« CRASH Report » – Chefs de projets informatiques ne ratez pas cet immanquable rapport gratuit sur la qualité logicielle

Que vous soyez chef de projet informatique ou responsable de tout projet qui comporte une partie d’informatique, ce rapport est à lire pour mieux comprendre certains des challenges liés à la qualité des logiciels applicatifs.

Que nous révèle le CAST Report on Application Software Health (CRASH) ?

Bien que ce ne soit une surprise pour personne je l’espère, le CAST Report on Application Software Health (CRASH) a confirmé que les organisations gaspillent des millions de dollars dans la dette technique en raison de problèmes avec leurs logiciels applicatifs, problèmes qui auraient pu être éliminés pendant la mise en production si les évaluations structurelles techniques appropriées avaient eu lieu.

Bill Curtis
Bill Curtis

Selon le Docteur Bill Curtis, le scientifique en chef chez CAST Software, la plupart des sociétés ne prévoient pas suffisamment de budget pour la maintenance de leurs applications et ceci nuit gravement à leur compétitivité dans leurs marchés.

Cette étude est la plus grande analyse automatisée jamais conduite et utilisée pour mesurer la qualité structurelle de 365 millions de lignes de code dans 745 d’applications informatiques utilisées par 160 sociétés partout dans 10 industries.

La prochaine édition du rapport doublera pratiquement le nombre d’applications analysées.

5 “facteurs de santé” des applications informatiques ont été passés en revue pour déterminer leur bonne santé structurelle : sécurité, performance, robustesse (c’est-à-dire, temps de disponibilité) et la facilité à faire évoluer et à transférer le logiciel. Malgré des estimations conservatrices, telle que les 75 $ de l’heure pour réparer les logiciels qui ne prennent pas en compte le coût business d’indisponibilité des applications et éventuelles pénalités commerciales, les chiffres parlent d’eux-mêmes : une grande partie des applications étudiées excèdent les $3M de dette technique !

Peut-être même plus inquiétant, plus d’un tiers (35 %) des problèmes rencontrés auraient un impact direct sur le business. Ces problèmes se répartissent majoritairement entre les domaines de la performance, la sécurité et la robustesse et fournissent la confirmation que les sociétés doivent prêter une bien plus grande attention à la qualité structurelle des logiciels sous peine de faire face à des aléas très coûteux qui affecteront défavorablement leur réputation.

CRASH - Security Scores per Technology
CRASH – Security Scores per Technology

Points saillants de l’étude:

  • La qualité structurelle est la plus faible pour les applications ayant 6 versions ou plus déployées chaque année (1 version tous les 2 mois)
  • Les applications avec le plus grand nombre d’utilisateurs sont aussi les mieux notées sur l’aspect maintenabilité
  • Les vieilles applications COBOL sont mieux sécurisées que celle en .NET qui ont reçu les plus faibles scores coté sécurité
  • CRASH - Quality onshore vs offshoreLes applications externalisées et développées en interne ne sont pas très différentes quant à la qualité de leur structure. Il en va de même pour les développements Onshore et offshore.
  • Des méthodes de développement bien établies comme agile et « en cascade » obtiennent des résultats significativement meilleur sur la qualité structurelle que les méthodes propriétaires.
  • La méthode développement « en cascade » donne les meilleurs scores de transférabilité et de facilité d’évolution.
  • Coté performance, les applicatifs en Java se situent bien au-dessous des COBOL !
The Crash Report 2011-2012
Téléchargez ce rapport gratuit en cliquant sur cette image

3 réflexions sur “« CRASH Report » – Chefs de projets informatiques ne ratez pas cet immanquable rapport gratuit sur la qualité logicielle

  1. Je me méfie toujours de ce genre d’étude et surtout des conclusions qui en ressortent :

    – Applications COBOL plus sécurisées que en .NET : la sécurité, c’est une affaire de développeur plus que de langage de programmation, une application .NET bien codée peut-être beaucoup plus sécurisée qu’une application PHP mal codée ..

    – la maintenabilité reliée au nombre d’utilisateurs ? plus de remontées de bugs, plus de plaintes en cas d’interruptions, plus de budget alloué ?

    J’abonde en revanche dans la conclusion où le mode agile apporte plus d’évolutivité. Mais avait-on besoin de cette étude pour le savoir ? 🙂

    J'aime

  2. Ping : Le rapport CRASH de CAST Software révèle les réels impacts du développement Agile | DantotsuPM.com

n'hésitez pas à commenter les billets et à partager vos idées.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.