Production d’idées sous stéroïdes avec  le Starbursting des brainstorming (remue-méninges)

L’idée de faire un remue-méninges vous inquiète-t-elle?

Supercharge Idea Output With Starbursting Brainstorming

https://projectbliss.net/starbursting-brainstorming/ par Leigh Espy

Le « brainstorming Starbursting » est une technique structurée pour aider votre équipe à générer des tas d’idées dans beaucoup de différents domaines de focus. Utilisez cette approche pour  facilement mener votre équipe à produire des tonnes d’idées pour votre produit ou service.

Vos sessions de remue-méninges se tarissent-elles rapidement ?

Ou regrettez-vous de ne pas posséder d’approche plus structurée pour pousser l’équipe à générer plus d’idées ?

Le « brainstorming Starbursting » est justement la technique dont vous avez besoin. Il vous donne une approche structurée pour couvrir tous les angles d’attaque en produisant des idées.

Voici un cheminement pas à pas de la façon de le faire.

Qu’est que le « brainstorming Starbursting » ?

Le « brainstorming Starbursting » est une forme de remue-méninges qui utilise des questions afin de systématiquement bien réfléchir aux différents aspects de développement de votre produit ou d’un projet.

Il utilise des questions comme outils de planification et aide des équipes à développer une liste de questions pour bien réfléchir aux divers composants d’un problème ou d’un projet.

Quand l’utiliser ?

Quand vous abordez de quelque chose de nouveau comme un nouveau produit ou service, il peut y avoir beaucoup d’inconnues.

Une préparation minutieuse exige que vous réfléchissiez bien à tous les aspects du produit.

L’approche de « brainstorming Starbursting » vous aide à le faire.

Le « brainstorming Starbursting » aide votre équipe à bien réfléchir à de nombreux aspects de votre produit ou service en utilisant des questions afin de vous guider.

Comment le faire ?

Dessinez une étoile à 6 branches sur un tableau blanc ou autre support de partage pour diriger le groupe durant la session de remue-méninges.

Au milieu de l’étoile, inscrivez le nom de votre produit ou projet.

Sur chaque pointe de l’étoile, écrivez chacune des 6 catégories suivantes :
  1. Qui
  2. Quoi
  3. Quand
  4. Pourquoi
  5. Comment

Créez d’abord les questions

Demandez au groupe de produire une liste de questions pour chacune des six catégories.

Dans le groupe avec lequel vous travaillez, passez systématiquement sur les pointes de l’étoile pour produire des questions dans chaque catégorie du produit ou du projet. Cela vous aide à déterminer ce à quoi vous devez bien réfléchir pour votre initiative.

Ne répondez pas encore aux questions. Pendant cette étape, continuez juste à penser aux questions à poser. Le but est de produire autant de questions que vous le pouvez.

L’objectif de cette première partie du « brainstorming Starbursting »  est de produire des questions significatives et utiles dans chaque catégorie pour votre produit.

Par exemple, si vous créez un produit destiné à un grand nombre de clients, vous pouvez poser des questions sur le produit en lui-même.

Mais ensuite vous pouvez changer le focus et créer des questions sur la façon d’adresser la formation et le support pour ce produit.

Vous continuez ainsi à créer des questions dans chacune des catégories de question pour construire d’une liste la plus complète possible de tout ce que vous devez considérer.

Répondez alors aux Questions

Votre étape suivante est de reprendre ces questions et de leur répondre. Cela peut être fait dans une session séparée. Mais il est bon d’avoir les mêmes participants pour créer davantage d’engagement.

Vous pouvez découvrir des secteurs pour lesquels vous avez encore besoin de plus de réponses.

Vous pourriez aussi vous rendre compte qu’il y a des secteurs importants que vous n’aviez pas même encore considérés.

CSP est partenaire de DantotsuPM

Exemple de « brainstorming Starbursting »

Pour illustrer plus clairement comment le mettre en pratique, j’utiliserai l’exemple de créer un sac à dos pour des professionnelles de petite taille. En tant que femme de petite taille, je suis fatiguée de traîner des sacs à dos qui semblent avoir été faits pour mon mari ou une écolière.

J’ai très envie depuis longtemps d’un sac à dos qui est l’air professionnel et soit aussi élégant, mais est assez robuste pour transporter mon ordinateur et autres matériels de travail en voyage d’affaires.

Si un groupe devait construire un sac à dos pour répondre à ce besoin, ils pourraient utiliser la technique du « brainstorming Starbursting »  pour bien réfléchir à ces diverses considérations.

Voici la technique appliquée à l’exemple du sac à dos :

Qui

  • Qui utilisera le produit ? 
  • Qui aidera à concevoir le produit ?
  • Qui produira le produit ?
  • Qui commercialisera le produit ?

Quoi

  • De quel type de matériel sera-t-il fait ?
  • Quelles en seront les dimensions ?
  • Quelle conception utiliserons-nous ?
  • Quels détails de finition ?
  • Quel prix serait idéal ?

Quand

  • Quand le sac à dos sera-t-il utilisé ?
  • Quand commencerons-nous la production ?
  • Quand commencerons-nous à commercialiser le produit ?

  • Où le ferons-nous produire ?
  • Où le commercialiserons-nous ?
  • Où le vendrons-nous ?

Pourquoi

  • Pourquoi ce produit est-il nécessaire ?
  • Pourquoi quelqu’un voudrait-il l’acheter ?
  • Pourquoi un consommateur choisirait-il notre sac plutôt qu’un autre ?

Comment

  • Comment obtiendrons-nous des retours sur des prototypes ?
  • Comment le commercialiserons-nous ?
  • Comment le vendrons-nous ?
  • Comment le sac à dos sera-t-il nettoyé ?
  • Comment le sac à dos sera-t-il livré ?

Vous pouvez continuer sans fin avec ces questions. C’est un point de départ et le groupe peut penser à davantage de questions à ajouter à la liste pendant l’exercice.

Astuces pour une meilleure session de remue-méninges

Rassemblez un groupe de personnes venant de contextes et expériences variés pour une approche plus harmonieuse.

Assurez-vous que chacun comprend le produit ou le problème que vous devez adresser.

Assurez-vous qu’ils comprennent l’approche du « brainstorming Starbursting »  que vous utiliserez, car elle diffère de beaucoup d’autres techniques de remue-méninges.

Comme avec d’autres sessions de remue-méninges, ayez un bon facilitateur et capturez l’information produite.

En résumé

Cette approche peut vous aider vous et votre équipe à bien réfléchir à beaucoup de composants que vous pourriez sinon manquer. Vous serez mieux préparés pour commencer votre projet après ce travail sur les questions.

Et vous aurez l’avis d’autres personnes qui peuvent avoir des perspectives différentes de la vôtre.

Sac à dos sur Amazon

Et si vous êtes curieux sur le sac à dos, j’ai finalement trouvé celui qui est parfait. Femmes professionnelles de petite stature, voici votre sac à dos!

Il y a un lien d’affilié ici. Mais vous ne payerez rien de plus si vous utilisez ce lien. J’ai maintenant emporté ce sac à dos dans le monde entier avec moi en  voyages d’affaires et il est élégant et professionnel et je l’aime.

apprendre les basiques du management de projet à nos chères têtes blondes, brunes ou rousses : c’est possible et pas si difficile !

Je vous propose de lire ce retour d’expérience sur comment des enfants de la côte d’azur ont pu découvrir la gestion de projet.

Vous êtes chef de projet sur la Côte d’Azur ? Expérimenté ou nouvellement nommé ? Rejoignez ce groupe pour partager de bonnes pratiques, progresser dans votre profession et gagner des PDUs pour les certifiés.

CP, CE1, CE2-CM1 : Trois classes, trois écoles, trois environnements différents et trois succès !

Bravos à tous les bénévoles du PMI France Côte d’Azur et enseignantes qui s’impliquent dans cette belle initiative imaginée et testée par nos collègues transalpins.

Animer une session de remue-méninges, construire un plan d’action, établir les responsabilités et échéances, puis suivre l’exécution d’un projet : Autant d’outils pratiques et utiles que l’on peut appréhender de façons ludiques, visuelles et interactives dès les classes primaires.

Surtout avec un kit prêt à l’emploi et un tuteur bénévole…

Compte rendu sur le site PMI France.

Comment intégrer un logiciel de MindMapping dans son management de projet ? Wébinaire le 9 Octobre

Vous êtes PMO, Directeur ou Chef de Projet et adepte ou curieux des techniques de Mind Mapping ? Cette session est pour vous 🙂 !

Nous partagerons lors de cette rencontre, le 9 Octobre de 14h00 à 15h00, comment Suez a intégré le logiciel MindView dans son processus de management de projet.

Session animée par Floriane Hélou-Frugier, Chef de Projet Suez Consulting, et Vincent Drecq , (PMP®, MoP®), ConseilOrga dont vous avez déjà lu plusieurs billets sur ce blog.

Quelle était la problématique que Suez Consulting a adressée ?

L’intégration de la réalisation du WBS dans le processus de planification et de management de projet :

  • Qu’est-ce qu’un WBS ?
  • Quels intérêts, conseils pratiques et méthodologie sont mis en avant par le Project Management Institute (PMI®) ?
  • Quel retour d’expérience ? Améliorations concrètes et points positifs constatés suite à ce changement.

Avec un aperçu de MindView et une séance de Questions/Réponses pour aller plus loin, partager vos idées et/ou problèmes.

Où vous inscrire ? https://lnkd.in/ewuD4Pd

Comment éviter le biais naturel de la pensée de groupe dans les équipes de grande longévité

Avoiding groupthink on long-lived teams

https://kbondale.wordpress.com/2017/07/17/avoiding-groupthink-on-long-lived-teams/ par Kiron Bondale

Quand tous pensent de la même façon, alors personne ne pense – Walter Lippman

Les équipes en place depuis longtemps sont souvent présentées comme étant supérieures à leurs contreparties temporaires. Les bénéfices de la longévité incluent le fait d’éviter les cycles de Tucker Constitution-Tension-Normalisation-Exécution, de plus forts niveau de confiance et de sécurité psychologique dans l’équipe et une compréhension plus précise de ce que quelqu’un veut dire quand il communique avec nous.

Mais il y a un aspect négatif potentiel aux équipes persistantes qui peut rogner beaucoup de ces bénéfices : la pensée de groupe.

La pensée de groupe se réfère d’habitude à une situation où les membres d’équipe donnent la priorité au consensus par rapport à la qualité d’une décision ou d’un résultat donnés. Nous pourrions ne pas être tous d’accord avec la recommandation de Bob sur la façon d’aborder une problème sur le projet, mais nous valorisons l’harmonie du groupe davantage que la médiocrité de son approche et donc nous ne le challengeons pas. Selon Irving Janis, le psychologue social qui est crédité de l’invention du concept, la pensée de groupe a tendance à survenir le plus souvent quand il y a un fort degré de cohésion, des menaces externes, des décisions difficiles ou l’isolement de l’équipe par rapport aux autres. Ces facteurs sont souvent trouvés sur des équipes de grande longévité.

Alors, comment pouvons-nous éviter la pensée de groupe dans les équipes de grande longévité ?

Une contre-mesure pourrait être d’utiliser Delphi ou une méthode semblable de collecte anonyme des avis en réunion d’équipe. Cela réduira la probabilité que tout membre d’équipe prenne l’avantage de « parler en premier » et fournisse une approche structurée pour élever et discuter de points de vue différents.

Une autre option est de faire nommer par le groupe un membre d’équipe pour qu’il agisse comme « l’avocat du diable ». Ce choix devrait être fait pour chaque décision. Puisque chacun sait que ce membre d’équipe est responsable de trouver les faiblesses d’une décision, cela élimine leur crainte d’être perçu comme un perturbateur. Une attention particulière est nécessaire pour choisir le bon membre de l’équipe pour jouer ce rôle. Quelqu’un qui va probablement avoir un intérêt significatif dans les résultats d’une décision pourrait ne pas être le meilleur candidat car il pourrait consciemment ou inconsciemment disqualifier l’approche du groupe la plus éloignée de leur propre plan d’action.

Ayez l’idée d’introduire quelqu’un de l’extérieur qui n’a aucun intérêt dans le résultat. Cette approche peut remplacer la suggestion précédente si les membres d’équipe estiment qu’aucun d’entre eux ne peut impartialement jouer le rôle d’avocat du diable. Cette méthode a ses propres défis car elle pourrait demander un peu d’efforts à l’étranger pour acquérir un contexte suffisant pour être un contributeur efficace à la décision.

Finalement, partager l’équipe en deux groupes indépendants et faire développer une recommandation par chaque groupe est une méthode très explicite pour éliminer la pensée de groupe. Bien sûr, cela exige une équipe qui soit assez grande pour qu’une telle subdivision soit possible. Si cette approche est utilisée plus d’une fois, c’est une bonne idée d’avoir des personnes différentes dans chaque groupe pour chaque décision distincte.

15 March – #PMI® Belgium – Accra Flooding Initiative

Cross-organization event between PMI Belgium and ie-net

Check the PMI Ghana Chapter facebook page
Check the PMI Ghana Chapter Facebook page

This gathering of Engineers and Project Managers together is a unique opportunity to expand your professional network, learn from diverse backgrounds and share your experience through a real project in Ghana.

The “Accra Flooding Initiative” has been launched by the “PMI Ghana Chapter” together with “Project Managers Without Borders” with the aim to set up an action plan for the prevention of regular floodings in the Accra region in Ghana.

PMI Belgium Chaper Web Site
PMI Belgium Chapter Web Site

The theme of the event is different from typical ones and will give you the opportunity to learn and share your project management skills and experience with engineers to develop solutions to a real challenge facing the authorities in Ghana. As the Ghana capital (Accra) is flooded on a yearly basis, the local authorities are looking for ideas for a complete stakeholder analysis, impact analysis and help with the design of engineering solutions.

 

This  workshop will allow you to provide expert advice and recommendations from international and recognized Engineers and Project Managers to the Accra authorities on the recurrent floodings in their city.

A lot of good reasons for the project managers and especially PMP® certified PMs to attend this workshop:

Kris Troukens
Kris Troukens

–        Excellent brainstorm possibilities and group discussions on technical or environmental issues, fully in line with PMBOK.

–        Help an NGO to realize a true project

–        Learn to use brainstorm techniques

–        A project which could be part of your Corporate Social Responsibility track

We will have the pleasure to have Kris Troukens (PMP®) as the speaker and the facilitator for this event. Kris is a member of “Project Management Without borders” and is working on this project in Ghana for which he needs the support of engineers and project managers.

Learn more about this initiative
Learn more about this initiative

He has been in contact with the top Ghana authorities who will support the project locally.

Block the date of 15th March  starting at 6:30PM for this great learning and networking opportunity together with Project Management and Engineering colleagues. Please note that the presentation & workshop will be in English

PDUs: For our members with certifications, this event will give them the opportunity to claim 2 PDUs.

Location: Het Ingenieurshuis – Desguinlei 214 – B-2018 Antwerpen 1

PMI and PMP are registered mark of Project Management Institute, Inc.

Partenaire de DantotsuPM
Partenaire de DantotsuPM

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

vos articles préférés en Mars 2014 sur DantotsuPM

8 choses que les chefs de projet devraient faire chaque semaine !

Dans un article précédent nous avons discuté des 7 choses que les chefs de projet devraient faire chaque jour. Dans ce billet, nous regardons les activités que les chefs de projet devraient faire toutes les semaines.

Techniques de Brainstorming (« remue-méninge »)

manifesto-brainstorming-small20 et quelques techniques…

CSP Formation
Partenaire de DantotsuPM

différence entre management de projets et management des opérations

Ce billet récapitule les différences principales entre opérations et projets.

facilitationVoulez-vous des réunions plus réussies ? Commencez par être clairs sur l’intention de la rencontre…

pour des réunions qui ne gaspillent pas votre temps!

vers un engagement efficace des parties prenantes

Le PMBoK inclut un processus sur ‘Manager l’Engagement des Parties Prenantes’. Il conseille aussi aux Chefs de projet de se déplacer vers un modèle où les niveaux d’engagement des Parties Prenantes sont soit ‘en Soutien’, soit ‘Leader’. Cet article essaye de fournir quelques idées et indicateurs sur l’atteinte des niveaux souhaités d’engagement des Parties Prenantes.

Spirale vers le haut: la Méthode de management de projet en spirale de Boehm

Spiral Model BoehmEst-ce que votre projet est un effort à haut risque ? Celui où le produit doit être aussi proche de la perfection que possible dès sa sortie ? si c’est le cas, vous pourriez vouloir considérer la méthode de management de projet en spirale.

Partenaire de DantotsuPM
Partenaire de DantotsuPM

Techniques de Brainstorming (« remue-méninge »)

Read the full article 25 Useful Brainstorming Techniques and you’ll certainly find a few you didn’t know but could easily use in the future !

manifesto-brainstorming-small

MS Project
Partenaire de DantotsuPM

10 astuces pour booster vos compétences de facilitateur

Ten Tips to Boost Your Facilitation Skills

http://www.pmhut.com/ten-tips-to-boost-your-facilitation-skills par Lonnie Pacelli

Allons droit au but…

Vous pouvez être un excellent consultant, un qui applique efficacement sa sagesse et son expérience pour aider son client à résoudre un certain problème ardu d’affaires. C’est très bien. Mais, quand on en vient à la facilitation, cependant c’est un terrain totalement différent et une approche très différente à la résolution de problème. J’aime penser à la différence ainsi :

  • De grands consultants conseillent leurs clients sur la façon de résoudre des problèmes.
  • De grands facilitateurs aident des clients à résoudre leurs propres problèmes.

Alors, un grand consultant peut-il être un grand facilitateur ?

Absolument. J’ai connu quelques consultants remarquables qui étaient des facilitateurs extrêmement efficaces. Mais il est faux de supposer que juste parce que vous êtes un grand consultant vous serez automatiquement un grand facilitateur. Certains en ont pris conscience par eux-mêmes et savent ne pas plonger un orteil dans le bain de la facilitation. Cependant, plusieurs supposent qu’ils savent comment faciliter vers des solutions et se crashent en flammes avec leur client.

Peut-être vous avez eu quelques expériences avec la facilitation et connaissez-vous les choses à faire et à ne pas faire. Mais, peut-être luttez-vous encore sur comment être un bon facilitateur. Jetez un regard à ces dix astuces et voyez où vous pouvez encore améliorer vos compétences de facilitation et aider vos clients à résoudre leurs propres problèmes :

1. Faites vos devoirs

designeur au travailPrendre le temps de comprendre le problème à résoudre, les acteurs clés impliqués à la réunion et les « points chauds » autour de l’énoncé du problème. Parlez au patron ainsi qu’un ou deux des acteurs clés qui sont sur des côtés opposés de l’énoncé du problème. Résistez cependant à la tentation de développer vos propres conclusions avant la rencontre de facilitation. Si vous êtes perçu comme biaisé, vous perdrez la confiance des participants à la réunion.

2. Articulez l’énoncé du problème

La clé de n’importe quelle réunion de facilitation est une articulation claire, synthétique de l’énoncé du problème et s’assurer que tous les participants de la réunion soient d’accord avec l’énoncé du problème. Notez l’énoncé du problème sur un tableau blanc ou un chevalet bien exposé à la vue des participants. Ainsi, vous pourrez vous y référer à tout moment pendant la rencontre.

3. Encouragez l’inclusion de tous les participants

Office workers in meetingPrêtez une attention particulière à ceux qui ne parlent pas pendant la réunion. Cherchez des moments opportuns pour leur poser des questions spécifiques sur ce qu’ils pensent d’un commentaire particulier ou d’un problème discuté. Encourager l’inclusion est important, soyez cependant prudent pour ne pas « harceler » l’un des participants et créer un sentiment d’inconfort.

4. Gardez les choses en mouvement vers la résolution de l’énoncé du problème

Fréquemment, comme facilitateur, vous constaterez qu’une discussion partira dans une autre direction et ne contribuera pas à adresser le problème déclaré. Votre travail comme facilitateur est de garder la discussion sur les rails tout en étant pas si rigide que vous bloqueriez certains des participants. Si la discussion a dérivé pour adresser un énoncé de problème différent ou si la discussion est devenue destructive, ramenez-la sur les rails.

5. Établissez « un parking »

flipchartPlusieurs fois une rencontre facilitée découvrira d’autres questions importantes qui devraient être capturées, mais ne sont pas pertinentes à la résolution de l’énoncé du problème exposé. Capturez ces items dans « un parking » à adresser plus tard. Assurez-vous que ce parking soit visible à tous les participants et revenez-y au besoin pour garder votre discussion concentrée.

6. Maintenez une liste d’actions

Fréquemment, pendant des discussions facilitées des actions spécifiques quant à la résolution de l’énoncé du problème seront révélées. Soyez diligent à noter ces mesures à prendre et assurez-vous qu’elles sont clairement visibles de tous les participants de la réunion. Assurez-vous que l’action identifie ce qui doit être fait, par qui et quand. Prenez aussi le temps de récapituler les actions à la fin de la réunion pour vérifier que chacun est d’accord quant à l’importance, l’attribution et le timing des mesures à prendre.

7. Restez objectif

En tant que facilitateur, c’est super important que vous soyez perçus comme complètement objectif et ne soyez pas considéré qu’étant dans un quelconque « camp » pendant la discussion. Une fois qu’un facilitateur est considéré comme influencé alors la confiance des participants (particulièrement ceux qui sont du côté opposé) sera rapidement perdue. Une fois que vous avez perdu la confiance, il est difficile de la regagner, alors restez objectif et ne révélez pas vos penchants.

8. Découvrez par l’interrogation, pas par des prêches

questionLa facilitation ne signifie pas que vous montez dans votre chaire et commencez à exposer votre énorme sagesse sur le sujet à traiter. La facilitation signifie que vous utilisez votre sagesse pour aider les autres à convenir d’une résolution commune et acceptée aux problèmes. Les meilleurs facilitateurs y parviennent en posant des questions précises, spécifiques qui sont pertinentes à l’énoncé du problème et conçues pour apporter de nouveaux éclairages. Une fois que le facilitateur commence à pontifier, la réunion devient plus comment le facilitateur et moins comment les participants vont résoudre le problème.

9. Empêchez le chef de détourner la discussion

J’ai vu plusieurs, beaucoup de discussions facilitées où la personne de rang le plus haut dans la réunion exprime son avis et dévie ainsi le déroulement de la rencontre sur son ordre du jour. Une fois que le chef expose une perspective, ceux qui ont peur de le ou la défier ne vont pas parler bien fort. Ayez une discussion avec le patron à l’avance pour vous assurer qu’il/elle ne fera pas dérailler le meeting.

10. Soyez en contrôle de la discussion

Comme facilitateur, vous devez garder la réunion productive et éviter de vous faire coincer sur des dérives de discussion en chemin. Ceci peut signifier lutter pour le contrôle de la discussion avec un participant trop expressif ou recentrer la discussion sur l’énoncé du problème. Ce n’est pas toujours agréable et vous allez probablement fâcher quelqu’un, mais c’est votre job. Perdez le contrôle de la discussion et vous perdrez le respect des participants.

La facilitation est une des compétences les plus importantes que vous apportez à la table en tant que consultant pour aider votre client à résoudre les problèmes collaborativement. Gardez ces dix astuces à l’esprit quand vous êtes sur le point d’aider votre client à résoudre son prochain problème difficile.

L’APMG ne s’y est d’ailleurs pas trompée et a récemment lancé le « Facilitation Scheme« :

Partenaire de DantotsuPM
Partenaire de DantotsuPM

votre équipe projet est-elle coincée dans la boucle du POURQUOI?

Is your project team stuck in the WHY loop?

http://adamsearcy.wordpress.com/2012/02/19/is-your-project-team-stuck-in-the-why-loop/ par Adam T. Searcy, project management…without limits blog

Peu de choses me plaisent davantage qu’une session de brainstorming réussie ou une réunion où les problèmes ont été exposés et attaqués sous tous les angles. Sans engagement sur une unique solution ou approche, une équipe se demande collectivement « pourquoi » ou « comment » jusqu’à ce que la solution, précédemment invisible, se concrétise à travers une culmination brillante de créativité et de pensée critique. Peu de choses me frustrent que d’atteindre cette limite de temps et seuil de patience sans cette Épiphanie; ou pire encore, rester scotché dans ce mode brainstorming, bouclant sur le POURQUOI et loupant la meilleure solution à trouver.

Le management de projet implique tellement le fait d’atteindre un délicat équilibre entre l’exécution dans les délais et la vraie créativité. Combien de temps pouvons-nous rechercher cette alternative miracle qui répond à 5 de nos contraintes sur 5. La dure vérité dans la conduite de projet est qu’il doit y avoir des limites. Pour ma propre santé mentale, nous les appellerons des limites provisoires; mais nous sommes dans le business de réaliser des choses, non ? Je sais, vous ne m’entendrez pas le dire souvent, mais vous avez vraiment besoin de connaître quand dire quand; ou, comme peut être le cas, quand ne PAS demander POURQUOI.

Microsoft Project
Partenaire de DantotsuPM

Ce n’est pas aussi facile que la programmation du temporisateur de four et bien des chefs de projet luttent pour laisser juste la bonne quantité de relâchement dans les rênes. Laissez faire votre équipe. Abattez tous les murs et limites (de temps en temps) juste pour les laisser étirer leurs muscles créatifs. Mais vous devez les ramener lentement dans la pièce en essayant de garder cet esprit créatif. La libération d’une session de brainstorming peut aussi intoxiquer et le membre de l’équipe qui a 10 fois plus de questions que de réponses peut être aussi contre-productif que celui non 10 fois plus souvent que oui. Souvent ils apprécieront d’être laissés libres pour un temps et seront plus réceptif aux contraintes quand vous les ramènerez à la réalité. Ils travaillent avec des contraintes toutes les heures de chaque jour et doivent prendre l’air de temps en temps.

Mais ne perdez pas votre maitrise des objectifs finaux. Vous êtes le leader et vous devrez apprendre à sentir quand le POURQUOI commence à boucler et quand vous devez tirer juste un peu sur les rênes. N’arrêtez jamais de pousser ces limites et n’étouffez pas votre équipe; mais quand est-il temps de ne PAS demander POURQUOI ?