demande de collecte de données sur sa valeur ajoutée avant de dépenser des ressources !


* Signification statistique : Il est peu probable que le comportement observé dans les données soit simplement un résultat aléatoire ; Les données sont la prévisibilité attribuée à quelque chose de spécifique qui peut être décrit statistiquement.

Comment découpez-vous votre travail ?

Il existe une variété infinie de projets, cependant seulement 3 approches sont utilisées par la plupart des équipes qui développent des WBS.

 

How do you breakdown your work? par Kiron Bondale

https://kbondale.wordpress.com/2022/05/15/how-do-you-breakdown-your-work/

Le PMBOK V7 sur Amazon

La septième édition du Guide PMBOK® définit une structure de répartition du travail (WBS) comme une « décomposition hiérarchique de la portée totale du travail à effectuer par l’équipe projet pour atteindre les objectifs du projet et créer les livrables requis ».

Bien que cette définition permette de bien comprendre ce qu’est une WBS, elle ne fournit pas de conseils sur la façon d’organiser la structure d’une WBS. Ceci est utile car cela donne aux équipes la flexibilité nécessaire pour déterminer quel est le moyen le plus approprié de le faire dans le contexte de leur projet.

Bien qu’il existe une variété infinie de projets, j’ai trouvé 3 approches utilisées par la plupart des équipes qui développent des WBS.

  1. Axée sur les livrables – Chacun des composants de niveau supérieur de la WBS représente un livrable clé, et les niveaux suivants se concentrent sur la décomposition de ces livrables à un niveau de détail approprié.
  2. Axée sur les phases – Chacune des composantes de niveau supérieur de la WBS représente une phase ou une étape du cycle de vie du projet, et les niveaux suivants se concentrent sur la décomposition des extrants de chacune de ces phases ou étapes.
  3. Axée sur la responsabilité – Chacune des composantes de haut niveau de la WBS représente une partie prenante contribuant à l’exécution du projet, et les niveaux suivants se concentrent sur la décomposition des extrants produits par chacune de ces parties prenantes.

Une approche axée sur les livrables

Aide à concentrer l’équipe sur tout ce qui est nécessaire pour réaliser chaque livrable sans se soucier à ce stade de qui le fait ou quand cela serait fait. Cela peut bien fonctionner pour les projets où toute la portée d’un projet peut être décomposée dès le début, mais peut être difficile lorsqu’une approche par vagues (rolling waves) est adoptée, à moins qu’il n’y ait une identification claire des parties de planification qui doivent être élaborées à une date ultérieure.

Une approche axée sur les phases

Livre sur Amazon

Fonctionne bien avec une approche par vagues, car l’équipe n’a qu’à se concentrer sur ce qui sera achevé dans la phase à venir.

Cependant, il existe un risque que l’équipe manque des éléments clés de la portée pour des livrables spécifiques, car elle ne se concentrera pas sur la décomposition d’un seul livrable à la fois.

Une approche axée sur la responsabilité

Fonctionne bien lorsqu’il y a plusieurs parties prenantes et qu’il est nécessaire d’avoir une séparation claire des responsabilités en matière de planification et d’exécution. Elle présente le même risque que l’approche axée sur les phases, mais en plus grave, car il est possible que des livrables sous-composants soient assumés par chaque partie prenante comme étant la responsabilité d’une autre partie prenante.

Sondage auprès des professionnelles et professionnels du management de projet

J’ai mené un sondage dans le groupe PMI’s LinkedIn Project, Program and Portfolio discussion group ainsi que dans  la communauté ProjectManagement.com pour évaluer la répartition dans l’utilisation de ces 3 approches.

Sur les 141 réponses combinées :

  • 57 % utilisaient une ventilation axée sur les livrables
  • 28 % une approche axée sur les phases
  • 9 % une approche axée sur la responsabilité
  • Les 6 % restants ont indiqué qu’ils utilisaient une autre approche, mais lorsque j’ai examiné les commentaires que ces participants avaient soumis, il semble qu’ils utilisent simplement une combinaison de ces méthodes plutôt que quelque chose d’entièrement nouveau.

Bien que le WBS soit un outil couramment utilisé avec des projets suivant un cycle de vie prédictif, cela ne signifie pas que ceux qui suivent un cycle adaptatif ne peuvent pas en bénéficier. Si nous considérons une user story map*, il s’agit simplement d’une WBS limitée entre deux et quatre niveaux et élaborée de manière progressive. Avec une Story Map, la structure peut être orientée persona (rôle des utilisateurs) ou thème/capacité.

Quelle que soit la façon dont votre équipe choisit de décomposer la portée du travail sur ses projets, une WBS ou une variante de celle-ci doit être considérée comme un instrument précieux dans sa boîte à outils.

Partenaire de DantotsuPM, CERTyou est le spécialiste des formations certifiantes

* Une user story map est un outil puissant qui permet à une équipe agile de préparer son backlog de produit et de planifier plus efficacement les versions de produits. Une user story map capture le parcours d’un client avec le produit, y compris les activités et les tâches qu’il effectue avec le système.

Bénéfices moins connus du management des risques

Les disciplines de management de projet telles que le management des risques apportent le contrôle à un projet. En plus des avantages bien connus de ces disciplines, elles offrent d’autres bénéfices qui ne sont pas souvent discutés ni reconnus.

Less Well-known Benefits of Risk Management par Bonnie Biafore

http://www.bonniebiafore.com/less-well-known-benefits-of-risk-management/

Voici quelques avantages supplémentaires qu’offre le management des risques.

Vous encouragez l’optimisme.

Penser à ce qui pourrait mal tourner augmenterait l’optimisme ? Cela semble contre-intuitif, et pourtant c’est le cas ! Les plans de réponse aux risques peuvent encourager l’équipe. Quoi qu’il arrive, vous avez déjà identifié une action à entreprendre !

L’optimisme et contagieux, le sourire aussi !

En outre, la planification des risques positifs (également appelés opportunités) peut augmenter les chances que de bonnes choses se produisent et vous assurer d’en tirer le meilleur parti lorsqu’elles se produisent. C’est certainement une raison d’être optimiste !

Vous réduisez la pression.

Les managers de projet font face à suffisamment de pression sans avoir à développer des solutions aux problèmes dans l’instant. Avec le management des risques, vous avez des réponses pré-planifiées aux événements qui se produisent : vous êtes prêt à exécuter le plan afin que l’équipe puisse agir rapidement.

Même si un problème survient qui ne figure pas dans votre plan de management des risques, une équipe habituée à gérer les risques peut intervenir pour discuter des solutions de rechange et élaborer des réponses. Vous n’avez pas à y faire face tout seul !

Vous identifiez les possibilités.

Des réunions productives d’identification des risques et de planification de la réponse peuvent faire émerger bien plus que des réponses pessimistes. Vous pouvez lancer des actions de réduction des risques de manière proactive, ce qui non seulement répond aux risques, mais peut également augmenter la valeur du projet.

Vous savez identifier en équipe les possibilités et les options.

Par exemple, supposons que vous engagez de manière proactive une ressource qualifiée pour réduire les risques. Les compétences et l’expérience de cette personne pourraient révéler des solutions possibles qui augmentent la valeur que le projet apporte à l’entreprise.

Vous concentrez davantage le focus sur les résultats.

Focaliser régulièrement l’équipe de projet sur les risques lors des réunions d’état d’avancement garde l’objectif du projet à l’esprit. Alors que les membres de l’équipe de projet se concentrent naturellement sur leurs tâches spécifiques, le management des risques met l’accent sur ce qui pourrait compromettre les résultats du projet et sur la façon dont les membres de l’équipe peuvent travailler les uns avec les autres et avec la direction pour produire les résultats du projet comme prévu.

Avez-vous rencontré d’autres avantages de la gestion des risques qui ne sont généralement pas discutés ?
Partenaire de DantotsuPM, visitez le site pour toutes les formations certifiantes proposées