La 3ème version de l’ouvrage de référence des Business Analystes est traduite en français.

Le BABOK V3 en Français est depuis peu disponible.

Le Guide du Business Analysis Body of Knowledge ® (Guide BABOK®, Guide du corpus de connaissances de l’analyse d’affaires) représente une norme reconnue à l’échelle mondiale pour la pratique d’analyse d’affaires.

Le Guide BABOK® décrit les domaines de connaissances de l’analyse d’affaires ainsi que les activités, les compétences fondamentales, les techniques et les perspectives sur la manière d’approcher l’analyse d’affaires.

Ouvrage sur Amazon

Refuser d’accepter les faits ne change pas la réalité !

A partir d’un exemple concret sur le chemin critique du projet, Kiron Bondale vous incite à ne pas renier ou maquiller des faits pour satisfaire qui que ce soit.

https://kbondale.wordpress.com/2022/03/06/refusing-to-accept-facts-doesn’t-change-reality/  par Kiron Bondale

Cet article était à l’origine censé être basé sur un sondage que j’ai mené sur les techniques de compression de planning. Cependant, une discussion lors d’un cours sur les principes fondamentaux du management de projet que j’ai donné était trop convaincante pour ne pas la partager !

Tout en enseignant les bases de la méthode du chemin critique, j’ai demandé aux étudiants s’il était possible d’avoir plus d’un chemin critique dans le diagramme de réseau d’activités d’un projet. Comme la classe a compris que le chemin critique représente la plus longue séquence d’activités du début à la fin, ils ont tous convenu que cela était possible si vous aviez deux chemins ou plus avec la même durée totale.

Cependant, l’un des étudiants a indiqué qu’un de ses clients refuse d’accepter les échéanciers de projet des fournisseurs qui affichent plus d’un chemin critique. Lorsque la personne m’a dit qui était le client, j’ai été surpris car il s’agit d’une grande organisation bien établie.

Je lui ai demandé comment il gérait la situation, et il m’a indiqué que lorsque le logiciel qu’ils utilisent calcule plus d’un chemin critique, il modifie la logique de planification d’un ou plusieurs chemins pour s’assurer qu’il n’y a qu’un seul chemin critique.

Il est possible que le client s’inquiète lorsqu’un planning comporte plus d’un chemin critique. Il y a probablement moins d’activités qui possèdent des marges et, par conséquent, le risque de retard par rapport aux jalons clés ou à la date de fin globale du projet est plus élevé.

Cependant, cela est également vrai lorsque vous avez des chemins dans le réseau d’activités qui sont proches de la même durée totale que le chemin critique. J’ai vu des cas où les équipes de projet et les intervenants principaux se concentraient tellement sur les activités critiques initiales qu’ils ignoraient le fait que des retards significatifs s’étaient produits dans des activités quasi critiques au point qu’un nouveau chemin critique émerge.

Quelle que soit la raison pour laquelle le client avait cette exigence, de telles préoccupations ne devraient pas entraîner de modifications artificielles d’un diagramme de réseau d’activités correctement construit.

Ne pas aimer les faits ne les rend pas faux.

Connaissez-vous la chaine YouTube de Franck Pierrot, intervenant sur la motivation ?

J’ai eu la chance de faire intervenir Franck Pierrot, ex du GIGN, lors d’un wébinaire destiné aux managers de projets.

Livre sur Amazon

Nous avions en particulier échangé sur son livre « Le pouvoir de l’engagement ».

Intervenant souvent pour de grandes entreprises sur ce thème de l’engagement, Franck recevait toujours des questions pertinentes et passionnantes du public.

Il a récemment décidé de partager ses réponses à certaines de celles-ci sous forme de brèves vidéos sur YouTube.

N’hésitez pas à vous abonner et suivre ces réponses !

15 avantages que vous apporte le management de projet (1 à 3)

Le management de projet offre de considérables avantages et bénéfices aux organisations qui ont besoin de livrer des solutions.

Benefits of Project Management par Leigh Espy

#1 – Propriété claire pour la réussite du projet

Les projets reposent sur de nombreuses personnes travaillant vers un objectif commun. Mais le projet et l’équipe ont besoin d’un leader pour faire avancer le projet et adopter une vision plus large.

Les membres de l’équipe examinent leurs responsabilités individuelles d’un point de vue étroit. Mais le/la manager de projet prend en charge l’ensemble du projet. Il ou elle travaille au sein des équipes pour résoudre les problèmes, suivre les jalons et maintenir le projet sur la bonne voie.

Partenaire de DantotsuPM, visitez le site pour toutes les formations certifiantes proposées

#2 – Organisation et planification

Le/la manager de projet travaille avec l’équipe pour créer des échéanciers, des budgets et d’autres composants du plan de projet.

Cela donne à l’équipe une orientation claire et définit les attentes de la direction et des clients concernant chaque livrable du projet.

#3 – Responsabilité de l’équipe

Le/la manager de projet tient les membres de l’équipe responsables d’honorer leurs engagements.

Cela aide le projet à rester sur la bonne voie et à éviter les dérapages de calendrier et les dépendances manquées.

Voici 4 types de questions à poser si vous voulez être proactif.

Certaines personnes sont particulièrement proactives, quelles questions posent-elles ?

Questions Proactive People Ask

https://leadershipfreak.blog/2022/02/03/questions-proactive-people-ask/ par Dan Rockwell

Vous êtes foutu si vous ne pouvez pas changer de direction. Un monde turbulent exige que vous restiez très mobile. Mais vous ne pouvez aller nulle part si vous changez constamment de direction.

Réagir en permanence finit par vous faire vous sentir impuissant.

Nous lâchons le contrôle parce que nous nous sentons en sécurité.

Questions que posent les personnes proactives

#1. Questions sur les racines et les fruits

  1. Quelle est la racine de ce problème ?
  2. Quel est le fruit de ce problème ? (Que génère-t-il ?)
  3. Qu’est-ce qui vous vient à l’esprit lorsque vous vous concentrez sur les racines plutôt que sur les fruits ?

Quand le même problème continue de revenir vous importuner, c’est que vous ne résolvez que les symptômes.

#2. Questions sur la reconnaissance des schémas répétitifs

Le schéma est le problème lorsque vous continuez à devoir résoudre le même problème.

  1. Combien de fois avez-vous été confrontés à cette situation au cours des 30 derniers jours ?
  2. Quelles façons de penser/de se comporter propagent cette situation ?
  3. Que pourriez-vous essayer d’autre ?

Lorsque les mêmes problèmes reviennent sans cesse, les solutions actuelles ne fonctionnent pas.

« Si vous faites toujours ce que vous avez toujours fait, vous obtiendrez toujours ce que vous avez toujours eu. » Jessie Porter

#3. Questions sur le feu ou la fumée

Lorsque la maison est en feu, sortez immédiatement. Mais, la plupart du temps, la maison n’est pas en feu, même s’il y a beaucoup de fumée.

Si vous pouvez revenir demain matin et faire votre travail, la maison n’est pas en feu.
  1. Quel est le gain à court terme ?
  2. Quelle est la réussite à moyen terme ? Ce problème sera une victoire dans 30 jours si….
  3. Comment la solution d’hier a-t-elle causé le problème d’aujourd’hui ?

Le problème le plus difficile à voir est celui que vous avez vous-même causé.

#4. Questions à poser avant de faire quoi que ce soit

  1. Que se passe-t-il si vous continuez d’avancer sans rien changer ?
  2. Qu’est-ce qui est sous votre contrôle ? Essayer de contrôler l’incontrôlable ne conduit qu’à de la déception.
  3. Qui devrait agir maintenant ?
  4. Dans quelle mesure cette situation concerne-t-elle les personnes ?

Lorsqu’un problème concerne les personnes, tout le reste n’est que fumée.

Selon vous, comment les gens pourraient-ils être proactifs dans un monde réactif ?

L’accent mis sur la dernière chose

Nous nous concentrons le plus souvent sur ce qui s’est passé juste avant la fin. Et c’est presque toujours un moment sans importance.

The focus on the last thing

https://seths.blog/2021/07/the-focus-on-the-last-thing/ par Seth Godin

La dernière action avant la fin du match. Le dernier discours de la campagne. La faute de frappe sur votre CV ou la tache sur votre cravate. La décision finale avant que l’entreprise ne déclare faillite.

Nous nous concentrons sur ce qui s’est passé juste avant la fin. Et c’est presque toujours un moment sans importance.

Les choses ont mal tourné (ou les choses se sont bien passées) à cause d’une longue série de décisions et d’actions. Une stratégie malavisée, un mauvais recrutement, une anticipation brillante des impacts sur le réseau : Ce sont tous des actes avec effet de levier, pas la chose évidente dont tous les experts voudraient parler.

Lorsque vous arrivez à la chose avant la dernière chose, ne vous en faites pas. Il est presque certainement trop tard pour que le résultat change. D’un autre côté, lorsque vous discutez tranquillement de la chose avant cela, avant cela, avant cela… il peut être utile d’y prêter davantage d’attention que les circonstances ne semblent l’exiger. Parce que c’est le moment clé.


Dans les projets aussi !

J’ai pu constater que cette attitude consistant à se focaliser sur les derniers événements est très prégnante dans les projets.

On cherche les raisons voire le coupable d’un projet en échec dans la phase finale ou même les derniers instants du projet.

On loue les contributions mêmes insignifiantes à l’échelle de l’initiative des derniers acteurs visibles sur le projet qui a réussi.

Et pourtant, c’est bien souvent très en amont de ces derniers instants que ce sont mis en place les éléments clés de cette réussite ou de cet échec.

Ces instants cruciaux du projet peuvent en réalité être :
  • L’analyse de marché menant à la décision de lancer ce nouveau produit ou service que le projet développe.
  • Le cas d’affaire du projet avec ses résultats mirobolants pour des coûts raisonnables.
  • Le choix des membres de l’équipe projet.
  • Le kick-off du projet.
  • Le choix de l’approche, prédictive, Agile ou hybride.
  • La planification.
  • La mise en place de la gouvernance du projet.
  • Le management des risques.

Quelle est votre expérience ?

Etes-vous un ingénieur QA, ingénieur QC ou testeur de logiciel ? pa Fidaa Berrjeb

Les gens pensent souvent que l’assurance qualité et le contrôle qualité sont identiques.

De plus, ils utilisent souvent l’expression Quality Assurance (QA) pour désigner les tests, mais ce n’est pas exact. Ces expressions sont liées, et il est peut être très déroutant d’essayer de clairement différencier l’assurance qualité (QA), le contrôle de la qualité (QC) et les tests et d’identifier chacune de leurs activités.

Même les gens de ce domaine s’interrogent parfois sur leur intitulé de poste : « Suis-je un testeur de logiciels, un ingénieur QA ou un ingénieur QC ? »

Dans cet article, nous définirons chaque terme et la différence entre eux, et à la fin de celui-ci, vous pourrez aisément répondre à cette question.

Avant de définir ces termes, convenons de la définition de la qualité.

D’après wikipédia :

Au sens large, la qualité est la « manière d’être », bonne ou mauvaise, d’une chose ou d’une personne. Dans le langage courant, la qualité tend à désigner ce qui rend quelque chose supérieur à la moyenne.

Le QA , le QC et les tests sont liés dans un concept plus large appelé gestion de la qualité.

La gestion de la qualité comprend toutes les activités qui dirigent et contrôlent une organisation en matière de qualité. Entre autres activités, la gestion de la qualité comprend à la fois l’assurance de la qualité et le contrôle de la qualité ISTQB CFTL.

  • L’assurance qualité englobe toutes les activités de votre stratégie visant à garantir que les exigences de qualité que vous avez planifiées seront satisfaites au fur et à mesure de la fabrication du produit. Elle intervient à chaque étape du développement logiciel, de la création du cahier des charges à la sortie du produit. L’assurance qualité est la méthode orientée processus et se concentre sur la prévention des défauts.

 

  • Le contrôle de la qualité est la phase d’inspection de l’assurance qualité. Dans le processus de développement logiciel, le QC intervient généralement à la dernière étape. Cela commence une fois qu’un produit est déjà construit. Il s’agit d’une série de procédures de test utilisées pour vérifier qu’un produit est sûr et efficace après la production de masse. C’est une méthode orientée produit qui garantit que le résultat final est le résultat attendu ou que le produit final fonctionne comme prévu.

 

  • Les tests sont un sous-ensemble du QC. C’est l’activité de détection et de résolution des problèmes techniques dans le logiciel. C’est le processus d’examen du logiciel pour détecter d’éventuelles failles. L’idée de base consiste à exécuter le programme ou le logiciel et à observer le comportement ou le résultat. Il peut fournir un niveau de confiance quant à la convivialité, les performances, la sécurité et la compatibilité du produit.

 

Expression Assurance qualité (QA) Contrôle de la qualité (QC) Test
Positionnement Sous-ensemble de SDLC Sous-ensemble de QA Sous-ensemble de QC
Orientation Processus Produit Produit
Qui ? L’équipe projet L’équipe de test L’équipe de test
Quand ? Tout au long du projet Au stade du test Au stade du test
Type de

Processus

Prévention Vérification Détection
Partenaire de DantotsuPM, visitez le site pour toutes les formations certifiantes proposées

Voici déjà le cinquième billet de Fidaa sur le domaine des tests.

(Re)Découvrez ses 4 premiers billets
Fidaa Berrjeb est Agile QA analyst certifiée ISTQB et Scrum Master.
  1. « La bonne compréhension et l’utilisation des valeurs du manifeste agile et du manifeste du test vous garantit être un bon testeur agile »
  2. Si on vous demandait d’écrire un scénario de test, sauriez-vous quoi faire ?
  3. Le rôle et les compétences d’un testeur dans une équipe agile
  4. Quelle est la différence entre un plan de test et une stratégie de test ?

 

Comment pouvez-vous être certain de prendre la mauvaise décision ?

Une garantie de mauvaise décision

A Guaranteed Wrong Decision

https://stevekeating.me/2022/01/31/a-guaranteed-wrong-decision/ par Steve Keating

Il y a des années, on m’a demandé de faire un atelier sur l’établissement d’objectifs pour un groupe d’étudiants du secondaire. Nous parlions d’objectifs à court terme et j’ai demandé combien prévoyaient d’entrer à l’université à l’automne.

Les réponses étaient variées, mais l’une d’entre elles se démarquait. Les étudiants ont dit qu’ils n’avaient pas encore décidé d’aller à l’université à l’automne, alors ils allaient prendre une année sabbatique et ensuite ils décideraient.

J’ai répondu :

Vous avez donc décidé de ne pas y entrer cet automne !

Ils ont de nouveau dit qu’ils n’avaient pas encore décidé de rejoindre l’université à l’automne, alors ils prenaient un an pour « examiner leurs options » et ensuite décider.

J’ai donc donné à nouveau la même réponse :

Vous avez donc décidé de ne pas y entrer cet automne !

J’ai ajouté à celle-ci qu’en ne décidant pas ils avaient décidé. Ils n’iraient pas à l’université à l’automne.

Les jeunes étudiants étaient frustrés par ma réponse. Ils étaient certains qu’ils n’avaient pas encore pris de décision. Mais, en fait, la décision avait été prise.

Vous pourriez être tenté de réduire ceci au fait que ces élèves compte tenu de leur âge manquaient d’expérience dans la prise de grandes décisions. Sauf que l’incapacité de prendre des décisions a peu à voir avec l’âge ou l’expérience.

C’est une question de confiance. Cela a à voir avec le fait d’être OK avec l’échec de temps en temps. Cela a à voir avec la volonté de subir les conséquences de prendre de mauvaises décisions. Cela a à voir avec le fait d’avoir la discipline d’essayer à nouveau. Et peut-être encore et encore.

Les gens qui ne peuvent pas prendre de décision, ou plus probablement, ne prendront pas de décision, ne comprennent pas que ne pas prendre une décision EST une décision.

C’est une décision de ne pas changer, de ne pas agir, ou c’est une décision de s’accrocher à une erreur passée parce que vous avez investi beaucoup de temps à faire cette erreur.

Ne pas prendre de décision est garanti d’être une mauvaise décision.

Je maintiens qu’en fait, prendre une décision qui s’avère être mauvaise est souvent plus facile à corriger que pas de décision parce qu’au moins vous êtes maintenant certain de ce qui ne fonctionne pas.

Rester figé est le plus souvent LA mauvaise décision.

Lorsque vous prenez une grande décision et que vous ne savez pas quoi faire, divisez la grande décision en une série de décisions plus petites et faites la prochaine bonne chose à faire. Peu importe à quel point cette « bonne chose » est petite, vous créez un élan vers la grande décision. Vous faites des progrès et les progrès sont toujours une bonne chose à faire.

Si vous pensez que vous ne pouvez vraiment pas choisir entre quelques options, il vous suffit de jeter une pièce en l’air.

Je peux vous promettre que pendant que cette pièce sera dans les airs, vous saurez exactement comment vous voulez qu’elle atterrisse. Alors, quelle que soit la façon dont la pièce atterrit réellement, vous saurez quelle option choisir.

Cela peut sembler idiot, mais cela fonctionne étonnamment bien. Mais pour le découvrir par vous-même, vous devez décider de l’essayer.

Améliorez vos compétences en leadership avec l’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle (également connue sous le nom de quotient émotionnel ou QE) vous aide à mener, diriger et supporter les membres de vos équipes projet.

Improve Your Leadership Skills with Emotional intelligence

http://www.bonniebiafore.com/improve-your-leadership-skills-with-emotional-intelligence/ par Bonnie Biafore

En tant que manager de projet, vous ne vous contentez pas de gérer le travail, les livrables et la documentation, vous dirigez et supportez les membres de vos équipes projet. L’intelligence émotionnelle (également connue sous le nom de Quotient Émotionnel ou QE) vous aide à le faire.

Voici comment l’amélioration de votre QE peut vous aider

Créez du relationnel avec les personnes qui travaillent à domicile.

Travailler avec les autres est un défi même lorsque vous travaillez côte à côte. Interagir avec les gens à travers un écran augmente le niveau de difficulté. Bien que certaines personnes travaillent à domicile et adorent ça, d’autres aimeraient être au bureau. Votre EQ vous aide à établir des relations avec les membres de votre équipe et à les soutenir dans leurs difficultés. Votre leadership encourageant permet à tous les membres de votre équipe de se sentir plus à l’aise avec leur environnement de travail, ce qui signifie une meilleure chance d’atteindre les objectifs du projet.

Gérez les personnes stressées.

Le stress crée des obstacles pour les managers de projet et peut réduire considérablement le succès du projet. Le stress découle souvent de défis commerciaux tels que des décisions en réaction impulsive, des réponses irrationnelles ou manquantes aux problèmes du projet et la peur de dire la vérité sur les difficultés du projet. Avec un QE solide, vous serez en mesure de reconnaître la cause profonde de ces problèmes. Travaillez sur les facteurs de stress avec vos parties prenantes pour apaiser leur esprit et obtenir des résultats de projet.

Gérez les charges de travail excessives.

Surveillez et modulez la charge de travail

De nombreuses entreprises souffrent d’un trop grand nombre de projets simultanés, de responsabilités opérationnelles concurrentes et d’un manque de personnel, que ce soit dans votre entreprise ou avec des tiers avec lesquels vous concluez un contrat. Repousser une date de l’échéancier ne garantit pas de pouvoir ensuite la respecter. Pour négocier les délais et obtenir du personnel pour accomplir les tâches, vous devez comprendre la pression de travail que subissent les autres… et cela nécessite un fort QE.

Travaillez à travers les cultures.

Dans l’équipe, chaque personne se combine avec ses voisines pour créer un tout.

Les managers de projet travaillent souvent avec des personnes de cultures différentes, qu’elles représentent différentes régions géographiques de votre pays ou différents pays. Nous sommes tous humains et avons les mêmes émotions derrière nos réactions. Cependant, la façon dont les émotions sont déclenchées peut varier d’une culture à l’autre. Plus votre QE est élevé, plus vous reconnaîtrez ces déclencheurs émotionnels et les signaux indiquant la présence d’émotions. Cela améliore votre capacité à travailler avec les parties prenantes, quel que soit leur contexte culturel.

CSP DOCENDI est partenaire de DantotsuPM, visitez leur site pour découvrir leurs offres de formation.

Appliquez le management du changement si nécessaire.

Le succès va au-delà de la livraison des livrables du projet. Par exemple, les logiciels installés ne représentent pas un résultat réussi si le client n’est pas féru de technologie et aurait besoin de formation et de soutien pour atteindre les bénéfices souhaités. Vous devrez peut-être appliquer le management du changement pour atteindre les résultats commerciaux, ce qui nécessite des compétences, une expertise en leadership et un bon QE. Que vous effectuiez un management du changement ou que vous dépendiez de managers du changement, vous devez comprendre ce qui motive un changement réussi, ce qui nécessite un QE élevé.

Pour en savoir plus sur l’intelligence émotionnelle, consultez le cours de Gemma Leigh-Roberts « Developing Your Emotional Intelligence » et celui de   Britt Andreatta « Leading with Emotional Intelligence ».

Comment tirer le meilleur parti de vos journées de 24 heures

Vous n’avez jamais assez de temps pour tout faire !

How to Make the Most of Your 24 Hours

https://zenhabits.net/transcendent/ de Leo Babauta

Beaucoup d’entre nous ressentent une pénurie de temps : Vous vous sentez bousculés, comme s’il n’y avait pas assez de temps pour tout faire, toujours en retard, sans jamais avoir l’impression d’en faire assez.

Ce problème s’appelle la « pénurie de temps », et c’est l’un des stress les plus courants dans notre société.

Alors, comment pouvez-vous faire face à cela ?

Malheureusement, il n’y a pas de réponse facile, mais il y a quelques astuces que j’ai trouvées vraiment puissantes.

Parlons du problème avant de parler de la solution.

Le problème de la rareté du temps

La plupart d’entre nous ressentons une sorte de stress du temps : Vous ne profitez pas au maximum de votre temps, ou il n’y en a pas assez pour tout faire, il passe trop vite, vous êtes submergés par tout cela.

Le sentiment est qu’il n’y a pas assez de temps. Avec un sentiment de rareté du temps, vous vous stressez car vous ne pourrez pas tout faire. Vous vous sentez en retard.

Voici la première chose à réaliser : Il y a toujours une nouvelle réserve fraiche de temps.

Nous avons le même temps, peu importe qui nous sommes, et nous recevons un nouveau lot de 24 heures chaque jour, peu importe à quel point nous avons gaspillé les 24 heures précédentes. C’est un nouveau départ, encore et encore, une chance d’essayer quelque chose de nouveau.

Voici la seconde chose à réaliser : Peu importe combien vous réussissez à en faire, en faire plus ne résout pas le problème du manque de temps.

J’ai eu des journées incroyablement productives, où je parvenais à compléter 20-30 tâches sans procrastination ni distractions…

… et j’avais toujours l’impression que j’avais besoin d’en faire plus, et que j’aurais aimer avoir plus de temps.

Et voici la troisième chose à réaliser : Ces heures sont vraiment précieuses.

Elles sont un cadeau. Nous les tenons pour acquises et ne les apprécions pas au maximum. Nous passons nos journées à faire des choses routinières, sans vraiment leur prêter attention, et à cause de cela … les heures nous filent entre les doigts, et nous nous demandons où tout cela est allé.

Donc, avec ces choses à l’esprit, je vais partager les quatre façons les plus importantes de tirer le meilleur parti de nos 24 heures.

4 façons de tirer le meilleur parti des 24 heures

Celles-ci fonctionnent pour moi. Votre situation peut être considérablement différente, mais j’espère que vous les essayerez.

Premièrement : Soyez intentionnel au début de chaque journée.

Avec 24 heures fraîches devant vous, il est facile de commencer de votre manière habituelle. Mais pour tirer le meilleur parti de ce nouveau lot d’heures, j’ai trouvé important de prendre quelques instants au début de la journée pour réfléchir à ce que je veux en faire. Je ne finirai peut-être pas par faire les choses exactement comme je le prévois, mais je suis beaucoup plus susceptible d’investir les heures à bon escient si je fixe mes intentions au début. Je fais une liste de ce que j’aimerais pour la journée.

Deuxièmement : Ne ciblez pas d’en faire davantage, faites ce qui compte.

Comme je l’ai dit, même compléter plus de 30 choses en une journée ne vous débarrassera pas de la pénurie de temps. En fait, cela aggrave souvent le stress. Avoir une liste de 30 choses à faire chaque jour vous donne un sentiment de stress et de pénurie. Et si vous aviez une liste de 3 choses importantes ? Vous avez probablement déjà entendu ce conseil, mais le suivez-vous ? Si vous ne pouviez mettre que 3 choses sur la liste, vous les choisiriez avec soin. Et, à propos, après avoir fait ces 3 choses, vous pouvez toujours en faire d’autres, mais ne vous attendez pas à ce que vous fassiez toutes les autres choses. Pendant que vous faites chacune des 3 choses de votre liste, faites chaque chose comme si c’était la seule chose qui comptait. (Voir l’élément suivant.)

Troisièmement : Créez des moments de transcendance.

Vous précipiter à travers les tâches et les corvées comme si vous deviez passer à la prochaine chose ne fait que créer une expérience de vie qui se mélange dans une fade bouillie. Mais que se passerait-il si vous pouviez élever des moments de votre vie à quelque chose de spécial, de sacré, de vivant ? Et si cuisiner de la soupe pour le dîner devenait une expérience transcendante ? Un moment de transcendance est quelque chose que chacun de nous a vécu : quand nous nous sentons incroyablement connectés au monde qui nous entoure, quand nous perdons notre sens de nous-mêmes et que nous sentons que nous faisons partie de quelque chose de plus grand. C’est ce moment où vous êtes au sommet d’une montagne à regarder avec admiration tout ce qui vous entoure, ou à regarder les étoiles, ou à flotter dans l’océan, ou à avoir le souffle coupé par un coucher de soleil ou un champ de fleurs. Vous pouvez intentionnellement créer ces moments, avec de la pratique, dans votre vie quotidienne. Pendant que vous faites tout ce qui figure sur votre liste, que vous faites la vaisselle ou que vous avez une conversation, que vous rentrez chez vous ou que vous mangez du chou frisé et des haricots… vous pouvez élever ce moment en un moment de transcendance. Essayez. Et si vous pouviez créer plusieurs moments comme celui-ci tout au long de votre journée … le temps semblera moins rare et incroyablement abondant. C’est de loin la chose la plus importante de cette liste.

Quatrièmement : Réfléchissez avec gratitude.

À la fin de chaque journée, prenez quelques instants pour réfléchir à votre journée et réfléchir à ce dont vous êtes reconnaissant. Un tel conseil est banal, je le sais, mais combiné aux autres choses de cette liste, c’est ridiculement puissant. Essayez.

Donc, ce sont les quatre façons de tirer le meilleur parti des 24 heures qui vous sont allouées chaque jour !

Ensemble, elles sont une façon d’être dans nos vies radicalement différente de celle dont la plupart d’entre nous vivons nos journées.